Christophe LAMBERT, "raconteur d’histoires"

(actualisé le ) par HUMBERT A.-F.

Vendredi 28 mars, les élèves de 4e6 et de 3e1 ont accueilli l’écrivain Christophe LAMBERT, dont le livre Swing à Berlin figure dans la sélection 2013-14 du Prix littéraire des collégiens de Haute-Savoie. Au cours de deux séances au CDI, entre la lecture de passages ou de travaux sur le livre par quelques élèves, l’auteur et ses lecteurs ont échangé autour de ce roman, mais aussi du travail d’écriture, des étapes de l’édition d’un livre, et également de ses autres titres.

D’emblée, Christophe LAMBERT met les élèves a l’aise, ouvert à toutes les questions et se présentant à travers ses "premières œuvres" qu’il a apportées avec lui : une BD entièrement écrite et dessinée par lui quand il était adolescent, et l’un des nombreux "cahiers Clairefontaine à petits carreaux" qu’il a noircis depuis toujours ou presque, avant même d’envisager l’écriture comme un métier. Au départ, il se destinait plutôt à la bande dessinée, mais il a pris conscience qu’il ne progressait pas assez en dessin et qu’il parvenait mieux à faire passer ses histoires, l’action, les personnages, etc, par l’écriture. Le point commun : "raconter des histoires et prolonger le monde de l’enfance". Autre passion, le cinéma : après des études de cinéma, il a réalisé quelques courts-métrages et collaboré avec la télévision. C’est sans doute cela qui donne à son écriture un caractère cinématographique souvent souligné par les critiques. Christophe LAMBERT précise qu’il "voit un film dans sa tête en écrivant et donne une dimension visuelle à son écriture". Il aimerait d’ailleurs beaucoup qu’un de ses romans soit porté à l’écran.

Les premières questions portant sur Swing à Berlin, l’auteur précise sa démarche pour l’écriture de ce roman : d’abord un gros travail de documentation, puis la phase qu’il préfère : la réflexion pour la construction de l’histoire : choix des personnages, structure, etc, que Christophe LAMBERT compare au travail de précision d’un "horloger suisse" pour "mettre en place tous les rouages, assembler les pièces du puzzle", avant la rédaction du texte lui-même. Dans ce cas précis, les personnages et les événements fictifs s’imbriquent dans l’Histoire et ses réalités (le Troisième Reich, GOEBBELS, la Rose Blanche...) et l’auteur explique quelles ont été ses sources d’inspiration : sur le thème et la période, une exposition à la Cité de la Musique portant sur "le IIIe Reich et la musique", et le livre Seul dans Berlin, de Hans FALLADA, mais également, plus largement, des références aux films Le Cercle des poètes disparus de Peter WEIR et Au revoir les Enfants, de Louis MALLE, en particulier pour les scènes de la fin du roman.

De façon plus générale, Christophe LAMBERT considère que l’auteur est une "éponge" et que l’inspiration peut venir de lectures, de films, de reportages... Lui-même "gros client d’histoires" et en particulier de science-fiction, il détaille les différents courants de ce genre qu’il affectionne, "étant tombé dans la Guerre des Étoiles quand il était petit" : l’uchronie, l’anticipation ou le space opera. A cela s’ajoute sa passion pour l’Histoire, sa "matière préférée à l’école", et son goût pour les jeux de rôles, autant d’éléments que l’on retrouve dans l’univers de ses différents romans. Il cite ensuite volontiers les auteurs et les livres qui l’ont marqué : en premier lieu, Stefen KING, qui a provoqué chez lui un déclic à l’adolescence avec la lecture en quatre jours de Simetierre, mais aussi Lovecraft, Tolkien (et ses cartes et mondes imaginaires), Frank HERBERT et son célèbre Cycle de Dune, ou encore ZOLA et FLAUBERT, des auteurs classiques d’abord boudés "parce qu’on nous les fait lire souvent trop tôt" mais qu’il a redécouvert à la trentaine. Enfin, il délivre quelques conseils à un ou une future écrivain : écrire beaucoup ("remplir plein de petits cahiers"), lire, également, sachant que le plus important ce sont les idées : "chez l’éditeur, il y a un correcteur pour les fautes
d’orthographes !"

Pour conclure ces échanges, Christophe LAMBERT a présenté son prochain roman, Virus 57, co-écrit avec Sam VANSTEEN, et qui paraîtra en juin prochain chez Syros. Nul doute que les élèves seront nombreux à dévorer ce thriller scientifique !