Textes officiels

Fermer 1. Programmes

Fermer 2. Guide technique

Fermer 3. Guide du partenariat

Fermer 4.Pilotage

Fermer 5. Comment devenir enseignant en Cinéma-Audiovisuel?

Fermer 6. Fiche type cession de droit à l'image

Fermer 7. Textes législatifs sur la création, la diffusion et la publication des images

Fermer Sections cinéma Académie de Grenoble

Ressources didactiques

Fermer Actualités

Fermer Analyses filmiques

Fermer Articles

Fermer Bibliographie cinéma

Fermer Cinéma et international

Fermer Cinéma et technique

Fermer Concours et opérations en CInéma-audiovisuel

Fermer Contributions interdisciplinaires sur le cinéma

Fermer Dernières parutions

Fermer Education aux médias

Fermer La pratique cinématographique

Fermer Thématiques et problématiques cinématographiques

Pourquoi ne pas en profiter pour proposer :



Voir les propositions en attente

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Calendrier
Actualités


bandeau2_violet_rayures-300x41.pngNOUVEAU SITE DAAC - par guillaumedeheuvels le 11/12/2017 @ 12:37

 Pour vous tenir au courant des actualités de la DAAC, il vous suffit de cliquer sur les liens suivants :

Site DAAC : http://www.ac-grenoble.fr/arts-culture/

Facebook : https://www.facebook.com/Grenoble.DAAC/

Compte twitter : https://twitter.com/DAACGrenoble

 


 

affiche_2015.jpg

 

Depuis maintenant seize ans se tiennent chaque année à Valence les Regards sur le cinéma espagnol et latino-américain.

Au programme, une trentaine de films en version originale sous-titrée, des avant-premières, des journées thématiques, des rencontres avec des réalisateurs et des spécialistes, des concerts, une exposition, des séances à destination des scolaires et une soirée de clôture ciné-tapas.
Cette manifestation est organisée par l’association Chisp@, intégrée par Marie-Pierre Bossan (fondatrice et enseignante d’espagnol à l’IUT), Anne Madiès (enseignante en gestion-comptabilité à l’IUT), Christelle Guignot et Delphine Léger (enseignantes en espagnol au Lycée Camille Vernet), en partenariat avec l’IUT et le cinéma art & essai Le Navire.
Rendez-vous culturel incontournable de Valence, les Regards 2014 ont rassemblé plus de 5.200 spectateurs, dont 1.400 élèves dans le cadre du dispositif « Lycéens et apprentis au cinéma ».
La 16e édition se tiendra du 4 au 14 mars 2015. Pour plus d’informations, vous trouverez en pièce jointe le programme et l’affiche du festival.


http://www.maisonimage.eu/festival.html

Option « ETUDES CINEMATOGRAPHIQUES » en CPGE
Lycée BERHOLLET- ANNECY

L’OPTION « ETUDES CINEMATOGRAPHIQUES » EN CPGE

L'option « Etudes cinématographique » en Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles offre une formation à la fois théorique et pratique en Hypokhâgne et en Khâgne.

En HK : En première année, les élèves sont invités 4h par semaine à découvrir le cinéma comme art à travers des cours magistraux d'Histoire et d'Esthétique du cinéma, la fréquentation d'oeuvres et comme pratique grâce à la réalisation de formes courtes (scénario, tournage, montage)

En K-cinéma : Les élèves qui choisissent d’en faire leur spécialité en K, approfondissent à raison de 4h par semaine, un double programme limitatif visant la préparation au concours de l'ENS-LSH. Ce programme allie annuellement un pan historique (un mouvement cinématographique, l'oeuvre d'un auteur, ex : Tex Avery, Le cinéma soviétique des années 1920, Le néo-réalisme italien) et un pan esthétique du cinéma (le comique, la couleur, le corps...). Ils poursuivent également leur démarche pratique à travers des projets de réalisation adaptés au programme et personnalisés (fiction, documentaire, animation).

