A l’Ecole des écrivains. Des mots partagés.

mai 4, 2015 dans 3ème, Arts, CDI, Français

 

« Je ne sais pas de quoi je vais parler avant d’écrire »

Pour l’édition 2015 de l’opération littéraire « A l’Ecole des écrivains. Des mots partagés », Emmanuel Merle revient au collège, pour la deuxième fois et notre plus grande joie.

  • Vendredi 10 avril : c’est  la première prise de contact des 3e2 avec l’écrivain.

Depuis combien de temps écrivez-vous ? Comment avez-vous fait pour être publié ? Est-ce que vous vivez de l’écriture ? Est-ce que chaque livre est une histoire particulière ? Qui vous a donné envie d’écrire ?

L’écrivain a répondu aux questions des collégiens en parlant d’abord de son cheminement littéraire : à 18 ans, les premiers textes ; à 30 ans, l’intuition d’une nécessité de l’écriture, et à 40, de manière inattendue et inespérée, son premier manuscrit publié : ce sera un recueil de douze nouvelles, Redwood ; un court instant, la tentation du roman se présente ; mais c’est la poésie, de façon absolue et sans doute définitive, qui lui apparaît comme une évidence, même si elle se vend peu, même si les éditeurs sont prompts à ne prendre aucun risque pour une forme qui hélas rencontre trop peu d’élus.


« Dans chacun de mes poèmes, il y a un bout d’histoire »

  • Combien de temps vous faut-il pour écrire un livre ?

Emmanuel Merle écrit vite : entre 3 à 6 mois pour un recueil de poésie. Il a insisté sur le travail : «  on n’a pas toujours envie d’écrire mais tu écris quand même ! » : plus que le roman sans aucun doute, la poésie exige de l’exercice, du labeur pour trouver le mot qui accueillera la forme juste. « Dans chacun de mes poèmes, il y a un bout d’histoire » dit-il, mais une histoire qui s’écrit avec des mots qui en appellent d’autres… et qui retrouvent la filiation des poètes admirés : Guillaume Apollinaire, Louis Aragon, Jim Harrisson…

« On peut entendre, sans forcément comprendre »

  • Pour les deux prochaines rencontres du mois de mai, Emmanuel Merle a proposé aux collégiens de créer un livre d’artiste, appelé encore livre pauvre qui mêlera l’originalité d’un texte à la fantaisie d’un dessin et d’une forme. Une manière créative d’entrer dans l’univers de la poésie.

Emmanuel Merle présente aux 3e 2 quelques exemplaires de livres d’artistes.


 

  • L’écrivain a clos cette première rencontre par la lecture de quelques poèmes, extraits de son recueil Un Homme à la mer.