Le dessin de presse pour rire et réfléchir

janvier 11, 2020 dans Arts, Citoyenneté, Education aux médias, Non classé

 

Depuis 2018, des collégiens et lycéens de Grenoble s’emparent du dessin de presse, pour décrypter, commenter et représenter l’actualité, aux côtés de dessinateurs journalistes professionnels. Au collège Lucie Aubrac, Katy Munoz, professeure d’arts plastiques, accueille depuis un an le dessinateur Jacques Sardat, dit clé de 12, pour initier les élèves à l’art difficile du dessin de presse : il s’agit, en quelques coups de crayon, de parler de l’actualité, pour provoquer le rire et susciter la réflexion.

Cette année, les collégiens ont planché sur le thème du harcèlement. Vous trouverez ci-dessous quelques-uns de leurs dessins.

Depuis le 07 janvier 2015 et les attentats contre les dessinateurs de Charlie Hebdo, le dessin de presse est devenu le symbole de la liberté d’expression.

Transmettre l’art du dessin de presse auprès des jeunes, c’est non seulement rendre hommage aux dessinateurs assassinés ou bâillonnés dans le monde entier mais aussi apprendre la distance nécessaire qui permet de rire de soi et parler des sujets les plus sensibles, qu’ils soient politiques, économiques, sociaux ou religieux.

« Un dessin réussi prête à rire. Quand il est vraiment réussi, il prête à penser. S’il prête à rire et à penser, alors c’est un excellent dessin ». Tignous, dessinateur à Charlie Hebdo, assassiné le 07 janvier 2015.

Les 6e dans les étoiles avec Thomas Pesquet

février 26, 2017 dans 6ème, Arts, Enseignements, Sciences

En 6ème, au collège Lucie Aubrac, les élèves ont découvert les couleurs à travers une activité autour du cercle chromatique. Nous avons appris à créer différentes couleurs en faisant des mélanges.

La peinture, c’est génial !

Suite à cela, ils ont travaillé la technique de la peinture, à partir d’une demande qui était :

« Vous venez d’atterrir sur une planète où il n’existe qu’une seule couleur : l’une des couleurs secondaires (violet, vert ou orange).

Montrez-nous ce que vous voyez avec le maximum de détails possible. »

Alors que nous étions en train de travailler sur nos productions, une annonce de concours est arrivée au collège :

Thomas Pesquet (l’astronaute dans l’espace pour six mois), propose aux jeunes intéressés d’écrire la suite du livre « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry. Ce concours d’écriture nous invite à emmener le Petit Prince sur une nouvelle planète, où il fera à nouveau une surprenante rencontre.

Voici l’annonce :

Dans l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry, le Petit Prince voyage sur 7 planètes différentes et y fait des rencontres surprenantes comme : un roi, un buveur, un allumeur de réverbères ou un géographe. Pour ce concours, les participants sont invités à écrire un texte court d’une page maximum (2 500 signes), en prolongeant le voyage du Petit Prince sur une 8ème planète pour y rencontrer la personne qui y habite.

Et les résultats seront annoncés depuis la Station spatiale internationale le 6 avril 2017.

Les élèves sont très motivés par le projet.Les quatre classes se sont mises au travail. Chaque élève, s’inspirant de son travail graphique, a écrit son texte… Mais comment faire, seuls les textes sont acceptés, et nous, nous avons des peintures magnifiques à montrer à Thomas Pesquet !!! Alors nous allons, suite à notre participation, nous associer aux classes qui ont travaillé en sciences autour de l’expérience de vie des astronautes, tout faire pour attirer l’attention de Thomas Pesquet. Croisons les doigts pour que cela fonctionne et que notre collège en forme de soucoupe trouve son astronaute ! Nous avons envoyé un message à Thomas Pesquet sur son Facebook d’où il envoie de magnifiques photographies de la Terre vue de l’espace.

Et si vous nous souteniez en relayant notre initiative auprès de Thomas Pesquet, en lui envoyant un message comme :

Thomas Pesquet, le collège Lucie Aubrac rêve de vous transmettre le travail de ses élèves ! Ils sont avec vous !

Voici l’adresse :

https://www.facebook.com/ESAThomasPesquet/videos/551067271769417/

Merci,

texte écrit par les élèves de 6ème du collège Lucie Aubrac et  Mme Munoz, professeur d’arts plastiques.

 

L’ATELIER d’arts plastiques

mars 27, 2014 dans Arts, Ecole ouverte

 

L’éducation artistique dispensée par Carole BRUNET MANQUAT PERRACHE, au sein de L’ATELIER, met en œuvre des démarches actives qui s’inscrivent dans une relation constante entre voir, entendre, faire, ressentir, échanger. Elle permet aux enfants de se construire une subjectivité à travers leurs imaginaires et les productions matériels de leurs imaginaires.

L’enfant prend plaisir à inventer, à construire, à laisser libre cours à son imagination et il apprend à aller le plus loin possible dans son expression. C’est aussi pour lui l’occasion de faire des mathématiques, du français ou de l’histoire sans même s’en rendre compte, d’appliquer différentes techniques, de tirer parti de trouvailles fortuites, de l’exprimer sur une œuvre qui sollicite l’imagination, de constater les effets produits, de développer sa créativité qui comme la mémoire, se pratique, se développe et s’enrichit. La créativité est une composante de l’intelligence humaine, elle est indispensable à l’artiste mais aussi au théoricien, à l’ingénieur ou n’importe quel individu confronté aux aléas de la vie.

L’ATELIER d’arts plastiques est le lieu de réalisations de travaux individuels pouvant déboucher sur des productions coopératives favorisant l’acceptation et la tolérance vis-à-vis des œuvres de l’autre (enfant ou artiste). Nous aurons des contacts nombreux et variés avec des œuvres et pratiques artistiques de toutes époques et de toutes les civilisations (graphisme, peinture, bande dessinée, art aborigène, …). Nous traversons l’histoire de l’art à travers de grands artistes (Gauguin, Paul Klee, Picasso, Andy Warhol). Tout en ayant accès à une culture plus élitiste, l’enfant pourra ainsi développer son capital culturel, travailler sa créativité et enrichir son imaginaire.

En imaginant, créant des images, des textes, l’enfant apprend à organiser sa pensée et à exprimer ses sentiments. 

 

fkglkhlkjpmk