La Révolution, l’Empire et les religions

(actualisé le )

Dès le début de la révolution, la liberté de culte est établie : c’est la fin de l’absolutisme religieux.
En 1789, L’Etat décide la confiscation des biens du clergé (besoin d’argent !!!), et à dès ce moment là, les relations Eglise-Etat se détériorent. La République demande au clergé de signé la constitution civile du clergé : s’opposent alors réfractaires et jureurs (tensions !). Mais c’est Robespierre qui attaque le plus sévèrement la religion, il souhaite déchristianiser le peuple et lui imposer un nouveau culte, celui de l’être suprême.
La République impose l’état à la religion : mise en place le calendrier révolutionnaire, le mariage civil et les registres de naissances civils.
Napoléon met fin aux tensions avec le concordat et remet en place le catholicisme d’Etat, mais celle-ci est désormais moins influente. Napoléon met sa main mise sur la religion , sa religion.