1794-1799 la fin de la République

(actualisé le )

Après l’exécution de Robespierre, la convention donne le pouvoir aux thermidoriens, députés modérés qui mettent fin à la terreur. Les prisons sont vidées.

Mais les conditions de vie s’aggravent, la famine s’installe. Les sans-culottes parisiens se révoltent, mais l’armée écrase cette insurrection.


Une nouvelle constitution établit le Directoire (Octobre 1795). Soucieuse d’empêcher la dictature, elle confie le pouvoir législatif à deux chambres (le conseil des 500 et celui des anciens) et le pouvoir exécutif à 5 directeurs. Le suffrage censitaire est rétablit.


Le directoire est contesté de toute part.

A gauche, les idéaux démocratiques ont conservé une grande influence. Des extrémistes attaquent les riches et réclament l’égalité. A droite, royalistes et catholiques ont relevé la tête depuis la fin de la terreur : La guerre civile reprend dans l’ouest et le sud de la France.

Pour se maintenir, le Directoire doit faire appel plusieurs fois à l’armée. Les généraux, tel Bonaparte, sont devenus indispensables.

Bonaparte prend le pouvoir avec le coup d’état du 18 Brumaire (9 Novembre 1799)