Textes officiels

Fermer 1. Programmes

Fermer 2. Guide technique

Fermer 3. Guide du partenariat

Fermer 4.Pilotage

Fermer 5. Comment devenir enseignant en Cinéma-Audiovisuel?

Fermer 6. Fiche type cession de droit à l'image

Fermer 7. Textes législatifs sur la création, la diffusion et la publication des images

Fermer Sections cinéma Académie de Grenoble

Ressources didactiques

Fermer Actualités

Fermer Analyses filmiques

Fermer Articles

Fermer Bibliographie cinéma

Fermer Cinéma et international

Fermer Cinéma et technique

Fermer Concours et opérations en CInéma-audiovisuel

Fermer Contributions interdisciplinaires sur le cinéma

Fermer Dernières parutions

Fermer Education aux médias

Fermer La pratique cinématographique

Fermer Thématiques et problématiques cinématographiques

Pourquoi ne pas en profiter pour proposer :



Voir les propositions en attente

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Calendrier
Actualités


Ce message n¹a pas d¹autre but que d¹attirer votre attention sur un des aspects
de la programmation du Lux en mai. Je sais que nous sommes tous déjà à un
degré ou à un autre, pris par les préoccupations de fin d¹année, le souci de
boucler les programmes et celui des examens et que le temps, devenu rare,
n¹est plus vraiment à l¹organisation de sorties culturelles. Et cependant,
les professeurs d¹Histoire et de philosophie en particulier, - mais aussi
bien ceux de lettres ou de sciences sociales ­ pourraient tirer un vrai
parti de ce qui vient à l¹écran. Lux Scène nationale et la Comédie de
Valence, se sont en effet coordonnées pour centrer leur programmation de
printemps sur l¹Algérie, et c¹est naturellement sous l¹angle du cinéma que
le Lux y a pris sa part des choses.

 1. Il y a d¹abord l¹usage immédiat qu¹on peut faire des films
documentaires ou de fiction tournés pendant la période de la guerre
d¹Algérie, de ces images plutôt rares d¹un conflit largement et délibérément
occulté dans la mémoire collective de ce côté-ci de la méditerranée. Pour
mémoire justement, le film de Gillo Pontocorvo, « La bataille d¹Alger », qui
sera projeté les 22 et 23 mai, a été censuré en France avec une telle
obstination que, tourné en 1962, il n¹est parvenu à ressortir en salle qu¹en
2003 ! Outre l¹intérêt de voir aujourd¹hui, avec la distance, la manière
dont l¹histoire a pu être représentée à l¹écran au moment même, ou presque,
où elle se faisait, ces images et d¹autres (« Avoir vingt ans dans les Aurès
», en particulier) sont matière à réfléchir sur la constitution de la
mémoire historique. Et cela est en prise directe sur les programmes
d¹histoire et de philosophie de Terminale. En particulier, une histoire
peut-elle vraiment se clore dans le déni de ce qu¹elle a été ?

 2. C¹est une problématique proche qu¹élabore actuellement Benjamin Stora.
Benjamin Stora est professeur d¹histoire du Maghreb aux Langues Orientales,
et à l¹invitation conjointe du Centre du Patrimoine Arménien, il donnera au
Lux le vendredi 29 mai une conférence de présentation de son dernier livre :
« Les guerres sans fin », dont le titre évoque ces cicatrices qui ne se
referment pas, mettant en perspective un siècle de domination coloniale, une
des décolonisations les plus douloureuses du XXème siècle, des lendemains
qui ne chantèrent pas, quarante ans d¹exercice du pouvoir par le FLN, dix
ans d¹une guerre civile extrêmement trouble et sanglante pour éradiquer le
FIS, et aujourd¹hui encore un horizon obstinément bouché. Cette soirée du 29
sera ponctuée par la projection du film de Benjamin Stora et Jean-Michel
Meurice, « Algérie été 62, l¹indépendance aux deux visages », un
documentaire dans lequel plusieurs acteurs importants de la révolution
algérienne reviennent, après quarante ans, sur les mois qui ont suivi la
proclamation de l¹indépendance en 1962.

 3.Mais parler de l¹Algérie et du rapport de nos deux peuples, ce n¹est pas
seulement parler d¹histoire, mais inévitablement aussi de reconnaissance, de
quête d¹identité, de ces luttes à mort de pur prestige dans lesquelles Hegel
voyait le moteur de l¹Histoire. Et de ce point de vue, les films de Rabah
Ameur-Zaïmeche qui seront projetés fin mai au Lux, notamment « Wesh, wesh,
qu¹est-ce qui se passe ? » et « Bled number one », ne peuvent que permettre
de faire avancer la réflexion sur les crispations identitaires, les replis
communautaires les tensions dans les quartiers qu¹on dit sensibles en
France. Car le rapport à l¹Autre y est traité sous la forme originale du
déchirement intérieur, ce qui se produit chaque fois que je est un autre et
que le retour à soi devient problématique. De fait, le retour à soi pour le
personnage que Rabah Ameur-Zaïmeche met en scène, prend l¹allure d¹un
étrange balancement, d¹un exil forcé en terre d¹Algérie consécutif à une
expulsion hors du territoire national français et d¹un retour à la Cité des
Bosquets en Seine-Saint-Denis au terme de cette peine qu¹on dit double.
Quelle identité se forger dans ce va-et-vient qui conduit toute une jeunesse
issue de l¹immigration d¹un chez soi qui n¹est pas vécu comme sien à un
autre qui ne l¹est pas davantage ? La métaphore donne à penser.

 4. Enfin, deux films de Tariq Teguia, « Inland » et « Rome plutôt que
vous» évoquent les années les plus noires de la guerre civile où le
terrorisme islamiste et celui d¹Etat ont rivalisé dans l¹horreur, et par des
images dont je lis, pour ne les avoir pas vues moi-même, qu¹elles sont d¹une
beauté solaire, veulent nous laisser sentir qu¹il y a toujours un au-delà de
l¹absurde, et que la Raison et les lumières, en Algérie comme ailleurs, ne
s¹éteignent jamais vraiment.


Je vous rappelle qu¹outre les séances publiques, il est possible de
programmer des séances scolaires à la demande, et qu¹il vous suffit pour
cela de contacter Yann Milbéau au lux  :  04 75 82 44 16.


Cordialement,
Hubert Charbit.


Rubriques académiques

PetiteFabrique-small.gif

bandeau2_violet_rayures-300x41.png

Daaf-small.gif

DAREIC-small.gif

logo-guppy-lettres-mini.gif

Contacts

Responsable de publication :
Alexandre Winkler, IA-IPR
06 78 60 96 25
alexandre.winkler@ac-grenoble.fr

Webmestre du site :
Guillaume Deheuvels, professeur en spécialité cinéma
06 83 37 81 06
guillaume.deheuvels@ac-grenoble.fr

Recherche



Rédacteur


Nombre de membres2 rédacteurs
Rédacteur en ligne : 0
Spécial !
Flux RSS
RSS
^ Haut ^