Pour les soignants

avril 15, 2020 dans Arts, Citoyenneté

Depuis le début de l’épidémie, les élèves soutiennent  les soignants en leur offrant poèmes, dessins et sculptures…

 

Des messages toujours

avril 9, 2020 dans Arts, Citoyenneté

Par leurs messages d’espoir et les œuvres originales qu’ils créent, les élèves du collège Lucie Aubrac continuent de manifester leur soutien aux plus fragiles d’entre nous et à tous ceux qui se battent contre le virus.


Des messages et des dessins

mars 30, 2020 dans Arts, Citoyenneté


Les personnes âgées dépendantes qui vivent en EHPAD sont fragiles, très éloignées le plus souvent de leurs proches, isolées malgré les soins et toute l’attention que leur portent les personnels des structures qui les accueillent.

Dans ces temps si difficiles, des élèves et des familles ont voulu leur transmettre des messages d’espoir et des dessins pour leur témoigner de l’affection et manifester le plus grand soutien aux personnels courageux et protecteurs des EHPAD et des CHU.



Ces messages et ces dessins ont ému et encouragé leurs destinataires qui ont répondu :


« Merci ; nous sommes très touchés.

Les dessins sont très beaux et ont beaucoup de valeur. 

Les personnes âgées seront très touchées de les recevoir et cela viendra égayer leur journée.

N’hésitez pas à envoyer cette proposition à vos amis pour qu’eux aussi participent car il y a 730 000 personnes âgées confinées qui ne voient personne… ça fait vraiment beaucoup.

Si vous êtes curieux ou que vous aimez chanter, vous pouvez aussi découvrir ce que les bénévoles de Se Canto font le week-end le reste de l’année pour les personnes âgées sur www.se-canto.org

Peut-être que vous aurez envie de rejoindre après le confinement ou plus tard une équipe Se Canto. Il y en a partout en France. 

La vie se chante avec Se Canto. »

Amélie pour l’association Se Canto


« Nous tenons à vous remercier pour votre message de soutien.

Ce dernier sera diffusé à l’ensemble des professionnels du CHU via l’intranet.

En vous souhaitant une excellente journée.

Cordialement »

Laura Chambon, pour la cellule Aide-Covid19


Solidaires

mars 28, 2020 dans Arts, Citoyenneté

 

Les élèves du Collège Lucie Aubrac, mais aussi les familles et le personnel de l’établissement envoient tout leur soutien aux soignants qui luttent contre le virus et prennent en charge les malades, ainsi qu’à tous ceux qui continuent de travailler pour permettre aux autres de se confiner.

Mettons à profit ce moment pour être solidaires et penser aux autres.

                                       Katy Munoz, professeure d’arts plastiques

 

La Joconde dans tous ses états !

janvier 12, 2020 dans Arts, Enseignements

C’est la femme la plus célèbre du monde. Pour célébrer à leur façon le 500 ème anniversaire de la mort de son créateur Léonard de Vinci, les élèves ont détourné l’image de Mona Lisa et se sont amusés à l’intégrer dans des situations inattendues : Mona Lisa DJ, Mona Lisa miss France, Mona Lisa footballeuse, Mona Lisa fashionista…

Une trace dans le paysage

novembre 7, 2019 dans Arts, Ecole ouverte, Non classé

 


L’Ecole ouverte qui s’est déroulée les 21, 22 et 23 octobre dernier au collège Lucie Aubrac a accueilli le plasticien Yves Monnier. Celui-ci a proposé aux écoliers participants de produire une œuvre et de la transmettre sur un temps long aux générations futures. L’oeuvre une fois réalisée sera laissée pendant plusieurs mois au paysage et soumise aux aléas météorologiques et environnementaux de toutes sortes. Que restera-t-il alors de l’oeuvre ? Qu’est-ce qui sera transmis une fois que le temps et les éléments naturels auront fait leur travail ? Yves Monnier expérimente ainsi avec les élèves l’idée que le paysage est un matériau qui agit matériellement et poétiquement sur l’ œuvre créée.

  « Dans mon travail, je questionne la fragilité et la matérialité des images »  Yves Monnier

Les différentes phases de l’action :

  • deux groupes d’élèves ont été constitués
  • chaque groupe a choisi un thème fédérateur illustré par une image ( l’utilisation d’une carte mentale a permis d’organiser les idées du groupe et de dégager le thème, à partir d’un souvenir, d’une émotion, d’un fait d’actualité…)
  • une fois l’image choisie, elle est passée au calque noir et blanc
  • un sticker vinylique est contrecollé sur une plaque de fermacell à l’aide de chiffons
  • avec l’aide du vidéoprojecteur, l’image est projetée sur le sticker et les élèves la reproduisent en la décalquant avec des marqueurs indélébiles. Les zones imprimées en noir sont coloriées
  • avec des scalpels, délicatement et en surface, les zones sombres du pochoir sont découpées puis retirées
  • une fois le pochoir réalisé, il ne reste plus qu’à choisir un lieu pour le déposer : ce sera une terrasse du collège au premier étage.

