Printemps du livre 2013 : Katy Couprie, Dictionnaire fou du corps

avril 18, 2013 dans 5ème, CDI

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a 20 ans, Katy Couprie venait à Grenoble en résidence pendant un mois dans le quartier de la Villeneuve pour y travailler avec les écoliers de l’école du Lac. L’invitation au Printemps du livre 2013 et le rendez-vous qu’elle a donné aux collégiens de la 5e1 à la bibliothèque Arlequin, le vendredi 12 avril, résonnaient donc un peu comme des retrouvailles.

Cela fait 20 ans aussi que Katy Couprie écrit : une trentaine de livres à ce jour. Le Dictionnaire fou du corps est une étape importante dans son parcours littéraire et artistique, tant par le travail préparatoire qu’il a demandé que par le traitement  original du sujet.

Avant de réaliser son livre, l’auteur avait dans l’idée d’écrire « un gros livre sur le corps et la sexualité » à destination des adolescents.

« On gagne beaucoup d’argent quand on publie un livre comme le Dictionnaire fou du corps ? Avez-vous eu une formation scientifique pour écrire un tel livre ? Comment avez-vous travaillé sur les images ? Voici quelques-unes des questions posées par les élèves et Katy Couprie y a répondu de manière précise et concrète. Elle révèle ainsi qu’elle a perçu de son éditeur Thierry Magnier une avance  de 14000 euros pour trois années pleines d’un travail passionnant et acharné ; elle n’a pas fait d’études scientifiques mais c’est une littéraire qui a eu une formation en histoire de l’art ; quant à son travail sur les images, elle a montré plusieurs de ses carnets qui recèlent des dizaines de croquis, supports indipensables au cheminement de sa pensée et à la  concrétisation de l’écriture des articles du dictionnaire, partie la plus difficile à produire, a-t-elle confié. Nous avons eu également le privilège de voir ses carnets dans lesquels se bousculent des listes de mots (près de 1050  en tout) où elle a dû piocher avec la collaboration d’Alessandro Ruggeri – professeur italien à la faculté de médecine de Bologne - pour opérer la sélection finale.

Les élèves ont aussi livré leurs impressions : certaines images et  mots du livre  recouvrent pour eux une réalité « bizarre » et dérangeante. Katy Couprie leur  a répondu que ce qu’elle a justement cherché à faire, c’est montrer et cacher ce qui peut apparaître comme un peu étrange pour des adolescents.

Le Dictionnaire fou du corps est un livre étonnant, qui va sans aucun doute voyager vers d’autres pays et d’autres langues : une traduction en portugais devrait bientôt voir le jour !

Printemps du livre 2013 : Francesco Acerbis, Mon Safari dans Paris

avril 17, 2013 dans 5ème, CDI

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

La médiathèque de l’Arlequin a invité la classe de 5e2 , accompagnée de Mme Roux, leur professeur de français et des professeurs documentalistes du collège, à rencontrer l’auteur de l’album Mon Safari dans Paris.

Les élèves avaient travaillé autour des photographies de l’album et produit des textes mettant en scène des animaux étranges,  capturés sur les murs de Paris.

Francesco Acerbis, avec son accent italien tout juste perceptible, nous a expliqué comment il en est venu à réaliser ce livre : au départ, il voulait offrir à son bébé à naître, un bestiaire, en guise de bienvenue. Il a donc traqué pendant un an les animaux cachés sur les murs de la capitale, nous livrant un ouvrage étonnant qui nous a permis de découvrir le street art, art malheureusement éphémère puisqu’il n’est plus aujourd’hui possible d’admirer certaines de ces oeuvres !

Francesco Acerbis a un talent de photographe incontestable, mais c’est aussi un raconteur d’histoires qui a su nous captiver pendant une heure !

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Printemps du Livre 2013 : Karim Ressouni-Demigneux, La Cité

avril 17, 2013 dans 5ème, CDI

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La classe de 5e4 et leur professeur, Madame Huard, ont reçu l’auteur de La Cité, au collège le jeudi 11 avril.

Le contact s’est vite établi entre l’écrivain, habitué à rencontrer un public adolescent, et les élèves qui avaient préparé des questions. Leur curiosité portait aussi bien sur son parcours personnel que sur son roman, le tome 1 de La Cité.

C’est ainsi que Karim Ressouni-Demigneux a évoqué son enfance marquée par ses racines, marocaines par son père et françaises par sa mère, ses passions pour l’art et le Moyen Age (il est titulaire d’un doctorat en Histoire de l’Art), ses voyages au Brésil, ses différences qui ont nourri son oeuvre.

Au départ, il a écrit pour les enfants des récits pleins de tendresse , vite devenus des best-sellers : Ce matin mon grand-père est mort, Je ne pense qu’à ça, Je suis un gros menteur et l’Ogre. Actuellement, il écrit la suite de La Cité dont le premier volume a passionné  les lecteurs de 5e. Les élèves lui ont posé des questions sur le premier épisode, et ont livré leurs impressions, sans détour, sur les situations, les personnages… L’auteur a accueilli ces commentaires avec beaucoup d’humour, et leur a expliqué que pour saisir toutes les subtilités de l’histoire, il fallait lire la suite !

Nous avons été charmés par sa simplicité et son ouverture d’esprit, et nous attendons donc la suite…

 

fkglkhlkjpmk