Quatre jours en décembre avec Emilie Le Roux

janvier 7, 2017 dans 3ème, Arts, Français, Théâtre

 



 Les 3ème4 ont terminé l’année 2016 avec Emilie Le Roux, metteure en scène de la compagnie théâtrale Les Veilleurs.

Elle a proposé d’ouvrir cette rencontre avec les élèves par la lecture à haute voix de la pièce  La Migration des canards d’Elisabeth Gonçalves, publiée en 2013. Le choix de la pièce ne doit rien au hasard. En effet, elle sera au programme des Veilleurs en 2017 ; mais Emilie Le Roux a confié que le choix de cette pièce  avait été aussi guidé par des réactions d’élèves qui l‘an dernier se disaient victimes de racisme, sans avoir conscience que certains parmi eux manifestaient la même attitude de rejet à l’égard des Roms !

 

 Elisabeth Gonçalves

Elisabeth Gonçalves

Que raconte La Migration des canards ? C’est l’histoire d’un père exigeant, dur jusqu’à la maltraitance physique à l’égard de sa fille unique de dix ans. La famille est dorigine étrangère et vit en France. Comment faire pour s’intégrer ? Comment faire pour être invisible, c’est à dire être encore plus français que les Français ? Le père a son idée : sa fille sera exemplaire, brillante scolairement, irréprochable moralement, parfaite en tout ! Alors la fille choisira de résister à l’oppression paternelle et à l’effacement maternelle par le silence.




La metteure en scène propose aux 3ème4 de construire ensemble un moment théâtral à partir de certains thèmes développés dans la pièce d’Elisabeth Gonçalves : l’immigration et l’identité. Un film documentaire Les Français, c’est les autres­ d’Isabelle Wekstein-Steg et Mohamed Ulad,la chanson de Black M Je suis chez moi et un extrait de la pièce de Ronan Chéneau Nos enfants nous font peur quand on les croise dans la rue serviront de supports à la classe pour débattre, porter ses idées sur les thèmes, ainsi qu’inventer un temps de création auquel tous les élèves participeront.

Comment représenter le racisme au sein de la classe ? Deux groupes s’affrontent par des regards où se lisent le mépris, le rejet, la haine. Les élèves rentrent en eux-mêmes pour jouer la tension, tout en s’appuyant sur la force du groupe. Des mots fusent dans la bouche de chacun d’eux : les insultes racistes pour anéantir l’autre.

Quand on demande aux 3ème4 de faire le bilan de cette semaine passée avec Emilie Le Roux, ils sont nombreux à dire qu’ils ont apprécié leurs premiers pas dans le jeu dramatique et leur participation à la création de la mise en scène  ; mais quelques-uns, tellement bousculés par l’exagération et la force de l’acte théâtral, ont exprimé leur malaise et même leur refus du jeu.

Etre bousculé… c’est aussi cela le théâtre.