MISE EN OEUVRE AU LYCEE BERTHOLLET

HORAIRES Le lycée Berthollet propose donc 8h hebdomadaires de cinéma aux étudiants choissant cette option (4h en HK et 4h en K).

EQUIPEMENTS  La section dispose d’une salle de classe équipée en vidéo-projection et d’une salle de montage regroupant le matériel audiovisuel (caméras DV, HDV et AVCHD, perches, pieds, micros, enregistreurs de son…) et des postes de montage numérique (Montage sur CS6 en priorité).

PROJETS   Les élèves sont régulièrement mis en contact avec la vie culturelle locale.
Ils fréquentent et participent aux Festival du Cinéma Italien, la Biennale du cinéma espagnol, le Festival du Cinéma slovaque et d’Europe centrale, le Festival International du Film d’Animation et d’autres lieux d’exposition artistiques. Des projets conjoints leur permettent de rencontrer des professionnels du monde de l'audiovisuel.

QUELQUES EXEMPLES :
En 2011, les élèves d’HK ont participé à un projet mené avec la Cinémathèque des Pays de Savoie et de l’Ain autour du film d’archive. Ils ont réalisé un court-métrage à partir de films 16 ou 35 mm.
En 2013, les K ont réalisé un film d’animation dans le cadre d’un stage d’une semaine aux Ateliers d’Animation d’Annecy.
Depuis 2011, les HK participent à l’organisation du Festival du Film d’Animation durant une semaine début juin…

Pour un aperçu plus large des projets menés, consultez le blog de notre section à cette adresse :
http://www.cinebertho.blogspot.fr/

ENJEUX ET DEBOUCHES

ATTENTION  : Cette option ne forme pas de techniciens de l’image et du son (cadreur, directeur de la photographie, ingénieur du son, monteur). Pour ce genre de formation, privilégiez un BTS audiovisuel.

Cette option offre un solide apport culturel à tout élève choisissant un parcours littéraire. C’est donc un tremplin pour des études artistiques dans le domaine de l’écriture audiovisuelle (scénario, journalisme, info-communication…) ou de la recherche et de l’enseignement en arts (littérature et cinéma, histoire et cinéma, esthétique de l’image…)
Ces dernières années, les élèves de K-cinéma qui n’auraient pas intégré l’ENS-LSH ont souvent poursuivi en L3 bi-disciplinaire Lettres - Arts du spectacle à Lyon II ou Grenoble, en L3 d’info-communication ou de journalisme ou se sont dirigés vers la traduction en lien avec l’audiovisuel. Certains présentent le concours d’entrée à la FEMIS (section scénario), à l’école du Fresnoy, au Conservatoire Européen de l’Ecriture…  ou plus tard à des Masters comme celui de Lussas.

Pour toute information complémentaire : perrine_lamy@yahoo.fr


  Du 13 février au 15 avril 2013 : un peu de Varda à Valence

 

Installations, photographies, films d'Agnès Varda 

Vernissage jeudi 14 février à 18H avec Agnès Varda


(é)mergences, rendez-vous des cultures numériques, offre un moment opportun pour interroger les enjeux contemporains de transmission à l’ère du web 2.0. A cette occasion, lux organise avec la Drac Rhône-Alpes, des assises régionales de l’éducation aux images. Celles-ci visent à donner un panorama diversifié de notre territoire en matière d’éducation aux images et montrent comment le cinéma se réinvente dans ses écritures, dans ses modes de diffusion et dans ses lieux dédiés. Ces assises interrogent également les transformations des rapports de médiation et le statut renouvelé de l’éducation à l’image.


Vous pouvez trouver plus d'informations concernant la programmation en suivant ce lien : 

http://villeouvertesurlemonde.chambery.fr/948-.htm





Exposition Raymond Depardon

La Région Rhône-Alpes accueille du 15 novembre 2012 au 2 mars 2013 à Lyon, « La France de Raymond Depardon », une exposition présentée à la Bibliothèque Nationale de France à l'automne 2010 et reprise pour la première fois en Région.

