Sa méthodologie anticipe les besoins éventuels et futurs des élèves. Par exemple l’initiation au dessin  ou dessin technique, ou encore DAO (dessin assisté par ordinateur) pouvait être utile à l’élève pour certains apprentissage, comme en plasturgie.


Elle est également actionnelle (par tâche, par projet), avec l’apport du multimédia : ainsi des visites virtuelles au Louvre ont été complétées par les visites réelles au musée  de Grenoble.

La composante linguistique de l’enseignement de Mme Belter met l’accent sur la grammaire du texte, en approche communicative.  L’acquisition du lexique courant est toujours présent  et d’une grande importance pour les élèves découvrant la langue française. Sans oublier la composante para-linguistique: langage du corps, postures, gestes, mimiques,  approfondis à l’occasion de séquences de théâtre et de danse.

Cette pédagogie utilise  le discours authentique : les œuvres de fiction, les extraits de théâtre, les textes de chansons, des monuments du patrimoine musical français comme "Né quelque part" de Maxime Le Forestier, ce qui a donné l’occasion de travailler avec une autre classe du lycée en musique, pour le spectacle de fin d’année.

D’autres documents ou données  authentiques, comme un programme de la MC2 ( la Maison de la Culture) à Grenoble, ou un article du Geo n° 403 “Afrique, numéro spécial”, se sont révélés adaptés aux niveaux et objectifs des élèves.

Ces documents ont servi à l’élaboration de la progression des séquences pédagogiques :

A partir des données recueillies et analysées , l’enseignante  sélectionne :

1/ les savoirs langagiers à enseigner, incluant les champs sémantiques liés aux métiers.

2/ les situations de communication en Arts (analyse des tableaux, des chansons, élaboration d’une chorégraphie…)

3/ les aspects culturels à étudier (théâtre, danse, cirque, acrobatie…) qui permettent d’acquérir une compétence interculturelle. Souvent, l’enseignant méconnait la culture des élèves et se trouve comme eux en situation de découverte, ce qui met en place un apprentissage coopératif.

Conciliant les activités didactiques en FLE général  et  les activités spécifiques  du domaine des Arts et Culture pris au plus près du terrain , de la vie réelle, la pédagogie de Krystyna Belter s’inscrit dans le CECRL, cadre européen commun de référence pour les langues, élaboré par des experts des États membres du Conseil de l’Europe, qui depuis 2001 oriente l’enseignement des langues.

Dans notre cas, le référentiel des compétences est à la croisée des  référentiels en langue et de ceux des autres enseignements (Histoire des Arts, préparation au B2i). La biographie langagière comporte l’enseignement de la langue et celui de la langue spécifique apprise dans  les expériences scolaires ou extra-scolaires telles que spectacles, sorties, stages…

Les premières séquences concernaient directement le programme CAP : se construire (se présenter, raconter son histoire);  s’insérer dans un groupe (communiquer).  La réalisations d’autoportraits et de portraits, textuels puis visuels, on servi cet objectif. Les travaux visuels ont donné l’occasion de parler et d’écrire sur Matisse, Poussin, Arman, Arcimboldo, et de pratiquer le dessin, le graphisme, le collage. Les élèves ont été stimulés et enrichis par des visites au Musée de Grenoble et à l’ESAD, École supérieure d’art et design.

Les objectifs des séances suivantes, participer, se montrer, ont été abordés par la danse en lien avec le Centre Chorégraphique de Grenoble , dans le cadre du partenariat du lycée avec la MC2.

Une séquence importante a ensuite été consacrée à la chanson "Et moi, et moi, et moi" de Jacques Dutronc. En première séance, un travail de repérage des éléments d’un poème a été effectué en partant de Baudelaire. Puis le groupe s’est lancé dans la recherche documentaire sur les pays de chacun, en Europe et en Afrique. A suivi une séance  sur la société de consommation des années 60 -70, époque  de  la chanson de Dutronc. Enfin, au bout des discussions, analyses, est venue la production, la création d’une chanson “à la manière de”, chacun allant de son couplet que tous ont chanté au spectacle de fin d’année scolaire. Cette chanson, qui a aussi permis à la classe de participer au concours "Dis-moi dix mots", est suivie d’un travail innovant sur l’autoportrait à l’aide des TICE, consistant à fabriquer “des photos d’identité qui n’identifient pas” en retouchant des  photos de soi avec le logiciel Photofiltre. C’est dans ce cadre précis qu’a aussi été réalisée l’image illustrant cet article.

Si la pratique pédagogique de Krystyna Belter a pour objectif principal l’acquisition des compétences linguistiques en français général et spécifique, elle n’est est pas moins ouverte à l’inter-degré en prenant en compte à la fois les compétences du socle commun, en particulier les compétences et connaissances en culture humaniste ainsi que celles liées à la maîtrise des TICE,  et les programmes des matières d’enseignement général et professionnel au vu des parcours antérieurs et à venir des élèves de la classe. Dispensé tant que possible en lien avec la pratique culturelle et la pratique artistique, dans une démarche interdisciplinaire et en partenariat avec les musées de Grenoble et la MC2, l’enseignement de Krystyna Belter donne à l’élève la possibilité d’ancrer profondément ses progrès en langue française  dans le savoir-être, en jouant le rôle d’un acteur social.

EN SAVOIR PLUS :

 Télécharger la progression sous forme de tableau

 Télécharger la chanson "Et moi, et moi et moi" revisitée par les élèves de l’UPE2A