Lettre de Lady Cameron à M. de Fombelle

samedi 17 mars 2012
par  (^°^)
popularité : 24%

Monsieur de Fombelle,

Permettez-moi de vous l’écrire : je suis très fâchée contre vous !

Vous osez me présenter comme une aristocrate sans manières et cupide, n’en voulant qu’à la fortune de la jeune Ethel, préoccupée par le décompte des tableaux et pièces de valeur d’Everland !

Quant à cette chasse à courre improbable en voiture que vous mettez en scène dans votre roman de va-nu-pieds [1], et où vous me représentez embourbée et ramollie comme une vieille éponge, vous passez les bornes, Monsieur Timothée de Fombelle !

J’ai donc le plaisir de vous annoncer que j’ai déjà contacté votre éditeur britannique et demandé à ma cousine, Lady Fairfax de Cameron d’envoyer ma biographie à votre traducteur anglais pour qu’il fasse porter les corrections nécessaires dans votre livre de prince sans royaume entre ciel et terre.

Je ne sais pas d’où vient votre particule, je n’ai pas non plus trouvé de trace de vos terres de Fombelle sur les cartes terrestres et célestes ; quoi qu’il en soit, en ce qui concerne l’éditeur français qui a pris le risque de publier ce roman Vango qui relève plus du conte merveilleux que votre Tobie Lolness... que de faits historiques comme pourraient le laisser penser les quelques photographies de certains de mes amis que vous avez du trouver sur internet, M. Cameron, mon arrière petit neveu s’arrangera pour faire demander à votre éditeur de revoir à la baisse vos émoluements lorsqu’il rencontrera l’arrière petit filleul de votre général de Gaulle.

Je ne vous salue pas,

Lady Cameron


[1] votre cher Vango marche pieds nus une bonne partie de son enfance à Pollara, et à peine débarqué à Lakehurst il se fait voler ses chaussures en pleine crise !