Dans le vif du sujet

janvier 6, 2020 dans 3ème, Citoyenneté, Histoire, Sorties - Voyages

Après une phase d’information et d’organisation, le projet Mémoire de la Shoah pour lequel le collège a été sélectionné, a véritablement débuté. Tour d’horizon de ses multiples déclinaisons.

« Il faut montrer aux élèves le caractère universel de la Shoah, démonter avec eux les mécanismes qui ont permis sa mise en œuvre et que l’on retrouve dans d’autres crimes de masse du XXème siècle et parfois dans des sociétés contemporaines. Autrement dit, il faut leur faire toucher du doigt que ce crime ne leur est pas étranger, qu’il a beaucoup à leur apprendre pour comprendre ce qui s’est joué ailleurs et ce qui se joue encore parfois aujourd’hui. »
Christophe Tarricone,
professeur d’histoire-géographie


Résistance : « Aux côtés de Jean Moulin, il y a avait aussi Jean Rachid, Jean Soumaré ou Jean Nguyen »

Capture 4Capture 3   résistants oubliés

Jeudi 14 novembre, l’ensemble des élèves de troisième ont reçu Kamel Mouellef, auteur de la bande dessinée « Résistants oubliés » pour une sorte de conférence de presse où ils étaient les journalistes. Ils ont ainsi pu aborder ensemble un aspect trop souvent méconnu du déroulé de la Seconde guerre mondiale, à savoir le rôle éminent tenu par les populations de l’empire colonial dans la résistance à l’oppression nazie et l’effort de libération nationale. A travers une galerie de portraits, trop souvent blanchi par les livres d’histoire, l’auteur a tenu à redonner un nom, un visage, à ces individus courageux aujourd’hui retombés dans l’oubli et qui ont combattu pour la liberté et l’égalité de la métropole et ses colonies. En entreprenant ce travail sur la résistance, véritable mythe fondateur de la France contemporaine, l’auteur entend permettre à tous les Français de s’identifier et s’approprier cette histoire commune, voire universelle.


En classe avec un historien

Jeudi 14 novembre, les élèves de Mme Sider ont reçu Christophe Tarricone, professeur d’histoire-géographie et historien, spécialiste de la Shoah pour un cours sur le centre de mise à mort de Treblinka en Pologne  dans lequel plus de 700000 juifs ont été exterminés. L’enseignant a alors détaillé, avec force de détails, images et témoignages, la macabre organisation de ce camp, de l’arrivée dans des wagons à bestiaux jusqu’à la crémation des corps.


Les 18 et 21 octobre dernier, l’ensemble des élèves de troisième du collège Lucie Aubrac s’est rendu en visite à la Maison d’Izieu, haut lieu de la mémoire de la déportation en Isère et en France. 

DSC01829

Dans un premier temps, les élèves se sont remémoré le contexte dans lequel s’inscrit la déportation des enfants d’Izieu dans le musée attendant à la Maison.

DSC01834

La visite de la maison fut sans nul doute le temps fort de la sortie. Les élèves se sont imprégnés de l’atmosphère très particulière de ce lieu où se sont réfugiés une centaine d’enfants Juifs fuyant les persécutions avant d’être rattrapés par la barbarie nazie et la collaboration.

DSC01848

Après le repas, les élèves se sont repartis en divers ateliers pour, à la manière d’apprenti historien qu’ils sont en train de devenir, reconstituer à partir des bribes qu’ils ont laissé le parcours à travers l’Europe des enfants ayant séjourné à Izieu. Des lettres qu’ils ont adressées à leurs parents, pour la plupart déjà déportés et mis à mort, en passant par des photos de leurs jours heureux ou des fiches administratives renseignant le convoi dans lequel ils ont pris place destination Auschwitz, cette démarche historique était également une manière de redonner une place dans la communauté humaine à ces enfants à qui on a nié toute humanité.