Ressources pour enseigner

Mot-clé - Ecriture

Fil des billets

Apprendre le français en construisant une maison

construire_maison.jpg

Voici une séquence, conçue par Guylaine Minodier, à destination d’un groupe d’environ 8 élèves de niveau hétérogène, du CP au CM2 (grands débutants et niveau A1), détaillée, en 11 séances d’environ 1h30.
Les objectifs principaux de la séquence, à travers un projet de langage en action centré sur la construction d’une maison en 3D, sont :
• l’acquisition du lexique du thème de la maison, du matériel scolaire et des consignes
• l’acquisition de structures langagières simples mais précises
• l’acquisition du vocabulaire spatial
• la production du récit de fabrication de la maison, d’abord collectif, puis individuel
• le développement de compétences d’autoévaluation et d’évaluation entre pairs, par le biais du film

Vous trouverez ci-dessous les documents à télécharger pour mettre en œuvre ce projet :

la séquence du projet
la liste des compétences langagières et linguistiques travaillées tout au long du projet
la liste des items lexicaux et syntaxiques qui peuvent être évalués au cours de la séquence
la liste des objets recyclés pour construire la maison
des exercices écrits pour travailler l’acquisition du lexique de la maison
un exemple de récit de fabrication de la maison
une activité d’écriture « à la manière » du poème de Paul Eluard : « Dans Paris »

Six jeux de cartes sur le thème de la maison (loto, memory, 7 familles) ont également été utilisés. Une recherche sur internet permet de trouver, au besoin, des jeux à imprimer gratuits de ce type. Signalons ici le site de Vincent Bonnaure, contenant notamment un générateur de jeu de loto et un générateur de jeu de sept familles.
Enfin les paroles et la partition de la comptine "Pirouette Cacahuète", utilisées dans le cadre de la séquence, sont faciles à trouver.

Cette séquence a permis à l’enseignante de constater de nets progrès chez les élèves, qui sont entrés très volontiers dans le projet et dans la langue. Parce que construire ensemble un objet pour la classe crée nécessairement le besoin de communiquer : parler pour demander du matériel, pour découper, pour coller, pour décorer, mais aussi pour jouer avec des figurines, avec des cartes, pour chanter, pour écrire un poème, pour expliquer comment on a fait pour créer cet objet.
Chaque élève a pu apporter sa pierre à l’édifice, en fonction de son niveau de maîtrise de la langue. N’hésitez pas à avoir recours au film ! Ce média a permis aux élèves de conscientiser et de verbaliser leurs propres progrès, ainsi que ceux de leurs camarades.
Pour construire des phrases et des apprentissages, et si on commençait par construire ... une maison !


Les principaux documents cités dans la séquence sont des extraits du Dictionnaire illustré français junior (éditions ELI) et de son fichier d’activités, ainsi que du Lexique de la classe interactif (éditions Retz

Atelier d'écriture au Lycée Argouges

Enseignante en FLE-FLS au lycée Argouges,May Aid a monté un atelier d’écriture prévu pour huit heures de travail en autonomie pendant les vacances. Ayant travaillé en amont la synonymie, l’association des mots voisins, l’antonymie, les "faux frères", la polysémie, l’homonymie, la paraphrase, la périphrase, la valeur des préfixes et des suffixes, les élèves ont développé des stratégies d’induction du sens des mots-clés difficiles dans un texte. La lecture et l’écriture d’un poème visent alors à les initier aux notions de syllabe, de rimes, de rythme, de figures de style, à attirer leur attention sur l’unité de sens que constitue un poème (champ lexical et champ sémantique, structure et dynamique d’un poème) et à les sensibiliser à un autre usage de la langue (expression d’un imaginaire personnel).

Télécharger l’atelier

Accéder aux réalisations des élèves ayant suivi l’atelier


                  


L'enseignement de l'écriture en langue seconde

Françoise Armand, Le Thi Hoa, Élodie Combes, Rita Saboundjian et Nathalie Thamin, du Département de didactique, Université de Montréal, ont présenté en 2011 une synthèse de connaissances qui porte sur l’enseignement de l’écriture en langue seconde. Réalisée avec le soutien de la Direction de la recherche, des statistiques et de l’information et de la Direction des Services aux Communautés Culturelles du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), elle vise à alimenter la réflexion en lien avec le Plan d’action pour l’amélioration du français à l’enseignement primaire et à l’enseignement secondaire , en particulier en répondant à la question : 

Quelles sont les approches à privilégier pour favoriser l’apprentissage du français langue seconde, à l’écrit, chez les élèves allophones?

Pour accéder à plus d’information sur cette synthèse et pour la consulter, rendez-vous sur cette page.


Livres Didapages : "J'écris sur mon cahier", "la dictée"

Un livre didapage est un livre électronique, simple d’utilisation, qui peut inclure des supports son ou vidéo en plus du texte et de l’image. Un didapage peut également contenir des exercices, autocorrectifs ou non.

Les deux ensembles didapage "J’écris sur mon cahier" et "la dictée", élaborés par Nancy Durand, Magalie Bruant et Sélène Espinosa, constituent un outil pédagogique destiné à des élèves nouvellement arrivés en France, débutants en langue française (n’ayant pas le niveau A1) et scolarisés aux cycles II et III pour l’enseignement/apprentissage du français.

Lire la suite...


Jouer avec le méta-langage

Le logorallye
Le cadavre exquis
Les petits papiers
M + X

Lire la suite...


Atelier d'écriture : Du sujet de rédaction à la situation de communication

"Afin de rendre l’écrit moins gratuit, on va l’ancrer dans une situation de communication. Pour cela, on va jouer sur la forme du sujet, mais aussi sur la manière dont s’élabore le texte et sur son devenir, afin de favoriser les interactions. Le texte devient un objet de communication, soit parce qu’il adopte directement un genre lié à la communication, soit parce qu’il devient un enjeu de la communication entre les apprenants."  

Gérard VIGNER, Enseigner le français comme langue seconde, CLE International 2001

Lire la suite...


Les ateliers à contraintes formelles

Contraintes portant sur la structure
Contraintes portant sur les mots à employer
Contrainte portant sur le genre du texte

Apparus dans les années 20 avec le surréalisme, ces jeux avaient pour but de libérer l’esprit, de laisser s’exprimer le psychisme. Pour cela, il fallait « casser » la belle ordonnance du texte au profit d’images, de rencontres textuelles inattendues. Découper, accoler, caviarder : voilà des moyens concrets pour faire naître des textes nouveaux et étranges à partir de textes préexistants. L’écriture automatique, où la main court sur le papier, sans règle, sans thème, doit aussi permettre d’atteindre cette zone de l’âme.

Dans les années 60, autour de Raymond Queneau, est fondé l’Oulipo (« OUvroir de LIttérature POtentielle »). Ces jeux d’écriture font appel à des contraintes formelles très fortes, basées sur les mathématiques ou le hasard. En libérant de l’angoisse de la page blanche, ils permettent également de démarrer très tôt les jeux d’écriture. « Au fond, je me donne des règles pour être totalement libre » (Georges PEREC)


Lire la suite...