Monsieur de Fombelle,

jeudi 3 mai 2012
par  Walter F
popularité : 3%

Je n’en reviens pas !

Ce matin, c’est comme si j’étais tombé du Graf Zeppelin avant d’arriver à Rio de Janeiro !

Mon agent vient de m’envoyer l’adresse de mille et une minutes, un site internet sur lequel vous semblez affirmer que je n’existe pas.

Vous révélez pourtant des détails qui semblent vrais en disant que vous vous êtes "inspiré du poète allemand Bertold Brecht qui a fui l’Allemagne nazie dans des conditions assez rocambolesques". J’apprécie moi aussi le théâtre de Monsieur Brecht. Je vous remercie de la comparaison flatteuse.

Mais peut-être que l’on vous prête simplement ces propos sur un site peu crédible, ce que ne laisse pourtant pas supposer le reste de son contenu. Vous pourrez dire à Monsieur Nicolas Bonin et ses amis qu’ils ne m’ont pas trouvé sur internet parce que je n’avais pas envie que l’on m’y trouve !

Je peux vous affirmer que j’existe bel et bien et que je suis encore en pleine forme. Je reviens d’ailleurs d’une randonnée à la Bastille. Celle qui tient encore debout, pas la place parisienne ou l’arrêt de métro. Je n’en dis pas plus, je suis bien tranquille où je suis et je préfère ne pas être dérangé par vos lecteurs trop curieux.

En tout cas, on peut vraiment lire n’importe quoi sur internet !

Walter Frederick