Panos Athanasopoulos, professeur de linguistique et de langue anglaise à l’université de Lancaster, a observé des changements en termes de "vision du monde" induits par le passage d’une langue à l’autre pour les personnes plurilingues.

Partant du constat que les locuteurs allemands, à qui on demande de décrire une brève séquence video, tendront à exprimer l’action visionnée dans une globalité incluant l’intention (Une jeune femme marche vers sa voiture), alors que les locuteurs anglais se concentreront davantage sur le cœur de l’action (Une jeune femme est en train de marcher), l’auteur donne à voir  à des groupes de personnes bilingues des séquences où le sens de l’action est possible sans être évident, en faisant varier le contexte linguistique du test : avant de le passer, les intervenants répètent soit une kyrielle de nombres en allemand, soit en anglais. Ce bain linguistique semble influencer leur interprétation des vidéos : ceux qui ont été imprégnés d’allemand on plutôt perçu les scènes visionnées en lien avec un objectif, quand ceux qui ont pris un bain d’anglais ont tendu à associer la vidéo à une scène ouverte à but non défini.

Pour en savoir plus :

https://theconversation.com/comment-la-langue-que-vous-parlez-change-votre-vision-du-monde-60216