Célébration centenaire 14-18

vendredi 21 novembre 2014
par  Claudine Goizet

poppies wall

« The blood-swept lands and seas of red »

Sur une initiative de Mme De Gaudenzi, professeur d’Anglais, collégiens et lycéens ont commémoré à leur façon le centième anniversaire du début de la 1ère guerre mondiale. H de Gaudenzi & poppies

En effet, tout au long de la semaine du 7 au 14 novembre, élèves et professeurs ont tout d’abord confectionné des coquelicots en papier (565 au total) qu’ils ont disposés sous forme de fresque, dans l’espace William Shakespeare, à l’entrée du CDI.

JPEG - 38.2 ko JPEG - 91.4 ko

Puis des groupes d’élèves accompagnés de leurs professeurs sont venus tour à tour, dans cet espace, déclamer le poème « The blood-swept lands and seas of red » (testament d’un soldat britannique inconnu) pour les uns, ou le poème de John McCrae, militaire canadien médecin, intitulé « In Flanders Fields », qu’il écrivit à la mémoire d’un ami tombé au champ d’honneur, pour d’autres.

Cet événement interne à la CSI faisait écho symboliquement à la Commémoration du centenaire qui s’est déroulée à Londres autour d’une installation stupéfiante de coquelicots en céramique plantés dans les douves de la Tour de Londres (création d’un artiste céramiste Paul Cummins et d’un scénographe Tom Piper).
Intitulée "Blood Swept Lands and Seas of Red" (« Le sang a balayé de rouge terres et mers »), l’œuvre éphémère finale sera composée de 888 246 coquelicots en céramique rouge représentant chacun un militaire britannique ou colonial décédé pendant la guerre 1914-1918, dont l’ensemble des motifs « inonderont » le sol tout autour de la tour.
Des centaines de bénévoles ont planté les coquelicots à partir de juillet 2014, jusqu’à la fleur finale qui a été symboliquement plantée le 11 Novembre.
Chaque coquelicot a été vendu 25 livres (32 euros) au profit d’associations d’anciens combattants.
JPEG - 67.9 ko

Les poèmes :
JPEG - 57.9 ko JPEG - 83.1 ko JPEG - 112.4 ko

Pour en savoir plus :

Pourquoi ce jour de souvenir s’appelle-t-il, entre autres noms anglais, Poppy Day (le Jour du Coquelicot) ?

Parce que les champs de bataille de la Belgique, de la France et de Gallipoli (les Dardanelles) étaient couverts de sang et cette fleur rouge est devenue le symbole de cette saignée.
Si outre-Manche et dans tout le Commonwealth, le « poppy » (coquelicot) est populaire, au point que le 11 novembre soit communément appelé « Poppy day », en France, c’est une autre fleur que l’on arbore : le bleuet.

Pourquoi ces 2 fleurs précisément ?

Parce que ce sont des fleurs sauvages qui ont continué à pousser dans la terre ravagée par les combats de la première guerre mondiale. Et toutes deux font écho à un poème, les « Bleuets de France » et « In Flanders fields »

PNG - 107.8 ko
Le symbole des fleurs sera également présent sur le site du nouveau mémorial international qui a été inauguré à Notre-Dame de Lorette (Pas-de-Calais) le 11 novembre, pour commémorer le centenaire de la Grande Guerre. En effet, dans quelques mois, des prairies fleuries de coquelicots, de myosotis blancs et de bleuets seront plantées.
Le jardin central reprendra les couleurs du « Chemin de Mémoire », chaque fleur représentant une des puissances belligérantes : les coquelicots rouges pour les anglophones, les myosotis* blancs pour l’Allemagne, et les bleuets pour la France.
* le myosotis s’appelle "forget me not" en anglais ("ne m’oublie pas")

PNG - 107.8 ko coquelicots myosotis bleuet PNG - 107.8 ko