Raymond Depardon est « un enfant du pays ». Né à Villefranche-sur-Saône, il a passé son enfance dans la ferme familiale, la Ferme du Garet, avant de « monter à Paris » pour devenir photo-reporter dans un premier temps et faire ensuite la carrière qu'on lui connaît. Depuis la rencontre fortuite avec son premier appareil photo, Raymond Depardon a bâti une œuvre majeure, tant dans la photographie, que dans le film documentaire, dont il est un des maîtres incontestés. Grand reporter il a couvert des évènements politiques marquants, il s'est rendu sur des zones de conflits et s'est attaché à témoigner des grandes crises humanitaires de notre temps.

Dès 2004, il se lance un défi : celui de photographier seul, à la chambre 20x25 « la France des sous-préfectures », comme il l'écrit. À l'instar d'Eugène Atget, qui, au début du XXème siècle, a parcouru Paris en proie à une modernisation effrénée, pour saisir les derniers moments de quartiers en pleine mutation.

À travers la quarantaine de photographies de grand format qui seront exposées jusqu'en mars 2013, venez découvrir ou redécouvrir un artiste de premier plan dont le regard aiguisé est grand ouvert sur le monde.


Festival à nous de voir, Cinéma & sciences du 16 au 25 novembre 2012

« Au temps des clips, des jeux vidéo, des pubs, des reality shows, qu'avons-nous à faire du cinéma ? À l'heure des simulations, des programmes, des oracles, des scénarios, des sondages, des prévisions et précautions, à quel autre présent peut nous ouvrir le cinéma documentaire ? »
Jean-Louis Comolli (Voir et Pouvoir)

En s'attachant à décrypter par le cinéma des questions de sciences et de société, le Festival À NOUS DE VOIR se frotte depuis 26 ans à l'image. Celle-ci, capable de séduire et de fasciner, nécessite toutefois une mise en distance et un regard critique. Face à cette surconsommation d'images, l'engagement cinématographique qui est le nôtre propose de reconsidérer les savoirs – partagés, croisés (cinéastes-citoyens-scientifiques) – pour permettre à chacun d'appréhender autrement le monde dans lequel nous vivons. Au travers d'une sélection de films, nous nous battons pour initier une forme de résistance à l'hermétisme, à l'exhaustivité illusoire des savoirs de type scientifique véhiculés par l'image. Nous vous invitons de ce fait à découvrir des cinéastes qui suggèrent sans démontrer, sans tout vouloir montrer, et qui nous invitent à faire confiance au hors-champ pour remettre en cause certains partis-pris. En développant notre capacité à envisager l'existence même de l'invisible, du hors-cadre et des arrière-plans, ils nous permettent d'accéder à un autre point de vue face à la profusion d'images à laquelle nous sommes confrontés quotidiennement. Cette proposition artistique, que nous soutenons, se veut le contrepoint d'une manière schématique et réductrice de représenter le monde. Pour se mettre à l'œuvre et encourager les alternatives, ce sont plus de 30 débats qui seront animés par des scientifiques et des cinéastes.

Ère de la saturation et saturation de l'air : À NOUS DE VOIR ouvre la porte en 2012 à des sujets qui montrent à quel point l'invisible, le non-dit, ce qui est « tu », caché nous entourent. Mauvaises ondes, radioactivité ou pesticides sont au programme pour nous rappeler qu'une confiance aveugle ne doit pas nous priver de bon sens. Mais l'invisible ne se cantonne pas seulement là et nous vous proposons de l'explorer sous d'autres déclinaisons : bonheur, Boson, mémoire, espace...

Face aux enjeux de sciences, « un cinéma qui nous concerne », c'est un cinéma responsable, où chacun peut trouver sa place.


