Édito

Le 8 septembre 2017

Le CASNAV de l’académie de Grenoble a 10 ans, et durant ces dix ans il a œuvré pour que la question de l’inclusion des élèves allophones dans les classes soit de plus en plus facilitée et devienne de plus en plus familière et naturelle aux écoles, collèges et lycées. Grâce à des professeurs toujours très engagés et de mieux en mieux formés, ces élèves sont accueillis et accompagnés. Certes, il reste toujours des améliorations à introduire, certes, il y a encore des nœuds plus ou moins épineux à dénouer et à résoudre, certes, chaque année apporte son lot de cas singuliers, de problématiques nouvelles à traiter, mais les personnels qui travaillent sur ces questions savent que le dossier des élèves allophones ou issus de familles itinérantes et Voyageurs est un laboratoire du système éducatif pour interroger sa souplesse, sa capacité d’innovation et sa réactivité.
Le site du CASNAV doit suivre ces évolutions, et surtout s’ouvrir à un public de plus en plus nombreux pour répondre aux interrogations. Après une réflexion de plusieurs mois, nous sommes heureux de vous en présenter l’aboutissement. Nous attendons de votre part des retours, pour en améliorer encore la lisibilité et l’efficacité, pour qu’il soit un outil d’aide facile d’accès et qu’il réponde à (presque) toutes vos questions. L’équipe du CASNAV est évidemment prête à vous assister pour des questions plus particulières.

Pour répondre aux défis qui vont se poser dans les prochaines années, une nouvelle équipe est à votre écoute et à votre service, dans la continuité de tous les valeureux collègues qui l’ont précédée au CASNAV, Fabrice Peutot, Marie-Louise Fuchs, Jean-Charles Berthet, Laurence Parry, Philippe Rego. Maryse Vincent, une des mémoires vives du CASNAV de Grenoble a accepté de relever le gant de la coordination, et de quitter la Haute Savoie où elle a animé le dossier avec grande compétence pour rejoindre Grenoble, et Sophie Thuillier a quitté ses élèves d’UPE2A pour s’en occuper autrement, comme chargée de mission pédagogique au CASNAV. Quant à Camille Marger, il reste fidèle au poste avec la mission d’ouvrir désormais encore plus le CASNAV à l’ère du numérique.

Nous sommes tous convaincus que le dossier que nous portons est un signe important d’une Ecole authentiquement républicaine, qui s’ouvre à tous les enfants sur son sol, quels qu’ils soient et où qu’ils soient, et surtout d’où qu’ils viennent et les accueille pour les conduire à la réussite de leurs projets, mais aussi les aider à se construire en tant qu’individu conscient des valeurs que porte notre République et des valeurs humaines universelles. En ces temps où la barbarie essaie de forcer nos portes, le CASNAV se veut porteur d’humanité et de tolérance, d’ouverture et de confiance.

Guy CHERQUI, IA-IPR, Responsable du CASNAV de l’académie de Grenoble