Victoria rêve, un texte de Timothée de Fombelle, une couverture illustrée par François Place

mercredi 10 octobre 2012
par  Amani B
popularité : 1%

JPEG - 15.1 ko "Victoria voulait une vie d’aventures, une vie folle, une vie plus grande qu’elle. Et l’on disait tout autour d’elle : "Victoria rêve." [...] Mais depuis quelque temps, un monde imaginaire débarquait dans son existence. Elle avait l’impression d’une foule de personnages qui descendaient de sa bibliothèque en rappel pour venir semer leur pagaille. Victoria voulait savoir ce qui lui arrivait. Y avait-il un lien avec les livres qui disparaissaient de sa chambre ? Toutes ces pages étaient-elles en train de se glisser à l’intérieur de sa vie ? Cela devenait sérieux, étourdissant, comme une invasion."

Ca y est, il est paru !

J’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire : pris dans les rêves de Victoria et les miens. Mais cela vaut le coup de s’accrocher pour avancer dans l’histoire.

La couverture est magnifique, et il faut l’observer très attentivement pour mieux comprendre les références à tout un tas d’autres livres. Y compris celles qui ne sont pas dans le roman mai seulement sur la couverture.

Marianne Dashwood (Sense and Sensibility, by Jane Austen), Charlotte Corday, Scarlett O’Hara ou Elisha Lee (Les yeux d’Elisha, par Timothée de Fombelle)... je vous laisse rechercher les autres, ce n’est pas si difficile.

Le CD est également au CDI. L’histoire lue par Timothée de Fombelle lui-même. Dans le livret, l’auteur dit : "Ce qui est intéressant, pour tout auteur, je crois, c’est d’entendre son texte lu à haute voix par quelqu’un d’autre. On a un peu l’impression de le redécouvrir. Or quand c’est moi qui lis, je suis ce quelqu’un d’autre."

"Un petit livre sur les grands livres qui nous habitent."