13ème mois du documentaire

La 13ème édition du Mois du documentaire se déroule dans toute la région Rhône-Alpes. A Grenoble, vous pourrez retrouver suivre ce Festival au cinéma Le Club avec les films Etre là, Le Sommeil d'or, Les Roses noires, Le Combat - entre ombre et lumière et Ulidi piccola mia ; au cinéma Le Méliès avec le film Kurdish Lover et dans le Bibliothèque Municipale Teisseire Malherbe de Grenoble avec le film La Nuit remue et enfin à l'Ecole supérieure d'art et design avec les films Kinophasie et À Belle Rouvière, les enfants.

Programme complet :
Le 13 nov à 19h00 : Bibliothèque Teisseire-Malherbe 12 allée Charles Pranard 38000 Grenoble
La Nuit remue (Bijan Anquetil, France, 2012, 45')
C'est une histoire d'amitié. Sobhan et Hamid. Deux jeunes Afghans. Le voyage depuis l'Aghanistan jusqu'à Paris les a réunis. C'est là, autour d'un feu de fortune allumé au bord d'un canal, qu'ils se sont retrouvés. 'La nuit remue' montre ce qui se passe parfois la nuit tombée au coeur de nos villes. Un film sur les passagers de la nuit en Europe, sur une jeunesse afghane qui se vit dans l'exil et qui, clandestinement, écrit son histoire. Avec des actes, des mots et des téléphones portables.

Le 13 novembre à 20h00 : Cinéma Le Club, 9 rue du Phalanstère, 38000 Grenoble.
Etre là (Régis Sauder, France, 2012, 97')
Projection-débat avec des professionnel de santé (psychiatrie et intervenants en milieu carcéral)
Elles sont psychiatres, infirmières ou ergothérapeutes à la maison d'arrêt des Baumettes à Marseille et reçoivent des détenus devenus patients le temps du soin. Elles sont là pour aider des hommes en souffrance, fussent-ils incarcérés. Être là, c'est rejoindre cet espace unique - celui de l'écoute - une poche d'air derrière les murs de la prison. Son existence est conditionnée par la détermination des soignants à continuer de venir pratiquer la psychiatrie ici... à quel prix ?
Sophie travaille là depuis dix ans et questionne aujourd'hui sa place en prison, la possibilité d'y accomplir son métier de psychiatre, véritable acte de résistance. Elle convoque les souvenirs de ces années d'enfermement pour faire un choix : continuer à être là, ou partir ?


Le 15 novembre à 20h00 : Cinéma Le Club, 9 rue du Phalanstère, 38000 Grenoble.
Le Sommeil d'or (Chou Davy, Cambodge, 2012, 100')
Rencontre avec le réalisateur. Le cinéma cambodgien, né en 1960, a vu son irrésistible ascension stoppée brutalement en 1975 par l'arrivée au pouvoir des Khmers Rouges. La plupart des films ont disparu, les acteurs été tués et les salles de cinéma été transformées en restaurants ou karaokés. Le sommeil d'or filme la parole de quelques survivants et tente de réveiller l'esprit de ce cinéma oublié.

Le 16 novembre à 20h15 : Cinéma Le Club, 9 rue du Phalanstère, 38000 Grenoble.
Les Roses Noires (Hélène Milano, France, 20011, 75')
Rencontre avec la réalisatrice. Organisé avec Agora Peuple et Culture.
Coralie, Kahina, Moufida, adolescentes âgées de 13 à 18 ans, vivent en banlieue parisienne ou dans les quartiers nord de Marseille. Elles parlent de leur langue maternelle, de la langue des cités, de l'école, de leurs difficultés face au langage normé. Elles expriment leurs contradictions, elles revendiquent leur particularité et l'attachement à l'identité d'un groupe. Traversant la mutation de l'adolescence, c'est la construction fragile de leur vie de femmes qu'elles protègent et inventent.

