rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.ac-grenoble.fr/college/cuynat.monestier/data/fr-articles.xml

Cette étude du Fonds des Nations unies pour l'enfance paraît une semaine avant le début de la conférence de l'ONU sur le climat, la COP22, qui doit se tenir à Marrakech au Maroc du 7 au 18 novembre.

L'Unicef lance un appel aux dirigeants mondiaux pour réduire la pollution atmosphérique dans leur pays.

«La pollution de l'air contribue de façon importante à la mortalité de quelque 600.000 enfants de moins de cinq ans annuellement et menace la vie et l'avenir de millions d'autres», rappelle Anthony Lake, Directeur général de l'Unicef.

«Les substances polluantes, non seulement endommagent les poumons des enfants mais elles peuvent aussi franchir la barrière protectrice du cerveau et endommager irrémédiablement leur développement cérébral, compromettant leur avenir», avant de souligner qu' "aucune société ne peut se permettre d'ignorer la pollution".

Le constat

L'Asie du Sud a le plus grand nombre d'enfants respirant un air fortement pollué (620 millions), suivie par l'Afrique (520 millions) et l'Asie de l'Est et le Pacifique (450 millions), selon le rapport.

Le rapport étudie également la pollution à l'intérieur des habitations, provenant de l'utilisation du charbon et du bois pour cuisiner et se chauffer, qui touche surtout les enfants de familles pauvres en zone rurale dans les pays en développement.

Cette pollution de l'air extérieur et dans les logements est responsable de la fréquence des pneumonies et d'autres maladies respiratoires, en cause dans près d'1 décès sur 10 parmi les enfants de moins de 5 ans.

La mauvaise qualité de l'air est l'une des plus grandes menaces pour la santé infantile.

Des solutions ?

L'Unicef encourage à faire plus d'efforts pour se conformer aux normes internationales de qualité de l'air en réduisant le recours aux énergies fossiles et en développant davantage les sources d'énergies renouvelables.

L'Unicef demande aussi de faciliter l'accès des enfants aux soins médicaux, dont des campagnes de vaccination pour réduire leur vulnérabilité aux maladies respiratoire et de minimiser leur exposition à la pollution.

L'Unicef préconise que les sources de pollution comme les usines ne se trouvent pas à proximité des écoles et des terrains de jeu. Elle signale qu'une meilleure gestion des déchets peut réduire la quantité de détritus brûlés dans les collectivités. Enfin, des gazinières plus propres amélioreraient la qualité de l'air dans les habitations.


Date de création : 2016.10.31 @ 10:27 AM
Dernière modification : 2016.10.31 @ 10:27 AM
Catégorie : Enseignements - SALLE 14
Page lue 401 fois
Précédent  
  Suivant