Le travail et la poésie

décembre 21, 2015 dans 3ème, CDI, Français

Le 27 novembre dernier, les 3e3 ont fait la connaissance de Reza Afchar Naderi, poète franco-iranien, aussi journaliste et traducteur des poètes classiques persans. Il fut l’un des nombreux invités du 20ème festival de poésie « Gratte-Monde » organisé par la Maison de la poésie Rhône-Alpes fin novembre dernier, placé sous le parrainage de Gérard Mordillat, poète, cinéaste et romancier.

Que signifie le travail à notre époque ? Quelles relations entre le travail et la poésie ? Comment choisir un travail qui correspond à ce que l’on est, en faisant abstraction de la pression sociale, des préjugés de toutes sortes (sexisme, mentalités liées aux représentations culturelles stéréotypées…) ou encore de la peur de la précarité économique ?

Reza Afchar Naderi a donné quelques clés aux élèves pour tenter de répondre à ces questions.


 

 


Il a d’abord rappelé l’étymologie du mot travail ; le terme vient du latin trepalium qui signifie instrument de torture. Ainsi depuis l’origine, le travail est étroitement lié à la notion de souffrance. Le travail est ambivalent : il asservit et il libère. Mais comment faire en sorte qu’il soit plus un instrument de libération et moins d’aliénation ?
Pour le poète, il faut faire un travail pour essayer d’explorer en soi ce qu’il y a d’unique et de meilleur afin de trouver ce qui correspond le mieux à son talent personnel.


 


« Soyez plutôt maçon, si c’est votre talent »     (L’Art poétique, Chant IV, Nicolas Boileau)

Reza Afchar Naderi a proposé aux élèves un jeu : exprimer ce que l’on n’ose pas dire. Il a demandé à chacun d’eux d’écrire de façon anonyme sur un papier le métier idéal qu’il aimerait exercer. Voici les réponses : éditeur, gendarme, esthéticienne, mécanicien, professeur de sport, animateur pour les enfants, pâtissière, strip-teaseuse, médecin, hôtesse d’accueil, chauffeur routier, architecte, militaire, puéricultrice, éducatrice, agent immobilier, informaticien, procureur, traductrice, historienne, aide-soignante, secrétaire, chirurgien.

Reza Afchar Naderi fait remarquer que seul le travail de création, comme celui du poète, gagne de la valeur avec le temps car il est coupé du rendement recherché par la société de consommation.
« Chercher en soi ce qui est unique et ce qu’il y a de meilleur » : c’est le grand projet de vie auquel les collégiens doivent s’atteler selon Reza Afchar Naderi ; un projet qui nécessite patience ; alors le travail deviendra une richesse, « un trésor » selon le mot de La Fontaine.


⦁ Pour en savoir plus sur Reza Afchar Naderi : www.rezablog.com
⦁ Voir aussi les n° 54 de la revue Bacchanales intitulé Poètes libertaires d’Iran et Bacchanales N°53 intitulé Travail – 59 poètes. Ces deux numéros sont disponibles au CDI.