 

Les deux œuvres réalisées par les élèves pourront alimenter la plateforme Mémoires Contemporaines sur laquelle Yves Monnier propose au visiteur d’y déposer une image, une photo qui appartient à son paysage mental personnel et que l’artiste retravaillera à l’aide des éléments naturels.


La session de l’Ecole ouverte s’est terminée par une séance au cinéma le Méliès avec le visionnement du film d’animation Shaun le mouton, la ferme contre-attaque et la visite de la Maison de l’image située au 97, galerie de l’Arlequin où l’animatrice Mathilde nous a présenté quelques-unes des activités proposées par la Maison de l’image : la photographie, la réalisation de courts-métrages et d’émissions de radio… En février 2020, la Maison de l’image sera au coeur de la prochaine session de l’Ecole ouverte !

 


Vous pouvez retrouver le projet artistique du plasticien en consultant le site officiel  yvesmonnier.com

et  la plateforme   www.memoirescontemporaines.com


Le renouveau de la Salle Détente

mai 17, 2017 dans 3ème, 4ème, 5ème, 6ème, Arts, Citoyenneté

Jérôme Favre, peintre muraliste

Jérôme Favre, peintre muraliste

Depuis quelques semaines, une vingtaine de collégiens se proposent de rénover la Salle Détente du collège, sous la conduite de l’artiste peintre muraliste  Jérôme Favre.

Celui-ci exerce l’activité de  muraliste depuis le début des années 1990 ; il est le référent de l’atelier Rocade Sud qui regroupe des artistes qui transforment les murs de la ville en divers supports d’expression : trompe l’oeil, toile monumentale, graphisme…


  Les élèves préparent le matériel et la salle avant d’entrer en action.


Lors de la première rencontre avec l’artiste, les élèves ont réfléchi aux thèmes qu’ils voulaient peindre. Jérôme Favre leur a conseillé de consacrer un mur à la réalisation d’un paysage qui permet à la fois de fixer des repères géographiques et d’agrandir l’espace ; ainsi, ils ont choisi de figurer les immeubles de la Villeneuve se reflétant dans le point d’eau du parc Jean Verlhac, sous le regard bienveillant de la sculpture des deux indiens. D’autres images ont été choisies : un lapin, une fleur, une jeune fille esquissant un dab…

Jérôme Favre a déjà exercé son art sur les murs du quartier de la Villeneuve : ainsi, entre 1995 et 1997, il a participé à la réalisation des peintures murales situées entre le 150 et le 170 de la galerie de l’Arlequin.


                    Quelques motifs choisis par les élèves.


La Salle Détente est un espace supplémentaire offert aux collégiens, empreint aujourd’hui d’une dimension poétique, susceptible peut-être d’apaiser des esprits parfois en ébullition.

 

MONUMENTAL

mars 8, 2017 dans 6ème, Arts, Ecole ouverte, Liaison écoles primaires - collège

  • Pour la session de l’Ecole ouverte de février, le plasticien Yves Monnier a proposé aux écoliers et collégiens de réaliser un travail de sculpture et d’installation sur le thème du monument.
  • Avec cette proposition inspirée d’une installation qu’il a réalisée en 2011 intitulée Fukushima mon amour, l’artiste veut faire réfléchir les élèves à la création d’un monument à la mémoire de leur propre actualité : à quel événement national ou international suis-je sensible, en même temps qu’il fait résonner en moi des sentiments personnels, intimes ? C’est aussi une manière de s’interroger sur cette proximité émotionnelle que suscitent souvent les faits d’actualité

 Installation réalisée par Yves Monnier : Fukushima mon amour, 2011

  • Les élèves ont d’abord réfléchi à un événement d’actualité, avec la possibilité de raviver la mémoire avec éventuellement des recherches sur internet… Ils ont ensuite construit une maquette de la sculpture. Dans la phase de production, l’idée était de permettre à chaque participant de s’approprier un événement, en y apportant des retouches, des modifications de forme, de couleur, de matériau… bref de l’intégrer à sa propre histoire.

LES DIFFERENTES ETAPES DE L’ATELIER :

Les élèves ont cherché sur internet des images d’événements qui ont marqué l’actualité et qui sont inscrits dans la mémoire collective et intime : la destruction de Palmyre en Syrie, le tsunami au Japon en 2011, la dernière coupe du monde de football… Ils ont ensuite représenté par un dessin l’image emblématique de l’événement.


