Le Temple

dimanche 14 juillet 2019
par  Malo
popularité : 10%

Le vent soufflait fort dans la vallée des Dix Mille Fumées, située en Alaska. Cette histoire s’était passée il y a cinq ans, avant tout. Manu Dupont, homme de 40 ans, était en train de se frayer un passage à travers les étendues glacées de la vallée des Dix Mille Fumées, quand il commença à neiger. « Génial, se dit-il, je’aurais dû refuser ». Manu était envoyé spécialement par son chef de travail pour investiture de nouvelles ruines qui semblaient avoir apparues de nulle part, car c’était comme ça qu’il gagnait sa vie. Manu était archéologue, et visitait les ruines qu’il préférait parmi toutes celles que son chef lui proposait pour gagner à peine assez pour se nourrir lui et sa famille. Mais il l’aimait bien, ce métier. Il aimait bien se déplacer à l’autre bout du monde si c’était pour voir des restes d’anciennes pyramides égyptiennes où des forts de guerre appartenant à l’époque de Napoléon. Mais aujourd’hui il savait qu’il n’avait pas fait le bon choix.

La neige et le vent lui fouettaient le visage tellement fort qu’il ne le sentait plus, ainsi qu’il ne sentait plus ses quatres membres. Le brouillard était si épais qu’il ne voyait pas plus loin que son bras, il n’avait pas mangé depuis vingt-quatre heures, et pire que tout il était perdu. Soudain, un énorme temple apparut de nulle part, dominait tout autour de lui. « Le temple Maya, » se dit-il. Il était extrêmement fatigué et ne savait pas où faire une pause pendant une heure sans se retrouver enseveli sous cinq mètres de neige. « Mais la réponse est devant moi, » se dit Manu. Il s’approcha du temple, et entra dedans. Il marcha douloureusement jusqu’au centre du temple, où il trouva un autel pour les prières. Il s’avança et mis un pied dessus, mais une milliseconde après que son pied fut en contact avec l’autel, sa tête résonna d’une explosion sonore si intense qu’il sombra dans l’inconscience.

Il se réveilla dix heures après, avec la tête palpitante de douleur. Soudain, il se rendit compte qu’au moins quarante ombres noires tournoyaient autour de lui,un feu était allumé dans le brasier et une lumière bizarre bougeait au-dessus de lui. Il se releva, et tout aussi vite qu’elles étaient apparues, les ombres disparurent complètement ainsi que le feu et la lumière. « Bizarre, se dit-il. Cela doit être une hallucination de ma part. » Il restait quelques torches allumées, donc Manu alla se réchauffer auprès d’elles. Son visage se dégela, et ses plaies s’ouvrirent au contact de la chaleur de la torche. Une goutte de sang coula le long de son visage et tomba sur l’autel en un son audible et résonnant. Soudain, les ombres réapparurent en un éclair de lumière blanche, et le feu bondit en un geyser de flammes, frôlant le plafond. Un chant sourd s’eleva aussitôt du centre de l’autel et résonna dans la grande salle de cérémonie. « Un sacrifice ! » Manu fut horrifié par cet horrible prédicament. Il resta comme ça, immobile pendant un bon moment, puis se décida. « C’est la seule façon de sortir de cela vivant, » se rassura-il. Il se tourna et courut vers la sortie.

Les ombres abandonnèrent leur chant, et se lancèrent à la poursuite de Manu. Il tourna dans tous les coins qu’il trouva, dans tous les passages qu’il osa emprunter, mais les ombres étaient toujours derrière. Il contourna une colonne, et se retourna coincé dans un cul-de-sac, entre des ombres tueuses et un mur de marbre de trente mètre de haut. Aussitôt, une idée se construit dans sa tête. Il sortit l’essence de sa motoneige qui avait déraillé quarante huit heures avant et qu’il avait abandonné, et trempa un teeshirt qu’il venait de sortir de son sac. Il referma le bidon d’essence, le jeta par dessus les ombres. Puis il commença à parler et son plan se mît en action. Il raconta sa vie aux ombres, et pendant ce temps, alluma le teeshirt plein d’essence à l’aide d’une torche et les attacha ensemble. Il finit de parler en criant « Mais ce n’est pas fini, chers amis, Manu a encore quelques surprises ! » et jeta la torche allumée sur le bidon d’essence, qui explosa.

Manu courut au milieu des ombres chaotiques et sortit par le trou que l’explosion avait percé dans le mur. Il s’échappa du temple, et courut, courut tellement loin que la dernière chose dont il se souvint avant qu’il perdit connaissance fut une longue route avec un 4x4 qui s’arrêtait devant lui. Il se réveilla le lendemain matin en pleine forme, sûr que ce qu’il s’était passé la nuit précédente était un rêve. Mais quand il atteint le miroir et se regarda, son visage tomba. Son visage était couvert d’entailles, la plus grosse étant au front, et il venait de voir dans la réflexion du miroir la veste qu’il avait porté la veille, noire où elle avait été brûlée par les flammes de l’explosion du bidon d’essence. Mais vrai ou faux... ? Manu ne savait pas quoi croire. Il s’habilla, ignora sa femme qui le questionna sur son état, se rendit au travail et résigna le métier d’archéologue. Il se rétablit peu à peu, et maintenant, de nos jours, on peut visiter un cabinet psychologique en Alaska qui se nomme : « le cabinet M. Dupont ». Apparemment, M. Dupont est excellent pour tous les sujets mystérieux pareils que sa propre aventure...