Le 20 novembre à 20h00 : Cinéma Le Méliès, Caserne de Bonne, 38000 Grenoble
Kurdish Lover (Clarisse Hahn, France, 2012, 98')
Le Kurdish lover, c'est Oktay, l'homme d'origine Kurde dont je partage l'existence. Nous sommes partis chez lui, dans une région sinistrée, figée par la guerre et la misère.
Comment les gens vivent-ils ensemble à cet endroit? C'est la question que pose ce film. Au Kurdistan, on vit dans une grande proximité physique et morale. L'amour se confond souvent avec l'emprise. Et c'est avec un humour souvent noir que les personnages du film trouvent le moyen d'affirmer qu'ils existent bel et bien, au milieu de leur communauté.

Le 21 novembre à 10 h 00 : Ecole supérieure d'art et design Grenoble-Valence ; 25 rue Lesdiguières ; 38000 Grenoble
Gratuit
Kinophasie (Alexander Abaturov, France, 2011, 22', VOST)
Une voix sur une bande magnétique. Une parole qui vient d'ailleurs cherche à se faire entendre. Un message perdu qui fait son chemin et se mêle à des histoires personnelles pour trouver du sens.
À Belle Rouvière, les enfants ( Anaëlle Godard, France, 2010, 24', VO)
Dans la montagne quelque part dans les Cévennes, ceux qui habitent le hameau appelé Bellerouvière accueillent des enfants autistes. Pour un temps, ils vivent là, ensemble.

Le 22 novembre à à 21h15 : Cinéma Le Club, 9 rue du Phalanstère, 38000 Grenoble.
Ulidi Piccola Mia (Mateo Zoni, Italie, 67', VOST)
Organisé avec l'aide des Rencontres du Cinéma Italien de Grenoble. En présence de Mateo Zoni.
Fille d'une fille musulmane et d'un paysan, Paola est divisée entre deux cultures très différentes l'une de l'autre. Elle devra affronter après une longue période de souffrance les difficultés liées à la fin de l'adolescence et à l'entrée dans l'âge adulte

Le 26 novembre à à 20h15 : Cinéma Le Club, 9 rue du Phalanstère, 38000 Grenoble.
Le Combat - entre ombre et lumière (Rémi Adriens, France, 2006, 26')
D'après l'histoire d'Angélique MICHALLON. Cascade d'émotions, désordre et fragments de la pensée, bouleversements... Telle est la réalité brute, sans concession, du cancer. Le combat est un documentaire de 26 minutes sur le parcours d'une grenobloise de 35 ans qui fait face au cancer du sein. L'angle d'approche est volontairement poétique afin de contraster avec la dureté et la réalité du cancer, la maladie est vécue de l'intérieur grâce aux ressenties de la patiente.

Le 29 novembre à 20h00 : Antigone, 22 rue des Violettes 38000 Grenoble
Déconcertation (Réalisation Collective, France, 2012, 50')
Cet objet cinématographique entre documentaire et fiction a été créé à partir de la concertation ayant précédé la construction d'un grand pôle de commerces et de loisirs dans la banlieue lyonnaise. Une cinquantaine de comédiens amateurs a travaillé à partir d'une trame argumentative issue de la transcription des échanges réels.

 


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 4 pages suivantesSuivantFin

Rubriques académiques

PetiteFabrique-small.gif

bandeau2_violet_rayures-300x41.png

Daaf-small.gif

DAREIC-small.gif

logo-guppy-lettres-mini.gif

Contacts

Responsable de publication :
Alexandre Winkler, IA-IPR
06 78 60 96 25
alexandre.winkler@ac-grenoble.fr

Webmestre du site :
Guillaume Deheuvels, professeur en spécialité cinéma
06 83 37 81 06
guillaume.deheuvels@ac-grenoble.fr

Recherche



Rédacteur


Nombre de membres2 rédacteurs
Rédacteur en ligne : 0
Spécial !
Flux RSS
RSS
^ Haut ^