Disgrazia ? Un vrai bonheur !

jeudi 19 décembre 2013
par  Webmaster
popularité : 1%

Lundi 2 décembre 2013, Coline Picaud, jeune et talentueuse auteure de B.D rencontrait les deux classes de troisième du collège Sport-Nature. Une rencontre fertile et intéressante au cours de laquelle, elle a pu échanger avec les adolescents autour de sa démarche de création, et sur les thèmes, toujours brûlants, de l’immigration et de l’accueil réservé aux étrangers…
L’équipe Français-CDI-Médiathèque du collège a profité de la venue de Coline Picaud pour proposer des lectures de BD et romans graphiques aux élèves (surpris et enthousiastes !). Après s’être immergés dans cet univers exigeant et tout en noir et blanc, les élèves ont travaillé sur le livre de Coline Picaud, DISGRAZIA. Les élèves sont partis avec l’auteure sur les traces de sa famille, siciliens de Sommatino ayant immigré au début du siècle et installés depuis à Grenoble. Ils ont pu ainsi découvrir l’étrange et douloureuse destinée d’une famille poussée par la misère à quitter l’Italie… C’est une œuvre très riche qu’ils ont découverte : en effet, Coline a réalisé un véritable travail d’historienne en partant de témoignages directs de membres de sa famille (en particulier sa grand-mère), en compulsant les archives, en synthétisant de nombreux ouvrages historiques sur la période… Toutes les grandes problématiques du XXème siècle s’y trouvent : la misère, la montée du fascisme, la guerre, les restrictions, le Front Populaire, la vie politique de la France, les élans syndicaux de la classe ouvrière ; mais aussi… La discrimination, la soumission des femmes, le rascisme… Les élèves avaient pour objectif de cerner en quoi le genre de la BD pouvait porter cette histoire familiale, en quoi le dessin enrichissait la description de cet univers et le récit de ces vies.
La rencontre s’est déroulée dans la sérénité et la simplicité : les classes et l’auteure ont échangé au sujet de la démarche de l’écrivain, le travail de l’historienne, la visée et la portée de Disgrazia, la réception de l’œuvre. Coline Picaud, habituée à travailler et enseigner (elle est professeure de Français Langue Etrangère), a su à son tour aider les élèves à se poser les bonnes questions sur leurs rapports à l’Autre, cet « étrange étranger » dont parlait Prévert.
En conclusion, une rencontre enrichissante durant laquelle les élèves ont su faire preuve de curiosité, d’esprit critique et de respect face au travail exigeant de Coline Picaud… A leur tour désormais d’enquêter…
Mallaury Buigues

JPEG - 122.4 ko
Nos élèves de troisième dans l’échange

Agenda

 

2020

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois