Aphrodite

vendredi 11 janvier 2019
par  Leandro
popularité : 4%

Il y a trois ans, je commençais ma première nuit en tant que garde du plus beau jardin imaginable. Une végétation luxuriante bordait les chemins. Ceux-ci se perdaient dans les fourrés. Les arbres, eux, étaient taillés à la perfection en forme géométrique comme dans les jardins à la française.

Pendant que je terminais ma ronde, je me dirigeais vers le centre du jardin, de loin le plus mystérieux. C’est alors que j’entendis un bruit. Je me cachai donc derrière un buisson pour observer ce qui se passait. Une fontaine se trouvait au milieu. Un gazon l’entourait en forme de rond-point dont les bords étaient recouverts de fleurs de toutes les couleurs.

La fontaine, en marbre blanc était divisée en trois parties : Aphrodite dominait quatre de ses conseillers qui eux-mêmes dominaient huit serviteurs. D’un coquillage posé sur les mains d’Aphrodite, l’eau jaillissait et retombait dans un bassin, où les gens jetaient des pièces pour réaliser un vœux. C’est alors que je me remémorai la légende du village : toute personne qui s’approchait de la fontaine devait être jugée, je m’explique : quatre anges, postés à chaque coin du bassin, prenaient vie et se ruaient alors sur vous pour vous attraper et vous amener voir leur maîtresse : Aphrodite. Elle pesait alors votre amour. Si vous n’en aviez pas assez, elle vous punissait, mais au contraire, si vous en aviez beaucoup, elle vous chérissait. Bref, tout cela pour vous dire que, cette nuit- là, je fus témoin de la chose la plus mystérieuse et fantastique qu’il n’ait jamais existé.

Émerveillé pas la fontaine, je me rapprochais afin de la contempler de plus près. Au fur et à mesure que je me rapprochais, je sentis une présence, comme si quelqu’un m’épiait. Mais, je n’y prêtais aucune attention car j’étais happé par la beauté fontaine. C’est alors que je sentis deux petites mains se poser sur chacun de mes bras. J’entendis ensuite, un petit cri de victoire et une voix qui demanda de l’aide. Me sentant en danger, je commençais à me débattre mais deux paires de main m’attrapèrent aux jambes. Je continuais à m’agiter quand on me souleva du sol. Pensant au pire, je me mis à crier d’effroi. Ne sachant plus quoi faire, je me mis à espérer que c’était des anges qui m’amenaient au paradis. Je me retrouvais face à la statue dAphrodite, et à ma plus grande frayeur, elle se mit à me parler : “Bonjour Ronald” me dit-elle. “Bon... bonjou... bonjour” bégayais-je. Comme par magie, elle fit apparaître, dans une de ses mains, une balance et, de l’autre, elle me souleva sans effort pour me mettre dessus. “Qu’en pensez-vous ?” demanda-t-elle d’une voix légère. “Je pense que vous êtes très belle” lui répondis-je. Car depuis que je l’avais vue, je ne pouvais m’empêcher de la regarder. Sa peau, d’une blancheur éblouissante, ses longs cheveux soyeux, sa bouche d’une rougeur écarlate... Bref j’étais tombé amoureux. “Je n’en sais trop rien !” s’exclama quelqu’un. “Il était dans le négatif” dit un autre. “Mais il est subitement monté dans le positif” fit remarquer un troisième. “Étrange, inhabituel même, quand pensez-vous mademoiselle ?” demanda un quatrième. “Vous êtes mes conseillers, c’est donc plutôt à moi de vous le demander ! Mais bon, je vois que vous êtes confus. La balance est dans le positif, cela ne veut dire qu’une chose et vous le savez” “Cela faisait longtemps que cela ne s’était pas passé” répondit un conseiller. “Je m’occupe du reste” dit alors Aphrodite, et de la main où elle avait fait apparaître la balance, elle m’endormit et me fit rêver les rêves les plus fous. Grâce à elle, je vécus les désirs qu’aucun homme n’avait jamais vécu ; Grâce à elle, je sus ce qu’aimer et être aimé voulait dire. Mais à mon grand désespoir, quand l’aube se leva, tout disparut et la seule chose qui me faisait croire que ce que j’avais vécu était réel, était mon amour pour elle.

Leandro, Marin, Gabriel