     Préparation des socles pour l’installation des sculptures.


Fabrication et  finition des sculptures.



Drapeaux et stalactites

août 29, 2016 dans Arts, Ecole ouverte, Liaison écoles primaires - collège

L’Ecole ouverte de juillet et août s’est déployée autour de deux actions : l’une initiée par Mme Lenzi, professeure de musique, et la seconde, par le plasticien Yves Monnier.

Il y a quelques mois, la proximité des Jeux olympiques de Rio a donné l’idée de « personnaliser », sous la forme de tableaux, les salles de classe du collège, en y accrochant les reproductions des drapeaux de différents pays.

En faisant des recherches sur internet, les élèves ont choisi les pays qu’ils voulaient représenter ; ce fut pour eux l’occasion de découvrir la riche symbolique des couleurs et des formes qui composent ces bannières nationales.

Ainsi, ce sont 35 drapeaux qui ont été dessinés et peints, prêts, en septembre, à être accrochés. Objets poétiques, souvent la résultante d’événements historiques douloureux, ils susciteront, à coup sûr, interrogations, rêverie et envie d’ailleurs…

                       Viens, mon drapeau, viens, mon espoir !

                       C’est à toi d’essuyer mes larmes…                   

                       ( Béranger, Le Vieux drapeau, 1820)


Géo-logiques


En août, le plasticien Yves Monnier a proposé aux participants de l’Ecole ouverte de réaliser des installations in situ dans l’enceinte du collège, avec pour objectif d’établir un dialogue avec les éléments spécifiques de l’environnement : choisir un lieu à l’intérieur du collège et le modifier pour le métamorphoser en objet vivant qui bouleverse la perception de l’espace, créant ainsi des formes invasives perturbatrices et joueuses.

La salle de musique et l’atrium ont été investis, pour y ajouter, de façon subreptice, des excroissances mystérieuses… qui prennent la forme de stalactites ou de bulles.

Les différentes étapes de l’installation : repérage des lieux à investir ; création, fabrication et pose des formes invasives ; finition à la peinture :

   Dans la salle de musique, on dirait que des bulles de chewing-gum rose suintent comme par magie du plafond !

Yves Monnier s’est inspiré de l’une de ses installations intitulée Passage  qu’il a réalisée en 2007, dans l’appartement d’un particulier à Mulhouse :

Autre source d’inspiration pour Yves Monnier, le plasticien brésilien Ernesto Neto, qui crée des sculptures organiques, formes étirables remplies d’épices qui poussent le public à interagir avec l’installation :

  We stopped just here at the time, 2002, Centre Georges Pompidou

  

Yves Monnier, Ardane, animateur à La Cordée et quelques élèves. A l’année prochaine, pour de nouvelles aventures artistiques !

Avec les enfants du monde

avril 12, 2016 dans 6ème, Arts, CDI, Ecole ouverte, Liaison écoles primaires - collège


 

Le point de départ de la session de l’Ecole ouverte d’avril 2016  est le film de Pascal Plisson Sur le chemin de l’école sorti en 2013 : ce film documentaire raconte les vies attachantes mais difficiles de quatre adolescents dans le monde qui doivent faire des dizaines de kilomètres à pied ou à cheval pour aller à l’école.

Ce film met en lumière le droit fondamental de l’accès à l’éducation et évoque inévitablement en creux tous les autres droits des enfants bafoués aujourd’hui : l’égalité filles-garçons, la liberté d’expression, la santé, le logement…

Nous avons donc proposé aux participants de cette session de réfléchir à la place des enfants dans nos sociétés par le biais artistique : rendre hommage au courage et à l’esprit de solidarité des enfants du film de Pascal Plisson en écrivant les paroles d’une chanson et en composer la musique avec le musicien Pierre-Henri Michel ; une visite guidée au musée de Grenoble sur le thème de la représentation de l’enfant dans l’art ; enfin, clore la session avec la collaboration du plasticien Yves Monnier qui s’est inspiré des œuvres de l’artiste allemand Carsten Höller ; ce dernier a créé dans les années 1990 des installations qui mettent en scène de véritables pièges pour enfants : ses œuvres représentent des pièges construits avec des appâts qui répondent au désir des enfants : un jeu, des friandises… des mécanismes qui, s’ils étaient réels, provoqueraient chez les enfants tentés des blessures graves ou la mort… Le propos de l’artiste est de mettre face à face la position des enfants dans la société actuelle et l’emprise de la société de consommation,  susciter la réflexion chez le spectateur, en même temps qu’il évoque le tabou de l’infanticide.

