La métamorphose / Kafka

vendredi 8 décembre 2006
par  Daniel
popularité : 23%

Dans ce roman de Kafka, ecrit en 1913, le fantastique m’est apparu dès la première page, quand, Gregor Samsa, un représentant de commerce, se réveille dans le corps hideux d’un scarabée ou cancrelat. L’intrigue a pour lieu une maison ,celle de Grégor. Dès ce jour commence l’enfer que vit Gregor. Trés vite il est "caché" par sa famille qui commence à le repousser. Il va être la honte de la famille, exclu de celle-ci.

Mais cette métamorphose n’est qu’un masque pour l’auteur. Derrière cette "métamorphose" on devine que l’auteur veut montrer et souligner les difficultés familiales. Il souligne le rejet d’être different des autres. Suite à cette métamorphose il ne pourra plus rapporter d’argent à la maison.

Au fil du livre on ne s’ennuie pas, on est, comme, pris au-dedans. Mais il y a cependant quelques points négatifs, comme l’attente du lecteur qui voudrait de l’action et des détails concernant la métamorphose.

Je voudrais conseiller ce livre à tous, car l’auteur écrit plutôt "facilement". Le mystère qui s’épaissit peut conquérir l’attention de chacun. L’auteur mélange le fantastique avec le réel, donc cela donne envie de lire et c’est ce qui rend ce livre facile à lire pour tous.


Commentaires  (fermé)

Logo de Pichnette027
jeudi 2 octobre 2008 à 19h03, par  Pichnette027

Le livre de Kafka, comme on peut le constater, est de registre fantastique. Il porte à première vue sur les rapports entre Kafka et sa famille alors qu’il est un hideux cancrelat. On constate que dans les analyses faites sur cette histoire, le personnage est en effet en conflit avec son père cependant lorqu’on s’attarde sur certains détails et que l’on se pose la question "qui est le monstre dans l’histoire ?" et "qui concerne la métamorphose ?" on remarque que sa soeur est vraiment le plus horrible personnage dans l’histoire en effet au début elle est certes la plus attentionnée envers son frère mais petit à petit, elle ne le nourrit que par pitié ! De plus c’est elle qui, la première, annonce qu’il faut absolument se débarrasser de Grégor et ne plus le considérer comme un membre de la famille. Finalement, il y a bien le thème de la métamorphose au sens propre qui est celle de Grégor mais il y a également la métamorphose du comportement de toute sa famille !

On peut également constater que lorsque Grégor se retrouve transformé en insecte, son étonnement n’est pas spectaculaire en effet si nous nous imaginons à sa place, nous voyons que nous ne ressentirions pas du tout les mêmes sentiments que lui ! En effet il n’éprouve aucun sentiment de révolte, il ne se pose pas de questions par rapport à sa métamorphose... Le seul moment où il se rebelle est lorsque sa mère et sa soeur se mettent à enlever les meubles de sa chambre. Il se poste alors sur le tableau de la dame au manchon et n’en décolle plus. Au fur et à mesure de l’histoire, Grégor évolue mal ; il ne mange plus, il et blessé...

Cette histoire n’est pas très attirante mais beaucoup de choses sont à deviner derrière les mots de Kafka.

Logo de Ditengou Rockaya Nielle
samedi 22 mars 2008 à 15h11, par  Ditengou Rockaya Nielle

j’ai trouvé ce texte très poignant très parlant et surtout très métaphorique.Et il est vrai que la manière avec laquelle cette histoire est narrée laisse le lecteur totalement bouleversé et marqué par l’histoire. Mais l’on comprend bien que l’effet que cette histoire produit sur le lecteur est à la hauteur de son origine.Il e paraît clair que Kafka parle plus avec son cœur qu’avec sa plume même si, on le sait, les deux vont de paire.

Logo de /-\
jeudi 13 septembre 2007 à 13h54, par  /-\

Franz Kafka est né à Prague le 3 Juillet 1883, il a été un des meilleurs écrivains du XXeme siècle. Auteur d’origine juive et de langue allemande, il est mort à Kierling le 3 Juin 1924.

Ce livre est un texte fantastique car il traite une histoire surnaturelle. Le récit se passe au XXeme siècle dans un appartement. Un vendeur, Grégor Samsa, se réveille un matin transformé en insecte atroce. Il va devoir souffrir car sa famille le rejette et ne veut plus l’assumer ; ils le nourrissent mais évitent tout contact. Grégor ne peut communiquer avec personne, il ne peut donc pas expliquer à sa famille qu’il a toute sa tête. Il finit par se laisser mourir de faim et de désespoir dans sa chambre, enfermé, et sa famille s’en réjouit et l’oublie très rapidement. "Nous devons tenter de nous en débarasser. Nous avons tenté tout ce qui est humainement possible pour prendre soin de lui et le supporter avec patience ; je crois que personne ne peut nous faire le moindre reproche" . Discours de la soeur de Grégor quand celui-ci espérait qu’elle lui joue un morceau de violon dans sa chambre.

Les personnages de ce récit sont la famille de Grégor et lui-même. Grégor est isolé de sa famille. Il désespère.

L’atmosphère de ce livre est plutôt tendue, en effet nous nous représentons bien les scènes et les personnages grâce aux riches descriptions narratives.

