Enseignement

Fermer Anglais

Fermer Arts plastiques

Fermer Assistants de langues

Fermer Atelier cinéma

Fermer CDI

Fermer EIST

Fermer EPI

Fermer ERASMUS+

Fermer Education Physique et Sportive

Fermer Education musicale

Fermer Espagnol

Fermer Français

Fermer Histoire-Géo

Fermer Italien

Fermer Langues et cultures de l'Antiquité

Fermer Mathématiques

Fermer Option défense et citoyenneté

Fermer SVT

Fermer Santé scolaire

Fermer Séjours pédagogiques

Fermer ULIS

Fermer Vie scolaire

Citations

"L'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde"

Nelson Mandela

 

 

Visites

 194748 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Option défense et citoyenneté - Sortie mémoire à Lyon

SORTIE MÉMOIRE À LYON

 

Mardi 30 novembre, nous sommes allés à Lyon pour une journée consacrée à la mémoire des conflits du XXe siècle. Première surprise sur le parking du collège, le car que nous découvrons est celui habituellement utilisé par les joueurs du Valence Romans Drôme Rugby, avec les damiers et le tigre. L'intérieur est aménagé de manière différente, il y a même des "carrés" comme dans le TGV pour discuter entre amis. 

lyon1.jpg lyon2.jpg

Notre journée a débuté par une visite guidée du Mémorial de la prison Montluc, dans le 3ème arrondissement. On nous a tout d'abord retracé l'histoire de cette ancienne prison :

Construite en 1921, la prison est au départ une maison d’arrêt pour militaires (insoumis, soldats ayant commis un crime ou un délit, espions et déserteurs). Elle est prévue pour détenir au maximum 5 officiers dans un pavillon et 122 sous-officiers ou hommes du rang dans des cellules individuelles de 4m². De l’été 1940 à février 1943, Monluc devient un lieu d’incarcération pour les premiers résistants qui luttent pour la France Libre et contre la collaboration du régime de Vichy. 300 détenus y sont enfermés par l’État français, tous les espaces de vie sont alors transformés en lieux d’enfermement.

 

De février 1943 à fin août 1944,  Montluc est réquisitionnée par l'occupant nazi. Elle devient une prison allemande de répression et de persécution raciale, la principale porte d'entrée régionale vers la déportation et les exécutions. Y ont été enfermés des résistants, des otages mais aussi des juifs, arrêtés ou livrés aux Allemands avant d’être conduits vers les camps de concentration et d’extermination nazis. La prison fonctionne à l'époque en lien avec la Gestapo de Lyon alors sous les ordres de Klaus Barbie.

 

En 2 ans et demi, près de 10 000 personnes passent par Montluc, emprisonnées entre les interrogatoires qui se déroulent dans les locaux de la Gestapo, avant d’en être extraites pour être déportées ou exécutées (départ avec ou sans bagages). Montluc est alors un lieu de répression contre les résistants et de regroupement des juifs avant leur déportation, principalement vers les camps d’Auschwitz-Birkenau.

Les déportés étaient d’abord acheminés en train vers les camps de transit parisiens, Drancy pour les Juifs, Compiègne et Romainville pour les non Juifs. Seuls deux convois sont partis directement de Lyon vers les camps en juin 44 (Dachau) et août 1944 pour les juifs (Struthof, Ravensbrück et Auschwitz-Birkenau).

 

Lieu emblématique de la Mémoire lyonnaise, ses fonctions ont évolué au gré de l’Histoire nationale et de la région Rhône-Alpes et ce jusqu’en 2009, date à laquelle elle a arrêté d’être utilisée comme prison pour femmes.

lyon3.jpg lyon4.jpg

Durant l'occupation, Montluc n’était pas une prison où l’on devait purger une peine, mais un lieu où débutait la destruction des corps et des esprits planifiée par les nazis. Les conditions de détention étaient épouvantables : manque de nourriture, absence d’hygiène, multiples souffrances physiques et psychologiques à cause de la violence des geôliers. Toutes les cellules ouvertes au public aujourd’hui présentent les portraits d’un ou plusieurs internés, juifs ou résistants, anonymes ou célèbres, tels Jean Moulin et Raymond Aubrac. Les portraits sont parfois placés dans les cellules où les personnes ont réellement été enfermées.

Nous avons été particulièrement impressionnés par le récit de l’évasion d’André Devigny, un sous-lieutenant de l’armée française de 26 ans passé dans la Résistance. Le 25 août 1943, celui-ci parvient, après plusieurs mois d’enfer, à sortir de sa cellule et à gagner le toit de la prison. Il égorge une sentinelle dans une cour, franchit les deux murs d'enceinte à l'aide d'une corde fabriquée avec du matériel divers. Son histoire a été portée à l'écran en 1956 par Robert Bresson, dans le film intitulé « Un condamné à mort s’est échappé ».

lyon5.jpg lyon6.jpg

Après la pause déjeuner au chaud, nous nous sommes rendus à la Nécropole Nationale de la Doua à Villeurbanne.

Terrain militaire à l'origine, ce site a été utilisé comme lieu d'exécution par l'armée allemande pendant l'Occupation. Entre 1943 et 1944, 78 résistants, internés à la prison de Montluc et condamnés à mort, y ont été fusillés. Suite à la découverte d'un charnier, un cimetière a été constitué autour de la "butte des fusilliés".

lyon7.jpg
Aménagée en 1954, la Nécropole Nationale de la Doua rassemble plus de 6.000 tombes représentant les conflits contemporains dans leur diversité. Des soldats ou civils, morts pour la France, dans le cadre des deux guerres mondiales, de la guerre d'Indochine, de la guerre d'Algérie et du conflit du Liban reposent dans ce lieu.
lyon8.jpg lyon9.jpg

Il y a quelques tombes "atypiques" :
- Celle du frère Benoit, l'initiateur de l'identification des 78 fusillés, qui a demandé son inhumation dans ce cimetière,
- "La tombe de qui n'en a pas", regroupant les restes de personnes non identifiées,
- Celles des militaires morts dans la catastrophe ferroviaire du 12 décembre 1917 à St Michel de Maurienne qui rentrait en France lors d'une permission.
Le déraillement de ce train trop chargé est resté secret militaire durant plusieurs années.
C'est encore à ce jour l'accident de train le plus meurtrier en France avec ses  425 morts (et 207 blessés). 

lyon10.jpg lyon11.jpg

Ce cimetière est un bel exemple de solidarité, au delà des religions et des nationalités : français, belges, italiens, allemands, espagnols, grecs, polonais, russes, britanniques, serbes, canadiens etc. sont enterrés sous : 

5445 croix chrétiennes

819 stèles musulmanes

43 stèles israélites

des stèles libres penseurs 

et 39 stèles de la R.A.F (Royal Air Force)

lyon12.jpg
lyon13.jpg

 


Date de création : 12/12/2021 @ 19:43
Dernière modification : 27/03/2022 @ 12:33
Catégorie : Option défense et citoyenneté
Page lue 276 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Infos générales

Fermer Les équipes

Fermer Menu de la semaine

Fermer Sections Sportives foot et rugby

Fermer Association sportive UNSS

Fermer CVC

Fermer Club nutrition

Fermer Conseils de classe

Fermer Danse

Fermer Fournitures scolaires

Fermer Foyer

Fermer Intendance

Fermer PIX

Fermer Webradio

Fermer Webradio 2019-2020

Fermer Webradio 2020-2021

Fermer Webradio 2021-2022

Outils
Parcours Avenir
Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
237 Abonnés
^ Haut ^