Drapeaux et stalactites

août 29, 2016 dans Arts, Ecole ouverte, Liaison écoles primaires - collège

L’Ecole ouverte de juillet et août s’est déployée autour de deux actions : l’une initiée par Mme Lenzi, professeure de musique, et la seconde, par le plasticien Yves Monnier.

Il y a quelques mois, la proximité des Jeux olympiques de Rio a donné l’idée de « personnaliser », sous la forme de tableaux, les salles de classe du collège, en y accrochant les reproductions des drapeaux de différents pays.

En faisant des recherches sur internet, les élèves ont choisi les pays qu’ils voulaient représenter ; ce fut pour eux l’occasion de découvrir la riche symbolique des couleurs et des formes qui composent ces bannières nationales.

Ainsi, ce sont 35 drapeaux qui ont été dessinés et peints, prêts, en septembre, à être accrochés. Objets poétiques, souvent la résultante d’événements historiques douloureux, ils susciteront, à coup sûr, interrogations, rêverie et envie d’ailleurs…

                       Viens, mon drapeau, viens, mon espoir !

                       C’est à toi d’essuyer mes larmes…                   

                       ( Béranger, Le Vieux drapeau, 1820)


Géo-logiques


En août, le plasticien Yves Monnier a proposé aux participants de l’Ecole ouverte de réaliser des installations in situ dans l’enceinte du collège, avec pour objectif d’établir un dialogue avec les éléments spécifiques de l’environnement : choisir un lieu à l’intérieur du collège et le modifier pour le métamorphoser en objet vivant qui bouleverse la perception de l’espace, créant ainsi des formes invasives perturbatrices et joueuses.

La salle de musique et l’atrium ont été investis, pour y ajouter, de façon subreptice, des excroissances mystérieuses… qui prennent la forme de stalactites ou de bulles.

Les différentes étapes de l’installation : repérage des lieux à investir ; création, fabrication et pose des formes invasives ; finition à la peinture :

   Dans la salle de musique, on dirait que des bulles de chewing-gum rose suintent comme par magie du plafond !

Yves Monnier s’est inspiré de l’une de ses installations intitulée Passage  qu’il a réalisée en 2007, dans l’appartement d’un particulier à Mulhouse :

Autre source d’inspiration pour Yves Monnier, le plasticien brésilien Ernesto Neto, qui crée des sculptures organiques, formes étirables remplies d’épices qui poussent le public à interagir avec l’installation :

  We stopped just here at the time, 2002, Centre Georges Pompidou

  

Yves Monnier, Ardane, animateur à La Cordée et quelques élèves. A l’année prochaine, pour de nouvelles aventures artistiques !