Autoportraits

mai 27, 2014 dans 6ème, Arts, CDI, Ecole ouverte, Liaison écoles primaires - collège

  

 

« Moi, je suis ce que je suis. Mais je ne dis pas tout ce que je suis »

 

Pascal Bonafoux, historien de l’art. 


 

Quand un artiste fait son autoportrait, que cherche-t-il à représenter ?

Pour la session de l’Ecole ouverte qui a eu lieu du 28 au 30 avril dernier, nous avons décidé de susciter la réflexion des élèves  sur les enjeux de la représentation de soi : qu’est-ce que l’on veut montrer et qu’est-ce que l’on cache quand on fait son autoportrait ?

  • La première matinée de cette session a été consacrée à une histoire de l’autoportrait en peinture puis au visionnement d’un film qui retrace la vie de l’artiste mexicaine Frida Kahlo. Celle-ci a peint plus d’une centaine d’autoportraits dans lesquels transparaît toute la souffrance d’un corps qui, à la suite d’un grave accident de la circulation, a dû supporter pendant des mois le corset et l’immobilité. Ce qui fascine dans les autoportraits de l’artiste, c’est son regard, toujours le même, fixe et mystérieux, ourlé d’un mono-sourcil qui évoque une échappée vers l’ailleurs…

Autoportraits de Frida Kahlo

  •  L’après-midi, nous avons conduit les élèves au Musée de peinture pour les sensibiliser à une histoire du portrait et de l’autoportrait, en mettant en valeur l’évolution de la technique et le regard des artistes. Le point d’orgue fut l’observation de la toile Autoportrait au chevalet de Rembrandt où la maîtrise des couleurs et du coup de pinceau effacent presque le visage du peintre lui-même.

 Autoportraits de Rembrandt

  • Mardi et mercredi, les élèves ont été pris en photo ; puis, à la manière du peintre Philippe Cognée qui peint sur ses photographies pour obtenir un décalage avec le réel, ils ont à leur tour peint sur les clichés qui les représentaient. La peinture a agi comme un masque derrière lequel on se cache et qui permet aussi de se dévoiler, peut-être tel qu’on voudrait être vu.

 Autoportraits de Philippe Cognée

  •             Parallèlement, nous avons demandé aux élèves de faire par écrit leur autoportrait, cette fois, à la manière de Michel Leiris. La lecture de l’incipit de L’Age d’homme a servi de point de départ et de modèle pour se décrire de façon précise et presque froide, en utilisant le plus possible images et comparaisons.

Deux portraits de Michel Leiris par Francis Bacon

 « Un autoportrait, c’est une métamorphose » Pascal Bonafoux

Printemps du livre 2013 : Francesco Acerbis, Mon Safari dans Paris

avril 17, 2013 dans 5ème, CDI

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

La médiathèque de l’Arlequin a invité la classe de 5e2 , accompagnée de Mme Roux, leur professeur de français et des professeurs documentalistes du collège, à rencontrer l’auteur de l’album Mon Safari dans Paris.

Les élèves avaient travaillé autour des photographies de l’album et produit des textes mettant en scène des animaux étranges,  capturés sur les murs de Paris.

Francesco Acerbis, avec son accent italien tout juste perceptible, nous a expliqué comment il en est venu à réaliser ce livre : au départ, il voulait offrir à son bébé à naître, un bestiaire, en guise de bienvenue. Il a donc traqué pendant un an les animaux cachés sur les murs de la capitale, nous livrant un ouvrage étonnant qui nous a permis de découvrir le street art, art malheureusement éphémère puisqu’il n’est plus aujourd’hui possible d’admirer certaines de ces oeuvres !

Francesco Acerbis a un talent de photographe incontestable, mais c’est aussi un raconteur d’histoires qui a su nous captiver pendant une heure !

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

fkglkhlkjpmk