PROGRAMME DE LA SEMAINE :

Lundi 11 avril :

Après le visionnage du film Sur le chemin de l’école, les élèves ont retenu deux mots qui pour eux  reflètent bien les valeurs mises en exergue par le parcours de vie des personnages : bienveillance et solidarité.

Mardi 12 avril :

Le plasticien Yves Monnier présente son travail artistique ainsi que le projet qu’il propose de réaliser, inspiré de Carsten Höller.


Il présente ci-dessous quelques-unes de ses œuvres et sa démarche artistique : le paysage considéré comme un document, une trace, une empreinte de l’homme à déchiffrer :

  • Il montre les œuvres de Carsten Höller qui traite, d’une manière très personnelle et provocatrice du thème de l’enfance ; les élèves y trouveront  quelques éléments d’inspiration pour imaginer et créer à leur tour un piège pour adolescents :

Premières esquisses de pièges dessinés sur le papier et propositions d’objets qui serviront d’appâts :

 

Mercredi 13 avril :

Les élèves illustrent par un dessin les mots bienveillance et solidarité :

Ils cherchent des informations sur la Convention internationale des Droits de l’enfant sur le site http://www.humanium.org/fr

Les élèves sont maintenant sollicités pour trouver les premières paroles de la chanson qu’ils doivent composer le lendemain avec le musicien Pierre-Henri Michel :

Jeudi 14 avril :

Le musicien Pierre-Henri Michel se met au piano pour composer la chanson avec les élèves ; couplet et refrain sont écrits au fur et à mesure au tableau. Tous entonnent ensuite la chanson sur un air jazzy et original, créé par le musicien :

La chanson composée par les élèves :

C’est pas facile

C’est pas facile, un monde avec respect
C’est pas facile, de tous s’aimer
C’est pas facile, de ne pas se moquer
Mais c’est facile, de s’insulter

Refrain

Roumains, Macédoniens,
Arabes et petits Français
L’important, c’est de vivre en paix…

L’après-midi, nous nous rendons au musée de Grenoble pour une visite guidée sur le thème de l’enfant dans l’art ; deux axes d’étude nous sont proposés : l’enfant dans les tableaux du Moyen-Age et de la Renaissance où il est essentiellement représenté par le visage christique et l’enfant dans la peinture du  XVIIIe siècle où il est avant tout la figure de l’héritier :

Vendredi 15 avril

Les enfants procèdent aux installations qu’ils ont inventées avec l’aide de l’artiste Yves Monnier :


 Tous les dessins des enfants sur les thèmes de la solidarité et la bienveillance :

Le CLUB UNESCO

octobre 10, 2013 dans Arts, CDI, Club UNESCO, Ecole ouverte

UNESCO

Le 25 septembre dernier étaient conviés au collège élèves et parents désireux d’en savoir plus sur la nouvelle session du Club UNESCO.

Maxime Djeudjé, représentant régional des Clubs UNESCO en Rhône-Alpes, a rappelé à cette occasion la philosophie qui sous-tend l’action de ces clubs : aider les enfants et adolescents à devenir des citoyens, grâce à la réflexion, grâce à l’engagement dans des causes fondamentales, comme le droit à l’éducation, la solidarité, l’ouverture aux autres…

Cette nouvelle session du Club UNESCO va donc se déployer autour de deux volets :

        – la citoyenneté : les élèves réfléchiront à partir de thèmes qu’ils auront choisis (la démocratie, le handicap, l’égalité homme/femme, les droits de l’enfant, la pauvreté…) et les mettront en relation avec leur environnement proche ou plus lointain. Le point d’orgue de l’année 2013 sera la journée du 07 décembre : tous les Clubs UNESCO se donnent rendez-vous à Paris pour mettre en commun leurs réflexions et travaux et faire vivre l’interculturalité, si chère à l’UNESCO.

         – l’art en mouvement : nous poursuivons cette année le projet « Connaître mon quartier, découvrir ma ville », initié en octobre 2012. L’un des objectifs est de porter un regard neuf sur le quartier de la Villeneuve, par exemple à travers les nombreuses oeuvres d’art qui y sont disséminées ; observer et accompagner les transformations en cours dans le quartier qui tente une percée sur l’extérieur ; démasquer et débusquer l’insolite et la beauté du lieu, qui souvent résistent au premier regard ou à l’oeil blasé… Nous essayerons d’établir un dialogue entre le quartier et l’histoire de la ville de Grenoble. Passer de l’un à l’autre nous aidera sans doute à mieux appréhender l’originalité et la singularité d’un quartier, qui est l’une des manifestations concrètes des utopies des années 60 et 70.

Le Club UNESCO se réunit tous les mercredis de 13h30 à 15h au collège. Nous vous tiendrons informés régulièrement des activités réalisées et des projets mis en place. 

 

 

fkglkhlkjpmk