Franz Kafka est un auteur au style fantastique un peu compliqué.

Les idées essentielles qui ressortent de ce livre sont la solitude, la monotonie, les conflits familiaux particulièrement entre le père et le fils et le fait de se sentir rejetté de la société si nous n’avons pas ue apparence physique adaptée et banale.

Je pense que ceux qui aimeraient lire ce livre sont des personnes ayant un vocabulaire assez riche et une habitude de la lecture. Une compréhension assez développée facilite la lecture de La Métamorphose.

Yoann G

Logo de /-\
jeudi 13 septembre 2007 à 13h52, par  /-\

La vie de Gregor est très monotone, il est représentant de commerce, c’est un métier fatigant qui ne l’intéresse pas, avec un directeur exigeant qui ne lui fait pas confiance. Mais un matin, Gregor se rend compte que, pendant la nuit, il s’est métamorphosé en monstre répugnant.

Toute l’histoire se passe dans la petite chambre de Grégor, chambre qui dégage une athmosphère étrange et cauchemardesque tout au long du livre. Peut-être que Kafka, de tempérament sombre, a voulu transmettre ses propres sentiments vis-a-vis de sa famille, et du reste du monde, à travers son personnage principal, qui se fait rejeter par les autres, et même par ses propres parents. C’est peut-être pour cette raison que le livre met mal à l’aise, en plus des descriptions des personnages, qui paraissent trop rééls. On peut imaginer que l’histoire a réellement existé, et même qu’elle pourrait un jour nous arriver. En se mettant dans la situation de Grégor, ou de sa famille, on se pose des questions nous concernant : comment aurions-nous réagi à leur place ? Est-ce qu’avoir l’apparence d’un monstre change l’état d’esprit d’une personne ?

"La Métamorphose" est un livre qui m’a beaucoup plu. Cependant, je ne le conseille qu’aux lecteurs avertis : le livre est écrit de manière soutenue, et quelquefois monotone.

Anne-Clémence F

Logo de /-\
jeudi 13 septembre 2007 à 13h51, par  /-\

La métamorphose a été écrite par Franz Kafka, un écrivain d’origine tchèque, en 1912, plus précisément du 17 novembre au 7 décembre.

Ce livre est un récit fantastique rédigé dans un language très soutenu. Toute l’histoire se déroule dans la maison du personnage principal, Gregor, qui s’est réveillé un matin transformé en un horrible insecte. Ceci est la raison pour laquelle Kafka ne donne absolument aucune information sur le lieu et l’époque où se passe la scène. Tout le livre est basé sur les rapports entre Gregor et sa famille : celle-ci le rejette, plus par peur que pas dédain. De son côté, Gregor est malheureux car il ne peut pas communiquer avec ses proches : il aimerait leur faire comprendre que malgré son apparence, il est toujours le même et ressent toujours les mêmes choses.

Le personnage de Gregor est constamment en combat avec lui-même : son aspect physique l’empêche de vivre aussi facilement que d’ habitude. Sa famille quant à elle, ne cherche qu’une chose : se débarasser de la "bête".

C’est un récit sans dialogues, que l’on peut juger ennuyeux si l’on a envie de savoir pourquoi et comment le personage s’est métamorphosé. L’auteur ne donne absolument aucune explication. Ce livre n’est pas à conseiller aux personnes qui aiment les romans d’action, de suspense et d’aventure.

La métamorphose n’est pas l’histoire d’une transformation, mais celle des difficultés de communication entre parents et enfants. Franz Kafka a pris comme prétexte un métamorphose pour parler de l’importance de l’aspect physique dans les relations entre personnes. On pourrait presque dire que c’est un récit philosophique.

Marianne C

Logo de /-\
jeudi 13 septembre 2007 à 13h49, par  /-\

La Métamorphose de Franz Kafka est un livre court qui reflète son époque d’une façon nouvelle. Franz Kafka était un écrivain tchèque de langue allemande.Il était en quelques sortes philosophe et critique de la société mais à travert des œuvres sousjacentes afin afin d’ésquiver la censure de l’époque. La Métamorphose en est un bon exemple, un livre fantastique, un genre particulier pour le début du XX° siècle. L’histoire de ce roman se déroule en permanence dans un appartement où habite Gregor Samsa et sa famille. La métamorphose de Gregor entraîne le dégoutde ses parents et sa sœur et leur désintérêt envers lui, voir même un rejet complet. Kafka emploie un style particulier, qui consiste à donner peu d’importance à l’émotion du récit ; à la place on découvre un roman purement descriptif. Peut-être est-ce pour refléter la froideur avec laquelle la société traite certaines personnes, ou serait-ce la froideur avec laquelle l’auteur critique ? Il est clair que ce livre dénonce la discrimination envers les individus différents ou démunis en se plaçant du point de vue de cette minorité. Peut-être est-ce pour faire culpabiliser le lecteur et les faire réagir. La brièveté de La Métamorphose est compensée par une lecture riche, parfois complexe. Ce livre, je vous le recommande si vous appreciez un roman au vocabulaire riche. Pour les lecteurs moins experimentés, vous ne comprendriez sûrement pas tout le texte. La Métamorphose est donc un livre à l’atmosphère étrange mais où se cache une forte critique, peut-être philosophique.

Simon F