Sixième classe théâtre

CLASSE DE SIXIÈME THÉÂTRE

Impression          Logo Espace 600

Le jury  » Décrochage scolaire de la Fondation de France  » , présidé par Serge BOIMARE, soutient, pour la deuxième année consécutive, le projet de la Sixième et de la Cinquième classe théâtre (projet du programme  » Aidons tous les collégiens à réussir ! Explorer les voies possibles, renouveler les pratiques  » ).

Un grand merci à la Fondation de France !

ANNÉE SCOLAIRE 2015 – 2016

Les élèves de la Sixième option théâtre ont travaillé ce lundi 21 septembre avec Émilie Le Roux de la compagnie  » Les Veilleurs  » . Après quelques exercices pour leur permettre d’appréhender la nécessité du travail collectif en théâtre, les élèves ont constitué un tableau de statues exprimant la colère, la tristesse et la déception.

20150921_155120 20150921_154924

ANNÉE SCOLAIRE 2014 – 2015

Le lundi 15 septembre, la classe de Sixième Théâtre a eu la chance de se rendre à l’Espace 600 pour assister à une répétition de Mon Frère, ma princesse, le nouveau spectacle en création de la compagnie des Veilleurs. La représentation en décembre de cette pièce, écrite par Catherine Zambon, marquera l’aboutissement du projet Boys n’ Girls, mené par les Veilleurs depuis deux ans et auquel les élèves de Cinquième et de Quatrième du collège avaient participé l’an passé.
Les élèves de la classe de Sixième Théâtre ont ainsi pu rencontrer les différents membres de la compagnie (les comédiens, l’assistante scénographe, le technicien son et lumière) et voir leur intervenante en pratique théâtrale, Emilie Leroux, dans son travail de metteur en scène.

Emilie Le Roux, metteur en scène

Emilie Le Roux, metteur en scène

Cette rencontre a permis aux élèves de découvrir une ébauche du spectacle auquel ils assisteront en décembre, de réagir et de poser des questions sur les thématiques abordées. Mon Frère, ma princesse traite en effet des difficultés de la construction de l’identité chez l’enfant : Alyan est un petit garçon de cinq ans qui rêve de devenir une fille, d’avoir les cheveux longs et de porter des robes de fée comme sa grande sœur Nina. Les autres enfants se moquent de lui, ses parents s’interrogent ; seule Nina le comprend et le défend face aux critiques. La différence, les relations parents – enfants et frères – sœurs, la violence à l’école : autant de sujets qui n’ont pas manqué de faire réagir les élèves de la classe de Sixième Théâtre.
Rendez-vous du 9 au 12 décembre pour découvrir ce spectacle sur la scène de l’Espace 600.

« Depuis de nombreuses années, je vais dans les classes, j’écris pour les enfants, et je les repère toujours les petits gars rêveurs qui n’ont pas envie de se bagarrer et les petites filles échevelées mal à l’aise dans leur robe de fille. Je vois bien qu’aujourd’hui encore s’exerce une norme où il y a peu de place pour laisser libre cours à d’autres schémas, d’autres paroles, d’autres questions. C’est quoi être une fille ? C’est quoi être un garçon ? C’est quoi qu’il faut savoir pour devenir « autre » ?Est-ce possible d’avoir envie d’être l’un ou l’autre ? Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est quoi un garçon manqué ? Et une fille manquée ? Ça existe ? Et si on ne veut pas être celui-là ou celle-ci : fille ou garçon, il se passe quoi ? Ça veut dire quoi tout ça, au fait ? [...] Il était temps, pour moi, écrivain, d’aborder cette question dans une pièce de théâtre pour la jeunesse.»

Catherine Zambon – auteur

Ce lundi 10 novembre, la Sixième « théâtre » a eu l’opportunité de travailler pour la première fois sur le plateau de l’Espace 600 avec leur intervenante Émilie Leroux.

Après un échauffement collectif, Émilie leur a proposé l’exercice des statues : les élèves choisissent un thème (ici une scène de bagarre) et chacun à tour de rôle vient se placer sur le plateau en adoptant une position et un regard fixe en lien avec le thème choisi. L’ensemble forme un tableau.

Travail sur le plateau 1

Le groupe, qui a choisi cette année de travailler sur des extraits de théâtre jeunesse traitant de la guerre, à ensuite été divisé en trois : une partie des élèves réinvestissait l’exercice des statues en proposant un tableau mettant en scène des enfants victimes d’une guerre, une autre partie effectuait les bruitages des soldats et une dernière partie les paroles des enfants.

Travail sur le plateau 2 Travail sur le plateau 3

La séance s’ est conclue par une lecture de textes dans la mezzanine du Patio : La foule, elle rit de Jean Pierre Canet et L’appel du pont de Nathalie Papin.

fkglkhlkjpmk