poèmes lyriques par les 3G

poèmes lyriques souvent inspirés du tableau de Caspar David Friedrich

Homme du ciel

 

La tête dans les nuages,

Très loin des bavardages.

Sur une pierre je suis calme,

Et observe la mer qui balme.

 

Vêtue d’un long manteau noir,

Je monte pour voir,

Cette mer si blanche,

Et ces montagnes qui se penchent.

 

Puis je pense à ma vie,

Et réfléchis à c’que j’dis,

À mes amies, à ma famille, à d’où je viens.

 

Enfin je descends,

Très lentement,

Et reviens parmi les vivants.

 

Caroline Lopes

 

 

Soir d’été

 

Je contemple sur mon rocher, plus haut que tout

Vent agité et nuages pelotonnés

Paysage où la vie fleurie et les beaux hiboux

Me font tourner la tête, dans le soir d’été

 

Beauté frêle des êtres, beauté des moissons

Charment mon cœur meurtri de douleur, de douceur

Cette magique nature aux quatre saisons

Reflète en moi, goût de la joie et du bonheur

 

Oh ! Ciel rosé, bleuté et flamboyant, oui reste !

Tant que le soleil ne tombe pas et ne meurt pas

Que la lune ne nous sombre pas dans la sieste

Reste avec moi, ainsi le temps s’arrêtera

 

EBERSOLD Candice 3ème G

 

 

Lever de soleil

 

Lever de soleil sur cette montagne.

Mes sentiments grandissaient, comme le soleil au-dessus de ma tête

En extase devant ce joli paysage

Je rêvais d’une vie nouvelle,

 

Lever de soleil sur cette mer de nuage.

Où je cherchais encore le chemin

De ma vie nouvelle

De mon avenir,

 

Lever de soleil sur cet univers.

Ma vie était un échec,

Alors je prenais le large

Et laissait mon âme au vent,

 

Lever de soleil sur cette galaxie.

Mais, désolée les amis, ma famille

Il est temps pour moi,

De vous dire que tout ça est fini…

 

Eunice

 

 

PASSION MORTUAIRE

 

Je ne sais ce qui me retenait

Je ne sais si tu m’appartenais

J’avance et je marche

Je voyageais sur tes lèvres blanches

 

Ma main effleurait la douceur de ta peau

Mais ce ne sont que des mots

Torrent de larmes

Mourir était-ce un drame ?

 

Inaya

 

Esprit nuageux

Les délicieuses courbes de ton corps

La tendresse de ton regard

La beauté de ton justaucorps

Ta magnifique queue-de-cheval

 

Je te promettrais la lune

Je te promettrais le ciel

Tu n’auras aucune amertume

Mon amour ne sera pas superficiel

 

Inaya

 

 

Sur les vastes plaines aux couleurs arc-en-ciel

Dans les hauteurs sauvages aux prairies de nuages

Je vois la mer et ses îlots de lumières

Dans ces contrées perdues, un mont suspendu

 

Je sens le parfum, de ces hauteurs idylliques

Le vent me caresse, de sa douce atmosphère

Pieds posés sur ces rochers, rafraichi par l’air

Les montagnes divines touchant le ciel elfique

 

Me regardent tel un continent d’outre-mer

Penché sur une colline, j’écoute le temps

C’est comme un songe, sorti de l’océan fier

Poussé par le vent, je remonte le courant

 

Dans ces îles perdues, des collines pointues

Un jeu de la nature, le voyage dure

Rien que des spectateurs, devant cette étendue

Seulement pour l’instant, car rien à jamais ne dure

Victor