16ème Prix Frissons du Vercors

juin 16, 2014 dans 4ème, CDI, Français, Sorties - Voyages

 

Le 05 juin dernier, 160 collégiens de la Drôme et de l’Isère se sont donné rendez-vous au collège Raymond Guelen de Pont-en-Royans pour décerner le 16ème Prix Frissons du Vercors.

La matinée a débuté par le défi lecture. la 4ème3 du collège Lucie Aubrac et celle de Gérard Philipe de Fontaine allaient unir leurs talents pour tenter de répondre aux 36 questions qui portaient sur les six romans de la sélection 2014. Questions faciles et plus difficiles se sont succédé, mettant à l’épreuve des cerveaux concentrés et parfois même désorientés.

Les deux équipes n’ont pas gagné le défi  mais l’important était ailleurs : se rencontrer, mieux se connaître et partager un moment joyeux autour de la littérature jeunesse. Pour sceller leur amitié naissante, les élèves des deux classes ont choisi de baptiser leur équipe « les Babouchkas », en référence à l’un des romans de la sélection, Nina Volkovitch de Carole Trébor.

Un buffet offert par le collège qui nous accueillait a permis aux élèves de reprendre des forces car la journée était loin d’être terminée ! Après le pique-nique, en route pour la salle des fêtes où nous attendaient deux spectacles joués avec conviction et allant par la 4ème A de Raymond Guelen, dirigée par Valérie Charpinet ;  les premiers instants de trac ont vite été oubliés et remplacés  par la joie d’être sur scène.

Après avoir annoncé les gagnants du défi lecture – ce sont  les 4ème du collège Sport-Nature de la Chapelle-en-Vercors et ceux de Louis Lumière d’Echirolles qui l’ont emporté haut la main ! – Nathalie Moyroud, la maîtresse de cérémonie, a invité les meilleurs lecteurs de chaque classe à monter sur scène :  c’est leur enthousiasme et leur engagement dans cette 16ème édition qui ont été récompensés !

Enfin, le moment tant attendu : qui allait remporter le 16ème Prix Frissons du Vercors ? C’est la lecture d’un extrait qui nous a donné le nom du lauréat :   Charlotte Erlih, pour son premier roman Bacha Posh, a rassemblé le maximum de suffrages. Les élèves ont sans aucun doute été séduits par la singularité d’un roman qui met en lumière une pratique sociale et culturelle afghane peu connue :  les familles, qui ne comptent aucun garçon, perpétuent la tradition de travestir jusqu’à la puberté, une de leurs filles en garçon, sans prendre conscience et assumer forcément tous les bouleversements qu’engendrent le goût de la liberté !

L’auteur n’a pu physiquement être parmi nous mais elle a écrit aux lecteurs du Prix Frissons ; elle s’est dit « très heureuse » de recevoir ce prix attribué par de jeunes lecteurs et le considère comme un encouragement à continuer à écrire.

 Cette journée très réussie a montré une fois encore que le roman peut rapprocher des collégiens éloignés culturellement ou géographiquement.

Rendez-vous l’année prochaine à Fontaine pour une nouvelle édition du Prix Frissons !