Le collège accueille un séminaire sur l’évolution de la formation professionnelle

Le collège a accueilli vendredi 8 décembre un séminaire intitulé « évolution de la voie professionnelle, enjeux et perspectives » dans le cadre du bassin d’éducation et de formation Arve – Mont-Blanc. Croisant les réflexions des établissements de formation, des acteurs économiques (entreprises, chambres consulaires) et des services de l’État (Orientation scolaire et professionnelle, Direccte 74 et Pôle emploi), il était organisé avec le campus des métiers et des qualifications de la mécanique connectée, labellisé sur notre territoire, ainsi que celui de l’hôtellerie-restauration, dont le siège social se situe à Thonon-les-Bains, ainsi que la filière de formation des bâtiments et des travaux publics.

Les projets de campus des métiers, initié conjointement par les ministères de l’Éducation nationale, du travail et de l’économie visent à développer, fédérer, mettre en cohérence l’offre de formation dans la filière,  renforcer les actions entre les différents partenaires, développer des actions de recherche appliquée en lien avec les entreprises, renforcer l’attractivité de la filière, aider et accompagner l’orientation scolaire et professionnelle, ainsi que susciter l’élévation des niveaux de compétence et de qualification. Il offre de belles perspectives pour les métiers et les formations de l’industrie de la Mécatronique et du Décolletage dans la vallée de l’Arve et la Haute-Savoie.

Un contenu très riche

Ce séminaire s’est déroulé en présence des professeurs principaux, PsyEN chargés de l’orientation scolaire et professionnelle et chef d’établissement des collèges de Varens à Passy, Samivel à Bonneville, Karine Ruby à Saint-Pierre-en-Faucigny, Camille Claudel à Marignier, Jean-Jacques Gallay à Scionzier, les Allobroges à la Roche-sur-Foron, et bien évidemment notre collège Geneviève Anthonioz de Gaulle, ainsi que les lycées Guillaume Fichet à Bonneville, du Mont-Blanc à Passy et le lycée agricole de Contamine-sur-Arve.

De nombreuses questions ont été abordés au cours de ces trois heures d’échanges et des différentes tables rondes qui se sont succédées : – celle bien sûr des métiers porteurs, des formations correspondantes sur notre territoire mais aussi de leurs difficultés parfois à attirer les élèves ou apprentis en formation initiale;
– celle des parcours mixtes de formation, après la 3ème, enchainant un ou deux ans en formation sous statut scolaire puis en apprentissage;
– celle de l’évolution de la vie professionnelle, faite aujourd’hui et demain de plus grande mobilité mais aussi, à l’opposé de métier exigeant une qualification pointue qui s’acquière avec le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *