Textes officiels

Fermer 1. Programmes

Fermer 2. Guide technique

Fermer 3. Guide du partenariat

Fermer 4.Pilotage

Fermer 5. Comment devenir enseignant en Cinéma-Audiovisuel?

Fermer 6. Fiche type cession de droit à l'image

Fermer 7. Textes législatifs sur la création, la diffusion et la publication des images

Fermer Sections cinéma Académie de Grenoble

Ressources didactiques

Fermer Actualités

Fermer Analyses filmiques

Fermer Articles

Fermer Bibliographie cinéma

Fermer Cinéma et international

Fermer Cinéma et technique

Fermer Concours et opérations en CInéma-audiovisuel

Fermer Contributions interdisciplinaires sur le cinéma

Fermer Dernières parutions

Fermer Education aux médias

Fermer La pratique cinématographique

Fermer Thématiques et problématiques cinématographiques

Pourquoi ne pas en profiter pour proposer :



Voir les propositions en attente

Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Calendrier
1. Programmes - Enseignement exploration Seconde (arts visuels, arts du son)

 

Bulletin officiel spécial n° 4 du 29 avril 2010

© Ministère de l'Éducation nationale > www.education.gouv.fr

PROGRAMME DE CRÉATION ET ACTIVITÉS ARTISTIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE

Arts visuels, Arts du son


 

Enseignement d’exploration

Préambule général

Les arts occupent incontestablement une place singulière au coeur de la société contemporaine. Transmettre les oeuvres reçues en héritage, créer celles qui aujourd’hui parlent de l’homme et des sociétés, diffuser le plus largement possible les unes et les autres génèrent de nombreuses activités riches d’enjeux économiques, sociaux et professionnels.

Qu’il s’agisse de transmettre une culture, de valoriser un héritage ou de promouvoir la création, le monde

contemporain a multiplié et professionnalisé les opérateurs. Écoles, musées, expositions, spectacles, festivals maillent ainsi l’environnement de chacun et rythment le calendrier de la vie culturelle.

Á l’instar du cinéma, d’autres arts, souvent plus anciens, ont favorisé le développement de véritables industries visant à en promouvoir les patrimoines comme les créations les plus récentes. Les liens tumultueux entre la liberté de la création, la nécessité de la transmission, l’exigence de l’économie des arts et du spectacle peuvent alors se lire comme les reflets d’une société en profonde mutation.

Le développement des médias, dont l’Internet est un puissant vecteur, bouleverse le rapport aux oeuvres et à la création. L’écran d’ordinateur semble souvent le dernier horizon derrière lequel quasiment tout ce qui existe peut être consulté. Parallèlement, les technologies et la multitude d’outils de manipulation des matériaux (images, textes, sons, espace, etc.) engendrent de nouvelles pratiques culturelles, certaines relevant explicitement de la création artistique.

Spectateurs, créateurs ou interprètes, la plupart des élèves abordent les années lycée forts de pratiques culturelles diversement construites. Consommateurs plus ou moins critiques de l’offre artistique, ils sont nombreux à s’essayer à la pratique d’un art au-delà de ce que le collège leur a apporté. Ils cherchent, découvrent, inventent leur relation à l’art, entre passivité consommatrice et recherche créative.

A ce titre, tous les élèves peuvent profiter de cet enseignement d’exploration. Que leurs motivations s’appuient sur une pratique créative construite depuis plusieurs années ou qu’elles s’enracinent dans une curiosité naissante pour les oeuvres (à voir, à écouter ou encore à lire), tous doivent trouver au sein de l’enseignement proposé un enrichissement artistique et culturel apportant les compétences nécessaires à la construction d’un projet de formation relié à un horizon professionnel.

Au titre de l’enseignement d’exploration « Création et activités artistiques », l’élève choisit un des quatre domaines proposés. Partant des pratiques culturelles, des interrogations et de la curiosité des élèves, celui-ci apporte des repères et outils de diverses natures permettant à l’élève :


 

- d’identifier quelques grandes catégories d’activités et de métiers propres au domaine étudié ;

  • de poser quelques repères sur l’horizon de la formation supérieure ;

  • d’éclairer ses choix d’orientation en cycle terminal.

 

Quel que soit le domaine proposé, le professeur définit un ou plusieurs questionnements qu’il met en relation avec un(e) ou plusieurs lieu(x)/situation(s) (un festival, un concert, un spectacle, une programmation annuelle, une exposition, un musée, une oeuvre dans un lieu, etc.), appartenant à l’environnement du lycée ou largement documenté(e) par l’Internet.

Sur cette base et tenant compte des compétences comme des motivations des élèves, il propose un projet collectif dont la mise en oeuvre puis la réalisation engage à :


 

- réfléchir aux réalités et enjeux de la ou des problématiques choisies ;

- découvrir et connaître les conditions (matérielles, artistiques, professionnelles) qui permettent à la – ou les

situation(s) de référence d’atteindre ses – ou leurs – objectifs.

Confronté aux exigences du projet, l’élève est amené à interroger les professionnels comme à découvrir la très grande diversité des métiers de la culture et des arts. En retour, les découvertes effectuées, les réflexions partagées et les connaissances acquises nourrissent la réalisation du projet en cours. Celui-ci est également alimenté par la rencontre et l’étude de références artistiques et esthétiques représentatives du domaine d’enseignement choisi. La diversité de ces apports complémentaires enrichit la culture artistique de l’élève, notamment pour ce qui concerne les grandes oeuvres patrimoniales dont la connaissance est indispensable à la réussite d’études en ces domaines.

Chaque projet tire parti des pratiques avérées des élèves. Lorsque certains ont une démarche de création ou d’interprétation adossée à un langage et à son vocabulaire, beaucoup d’autres développent une curiosité critique tirant parti de la richesse comme de l’accessibilité des oeuvres et de la création aujourd’hui. Toutes ces démarches personnelles relèvent de la pratique artistique et sont mobilisées par la réalisation du projet. Elles l’interpellent, le nourrissent et, en retour, s’en enrichissent par l’apport de nouvelles références et connaissances.

Les technologies de l’information, de la création et de la communication sont mobilisées de différentes façons. Elles permettent d’accéder à de très nombreuses informations susceptibles de nourrir progressivement la réalisation du projet. Elles engagent par ailleurs à communiquer en ligne avec des professionnels dont les témoignages peuvent éclairer les recherches engagées par les élèves. Enfin, les outils d’édition et de création permettent, non seulement de structurer le travail entrepris et, souvent, d’en construire une présentation (outils de bureautique et de présentation multimédia), mais également de travailler sur les matériaux de l’art dans une visée pratique et créative (son, images fixes et animées).

Au terme du projet – dont la finalité n’est pas d’aboutir à une forme présentable à un public extérieur –, l’élève aura confronté le sens d’un projet artistique aux contraintes et nécessités de sa mise en forme. Il aura acquis des connaissances lui permettant d’inscrire son intérêt pour les arts dans la réalité des pratiques culturelles contemporaines, de le référer à des métiers et d’évaluer les besoins de formation nécessaires à leur exercice.

Il pourra alors choisir de poursuivre sa formation artistique au lycée, soit en suivant un enseignement artistique au choix en série L (arts plastiques, danse, cinéma-audiovisuel, cirque, histoire des arts, musique, théâtre), soit en profitant d’un enseignement facultatif art (arts plastiques, danse, cinéma-audiovisuel, histoire des arts, musique, théâtre) quelle que soit sa série de formation.

Ainsi définis, les enseignements d’exploration « Création et activités artistiques » se distinguent clairement des enseignements artistiques facultatifs proposés dès la seconde. Lorsque ces derniers s’attachent à construire des compétences pratiques et culturelles dans un domaine circonscrit de la création artistique, les enseignements d’exploration « Création et activités artistiques » visent à inscrire les motivations, goûts et pratiques culturelles des élèves dans des contextes élargis couvrant aussi bien les parcours de formation que les champs sociaux, culturels et professionnels qui les animent. Ils deviennent ainsi capables de se repérer et s’orienter sur les terrains concrets de la poursuite d’étude comme de l’insertion professionnelle.

Chaque enseignement d’exploration « Création et activités artistiques » est porté par un professeur habilité (cf. texte spécifique à chaque domaine). Celui-ci peut s’assurer le concours d’une équipe pluridisciplinaire enrichissant la définition, les contenus comme la mise en oeuvre du projet. En outre, la globalisation du volume horaire imparti à cet enseignement permet d’envisager des organisations originales au service des exigences particulières du projet mis en oeuvre.


 

Bulletin officiel spécial n° 4 du 29 avril 2010

© Ministère de l'Éducation nationale > www.education.gouv.fr 3 / 17

ARTS VISUELS

Enjeux et objectifs

Les arts visuels produisent des objets artistiques essentiellement perçus par l’oeil du spectateur. Ils englobent ainsi principalement les arts plastiques (le dessin, la peinture, la sculpture et les nouveaux médias), le cinéma et la photographie, dans leurs diverses réalités (technique, économique et artistique). Ce champ élargi dépasse le cadre traditionnel des disciplines et vise à souligner leurs complémentarités et les échanges dynamiques qui les animent. Il explore toutes les dimensions de l’image, synchronique et diachronique, afin d’interroger une culture du visuel en phase avec ses manifestations les plus contemporaines.

Les sources de production, de circulation et de création des images se sont complexifiées et diversifiées, conférant à celles-ci un rôle de plus en plus élaboré au sein de multiples réseaux d’écritures et de sens, qu’ils soient artistiques, de communication ou économiques. Aussi convient-il d’aborder les arts visuels non de manière segmentée mais transversale, afin de mieux suivre les nombreuses aventures des images, de leur conceptualisation à leur fabrication, de leur diffusion à leur relecture. Associant souplement une étude des langages, des formes et des motifs, du travail de l’artiste, cet enseignement d’exploration confronte les modèles et les enjeux esthétiques des images à la réalité de leur élaboration et perception dans le monde contemporain, afin de mieux cerner et appréhender la portée d’un geste créatif.

Le travail de l’artiste mérite en particulier d’être resitué dans le cadre de l’univers de production qui le sous-tend et qui est souvent méconnu des élèves. Qu’il s’agisse de l’élaboration d’une peinture, d’une sculpture, d’un film ou d’une photographie, la découverte des métiers et des chaines de métiers associés aux arts visuels permet non seulement de poser une réflexion sur les contraintes matérielles et les exigences économiques de l’art, mais aussi de problématiser à différentes époques et pour différents systèmes de production la question de la fonction « auteur » d’une oeuvre. Parce qu’ils auront pris davantage conscience que le surgissement d’une création résulte de la convergence des apports de diverses données y compris professionnelles, les élèves seront en mesure de développer des compétences critiques, pratiques et exploratoires qui renouvelleront et aiguiseront leur plaisir esthétique. Ils accroîtront ainsi leur aptitude à formuler, à l’oral et à l’écrit, des jugements esthétiques et des interprétations fondées sur la réalité du travail artistique.

Partant des motivations, des intérêts, des pratiques et de la curiosité des élèves pour le domaine de l’image,

l’enseignement d’exploration « Création et activités artistiques - Arts visuels » propose un parcours au coeur de ces réalités. En étudiant les questions posées par la réalisation d’un ou plusieurs projets – dont plusieurs exemples sont présentés ci-dessous –, et en les confrontant à des situations professionnelles présentes dans l’environnement du lycée, l’élève découvre peu à peu les spécificités du domaine artistique qu’il explore. Il enrichit sa culture en étudiant des oeuvres, il s’essaie à des expériences de pratique artistique et s’initie à la diversité des compétences et des métiers qui animent au quotidien le domaine des arts visuels. Enfin, il identifie les parcours de formation qui, du lycée à l’enseignement supérieur, permettent d’y accéder.

Les professeurs spécialisés d’arts plastiques, les professeurs d’ores et déjà responsables d’un enseignement de cinéma, les titulaires d’une certification complémentaire dans ce même domaine sont particulièrement habilités à mettre en oeuvre l’enseignement d’exploration « Création et activités artistiques - Arts visuels ». Dans tous les cas, le professeur en charge de l’enseignement peut s’assurer le concours d’une équipe pluridisciplinaire ou partenariale enrichissant la définition, les contenus comme la mise en oeuvre du projet.


 

Compétences sollicitées et développées

Les compétences mobilisées et développées constituent les points d’appui d’un parcours annuel d’exploration dans le domaine des arts visuels. Les principales d’entre elles, associant chacune capacités et connaissances, peuvent être ainsi formulées :


 

- Compétences relatives à la culture personnelle :

o Développer sa culture en s’ouvrant à des oeuvres patrimoniales ou à des créations dans le domaine des

arts visuels.

o Situer sa pratique, ses intérêts et ses goûts personnels.

o Développer des compétences critiques pour renouveler et aiguiser le plaisir esthétique.

o Accroître l’aptitude à formuler - à l’oral comme à l’écrit - des jugements esthétiques et des interprétations

fondées sur la réalité du travail artistique observé.


 


 

- Compétences relatives à la pratique artistique :

o Développer, concevoir et réaliser un travail personnel lié à la production des images.

o Choisir ses propres moyens d’expression.

o Mettre en relation divers aspects des formes visuelles et artistiques.

- Compétences relatives à la découverte des métiers de l’image :

o Percevoir le niveau d’exigence des diverses activités artistiques requises par la mise en oeuvre des arts

visuels et mettre cette prise de conscience au service d’un projet artistique et professionnel donné.

o Identifier et situer la diversité des métiers contribuant aux arts visuels (y compris dans le domaine du

journalisme spécialisé, de la gestion et du droit) et les parcours de formation qui y conduisent en se

fondant sur le ou les projets mis en oeuvre et les lieux extérieurs observés.

- Compétences transversales :

o Etre capable de donner sens aux activités artistiques et d’en percevoir les enjeux humains, sociaux et

économiques.

o Apprendre à se projeter lucidement dans l’avenir.

o Apprendre à mieux travailler en équipe et à s’ouvrir à autrui ainsi qu’au monde professionnel.


 

Mise en oeuvre

Le préambule aux quatre domaines (arts visuels, arts du son, arts du spectacle, patrimoines) présente la démarche générale présidant à la mise en oeuvre de l’enseignement d’exploration « Création et activités artistiques.

  • Arts visuels ». La définition puis la réalisation de chaque projet qui le constitue s’appuie sur le croisement d’une ou plusieurs questions avec un ou plusieurs lieux de création artistique.

     

Les lieux de création artistique peuvent être, par exemple :

- un musée,

- une exposition,

- une rétrospective d’un peintre ou d’un cinéaste,

- un festival,

- la projection d’une ou de plusieurs oeuvres cinématographiques,

- un site multimédia,

- un studio de montage,

- l’atelier d’un photographe ou d’un plasticien,

- la rencontre avec un technicien (chef opérateur, story boarder, etc.).

Ces lieux permettent d’éclairer concrètement un certain nombre de questions touchant aux enjeux fondamentaux de l’image et de ses conséquences sur les différentes formes d’expression artistique :


 

- identité et cohérence d’une oeuvre ou d’un geste artistique par delà des évolutions et des actualisations

génériques différentes ;

- signature d’un auteur - et ses différentes manifestations - lorsqu’elle s’inscrit dans le cadre d’un travail en

équipe ;

- circulation d’une forme ou d’un motif visuels ;

- citation et intertextualité : le dialogue avec d’autres oeuvres ; les avatars et la transformation d’une image ;

- composition plastique de l’image et force rhétorique ;

  • communication autour de la diffusion d’un film, d’une exposition, d’un artiste, etc.

     

Les questionnements choisis seront alimentés par l’étude d’oeuvres, l’expérience pratique et la rencontre de différents intervenants et acteurs donnant vie à ces lieux et à ces moments de création.


 

Exemples de contenus

Associant étroitement un lieu ou une situation artistique singulière à un questionnement de référence, les propositions qui suivent sont de simples exemples illustrant les modalités de mise en oeuvre présentées ci-dessus. Les projets effectivement construits pourront largement s’en éloigner en fonction des occasions offertes par l’environnement du lycée. Tous relèveront cependant du même esprit.

Si des parcours exploratoires peuvent être conçus à partir d’un lieu physiquement accessible, d’autres peuvent se construire par Internet, la documentation qui y est proposée comme les outils de communication qui y sont mis à disposition.


 

Dans tous les cas, il est souhaitable que la relation partenariale avec l’établissement de référence s’inscrive dans une certaine durée, afin d’établir un dialogue fructueux – éventuellement par voie électronique – entre les élèves et les professionnels.


 

Exemple 1

. Lieu / situation L’atelier d’un photographe.

Question Formes et motifs : la perspective et la profondeur de champ de l’image (comparaison peinture / photographie / cinéma).

Réalisation Réalisation d’une série photographique et d’une mini exposition commentée et raisonnée.


 

Exemple 2

Lieu / situation Festival centré sur l’oeuvre d’un cinéaste.

Question Interroger la cohérence d’une oeuvre cinématographique, la « politique

d’un auteur ».

Réalisation Réaliser un site mettant en valeur cette cohérence et proposant différents parcours et voyages dans les films.


 

Exemple 3

Lieu / situation Visite d’une école de cinéma ou d’une école d’art.

Question Interroger la complémentarité des métiers de cinéma et la chaîne des

intervenants qui contribue à la « fabrique » d’un film.

Réalisation Réaliser un court métrage simple en partenariat avec les étudiants de cette école.


 

Exemple 4

Lieu / situation Distribution / promotion des films : découverte de métiers liés à

l’économie du cinéma.

Question Interroger le paratexte commercial d’un film et la communication autour de la sortie d’une oeuvre de cinéma.

Réalisation Réaliser l’affiche du film (charte graphique, images, slogan).


 

Exemple 5

Lieu / situation

L’atelier d’un artiste « indépendant » (plasticien, photographe…) :

découverte d’une pratique artistique, de ses conditions et de ses composantes. Étude de ses liens avec la diffusion, l’exposition (galeries, circuits institutionnels des centres d’art), la presse spécialisée et la

critique. Question Interroger le statut de l’artiste et les enjeux de sa production (esthétique,

social, économique…). Les contraintes matérielles et morales de l’artiste producteur d’images ou de formes visuelles entre liberté d’expression et exigence morale.

Réalisation Travail de production inspiré par l’artiste, choix d’une présentation et élaboration d’outils de diffusion (exposition, documentaire, écrits).


 

Exemple 6

Lieu observé/situation Critique d’art.

Question Les lieux et les temps de l’écriture, la réalité de la commande, la diffusion, la formation initiale de l’auteur, les univers et options esthétiques de l’auteur. La réalité d’un travail intellectuel. Les lieux

possibles d’exercice.

Réalisation Une forme documentaire sur des supports et médiums variés. Un travail d’écriture.


 

Exemple 7

Lieu observé/situation Atelier de graphisme (BD, communication visuelle, etc.).

Question Les enjeux professionnels, les univers esthétiques, les ressorts de l’image et ses principes rhétoriques dans le cadre de la communication visuelle ou dans l’illustration. La polyvalence des formations, l’emploi et la réalité de la technologie numérique, la réalité économique, les réseaux

du marché.

Réalisation Production visuelle de communication ; travail d’illustration.


 

Exemple 8

Lieu observé/situation Ateliers de créateurs d’art (verriers, orfèvre, etc.) ou de restaurateurs.

Question La relation art/artisanat ; le statut de l’objet, entre décor et expression artistique ; la question des choix stylistiques. La restauration, la préservation des oeuvres. La matérialité des objets et les contraintes de

fabrication. La production artisanale face à la production industrielle.

Réalisation Production visuelle documentaire/ atelier de pratique et d’écriture.


 

ARTS DU SON

Enjeux et objectifs

La période contemporaine ne cesse de renouveler notre rapport à l’environnement sonore et musical. Le son, sa qualité, son caractère, sa signature, semble y tenir un rôle croissant, pesant aussi bien sur les pratiques individuelles et amateurs que sur les activités des professionnels de la création et de la diffusion, toutes industries de la culture réunies. De l’acoustique des espaces (privés et publics) aux pratiques culturelles (circulation des oeuvres, écoute individuelle, édition audionumérique), une nouvelle sensibilité alliée à de nouvelles postures se fait jour. Ces évolutions irriguent également la création artistique.

Que seraient un film, une mise en scène théâtrale ou encore une chorégraphie sans le son et sans la musique ? Les arts aujourd'hui, quels qu'ils soient, travaillent le sonore au bénéfice de leur projet. Mêmes les expositions – et les installations que l’on peut y croiser – s’en préoccupent fréquemment. Les oeuvres numériques et multimédia, quelles que soient leurs natures, l’intègrent dorénavant aux éléments indispensables de la création, tout en côtoyant des formes de diffusion de la musique plus traditionnelles. Enfin, le vaste domaine de la communication, qu’il s’agisse de documenter, d’informer ou de promouvoir, ne peut aujourd’hui concevoir son action sans une dimension sonore mûrement réfléchie et maîtrisée.

La diversité des rôles et fonctions conférés au sonore par la société contemporaine a progressivement enrichi la palette des compétences et métiers nécessaires à leur mise en oeuvre. Tous ces métiers ont un point commun : ils s’adossent à une culture artistique solide et ouverte alliant sensibilité, expérience pratique et connaissances techniques et culturelles sur le son, la musique et les arts.

Partant des intérêts des élèves pour le domaine du son et de leurs pratiques, l’enseignement d’exploration « Création et activités artistiques - Arts du son » propose un parcours de découverte et de réflexion sur ces réalités. En étudiant les questions posées par la réalisation d’un ou plusieurs projets, dont plusieurs exemples sont présentés ci-dessous, et en les confrontant à des situations professionnelles identifiées dans l’environnement du lycée, l’élève découvre peu à peu les ressorts d’un horizon qui l’attire comme la diversité des compétences et des métiers qui l’anime au quotidien. Enfin, il identifie les parcours de formation qui, du lycée à l’enseignement supérieur, permettent d’y accéder.

Les professeurs spécialisés d’éducation musicale ou de musique sont habilités à mettre en oeuvre l’enseignement d’exploration « Création et activités artistiques - Arts du son ». En l’absence d’un tel profil au sein du lycée, ce dernier est engagé à se tourner vers les collèges voisins afin d’étudier avec eux la possibilité de solliciter un de leurs professeurs spécialisés pour conduire cet enseignement d’exploration. Dans tous les cas, le professeur en charge de l’enseignement peut s’assurer le concours d’une équipe pluridisciplinaire enrichissant la définition, les contenus comme la mise en oeuvre du projet.


 


 


 


 


 


 

Compétences mobilisées et développées

Les compétences mobilisées et développées donnent les points d’appui d’un parcours d’exploration dans le domaine des arts du son.


 

Apprécier les réalités sonores, musicales et culturelles de son environnement.

Identifier et situer quelques métiers du son, de la musique et du spectacle en référence au projet mis en

oeuvre et au lieu extérieur observé.

Prendre la mesure…

o des compétences pratiques exigées dans le domaine du son et de la musique,

o des compétences culturelles exigées dans le domaine du son, de la musique et des arts,

o des parcours de formation à emprunter

pour exercer une responsabilité professionnelle donnée.

Situer et enrichir…

o sa pratique et sa culture en référence aux différents domaines de la création artistique

contemporaine,

o ses intérêts et ses goûts personnels dans le champ des diverses activités qui animent la société dans

le domaine du son, de la musique et de l’art (création, diffusion, valorisation, transmission, production,

etc.)

pour envisager un parcours de formation au lycée et au-delà.


 

Mise en oeuvre

Le préambule aux quatre domaines (arts visuels, arts du son, arts du spectacle, patrimoines) présente la démarche générale qui préside à l’enseignement d’exploration « Création et activités artistiques - Arts du son ». La définition puis la réalisation de chaque projet s’appuie sur le croisement d’un ou plusieurs questionnements avec un ou plusieurs lieux de référence. Les colonnes ci-dessous proposent une liste de lieux observables dans l’environnement culturel du lycée et un ensemble de questionnements de référence. Le professeur garde la responsabilité et la possibilité d’en définir d’autres au regard des spécificités du lieu d’observation auquel il décide d’adosser son projet d’enseignement.


 

Questionnements

Concernant les démarches et projets artistiques

- Identité artistique et genres musicaux

  • Identité artistique et styles musicaux

  • Musiques d’hier / Musiques d’aujourd’hui

 

Concernant les liens du sonore et de la

musique aux autres arts


 

- Son / musique / arts de la scène

- Son / musique / multimédia / cinéma

- Son / musique / arts plastiques /installations


 

Concernant les artistes, leurs postures et

leurs outils

- Compositeur, créateur, interprète

- Création, improvisation

- Citation, collage, pastiche, transcription,

arrangement, parodie, etc.

- Création / home-studio / diffusion-

Internet

-Son, musicien, technologie

 

Concernant les rapports du son et de la

musique à l’environnement et à l’individu


 

- Acoustique / amplification / couleur

- Son / musique / physiologie / santé

- Bruit / son / musique / environnement

Concernant l’économie de la musique

- Musique / droits / économie

- Musique vivante / Musique enregistrée

  • Son / musique / coûts


 


 

Lieux observables

Lieu de spectacles musicaux

Un concert

  • Une programmation

  • Un artiste en résidence

 

Lieu de spectacles multi-arts (cinéma,théâtre, danse, etc.)


 

- Un spectacle

- Une programmation

  • Artiste en résidence


 

FestivalMusée – Exposition Ecole spécialisée - conservatoire

Studio radiophonique

Studio d’enregistrement

Scène de musique actuelle (SMAC)

Lieu de culte

Entreprise

- Publicité

- Multimédia

- Techniques du son (microphone,

casques, enceintes, etc.)

- Bâtiment,

- Automobile,


 

Un lieu n'est jamais neutre. Il est investi par des professionnels qui y font vivre un projet naissant de situations particulières d'écoute, de création, de production, ou encore de recherche. Il est ainsi l'occasion pour les élèves de rencontrer les acteurs (des domaines artistiques, techniques, économiques, etc.) des activités diverses qui y sont menées.

Chaque questionnement porte sur le sonore, aussi bien dans ses aspects esthétiques, stylistiques ou formels que dans ses rôles sociaux et économiques.

Le croisement entre questionnement et expérience située (lieu d’observation choisi) alimente le va-et-vient qui se déploie entre les élèves, le professeur, le lieu extérieur et les professionnels rencontrés (aux parcours multiples et remplissant différents rôles). Il nourrit l’élaboration du projet à réaliser. Celui-ci, somme de projets individuels ou projet collectif, peut prendre des formes extrêmement différentes, allant du concert commenté (« concert-lecture ») à la réalisation d’un site Internet ou d’un blog sur un espace réservé du site de l’établissement. D’autres formes de réalisations documentaires sont envisageables, qu’il s’agisse d’un dossier imprimé, d’une exposition ou d’une présentation multimédia. Autant que possible, cette réalisation est valorisée au sein de la communauté scolaire, mais également auprès des partenaires du projet.

Tout au long du travail mené, le professeur apporte des références artistiques, esthétiques et professionnelles indispensables à l’atteinte des objectifs poursuivis par cet enseignement. Il nourrit ses différentes étapes d’apports culturels et documentaires de diverses natures. OEuvres musicales, extraits de films, reportages, spectacles captés, interviews de professionnels ou encore textes critiques sont autant de points d’appui pour une démarche exploratoire et réflexive, inscrivant le projet en cours de réalisation et, à travers lui, chacun de ses acteurs, au coeur du monde artistique tel qu’il se présente aujourd’hui. Parallèlement, ces différents apports enrichissent une culture artistique et musicale, en particulier construite sur la connaissance des grandes oeuvres patrimoniales, et indispensable à la réussite d’études en ces domaines comme, plus tard, à l’excellence professionnelle à quelque niveau que ce soit.

Chaque projet veille à mobiliser les pratiques musicales (instrumentales, vocales, d’écoute, multimédia) des élèves. Il les relie aux réflexions conduites, les mobilise pour les enrichir. Elles deviennent ainsi un des fondements du projet qui se réalise, lequel, s’il porte sur un lieu éclairé par des questionnements particuliers, reste alors relié aux pratiques musicales et culturelles de chacun.


 

Exemples de contenus

Si la plupart des exemples qui suivent s’appuient sur la proximité d’un lieu observable (visites, rencontres de ses acteurs), d’autres peuvent se construire par l’Internet. Dans ce cas (exemple 4 ci-dessous), si le réseau est un lieu de ressources documentaires, il devient aussi un objet d’étude et un outil de communication à part entière. Dans tous les cas, il est souhaitable de nouer une relation partenariale suivie avec le lieu de référence, celle-ci pouvant toujours faciliter un dialogue – éventuellement par voie électronique – entre les élèves et les professionnels.


 

Exemple 1

Le lieu observé est une institution culturelle portant une programmation annuelle multi-arts (cinéma, théâtre, danse, etc.). Il s’agit alors d’interroger les liens multiples qui relient le son et la musique à la scène et aux autres arts. Le travail mené permet par exemple de réaliser un dossier numérique relatant l’avancée des recherches, des découvertes, des rencontres, associant fiches documentaires et point de vue sur le lieu, son projet, ses spectacles, ses métiers, ses missions.


 

Exemple 2

Le lieu observé est une scène de musique actuelle (SMAC), lieu de diffusion et d’accompagnement des pratiques amateurs. Le questionnement porte sur les rapports du son et de la musique à l’individu (acoustique, amplification, couleur, enregistrement, physiologie, santé, etc.). La mise en oeuvre du projet vise à réaliser un dossier documentaire – ou une exposition – présentant les différentes fonctions du lieu observé, les services offerts, les besoins pouvant y être satisfaits, les compétences professionnelles qui en assurent le fonctionnement quotidien.


 

Exemple 3

Le lieu observé est un conservatoire - ou une école de musique - considéré comme lieu de ressource pour la culture. Le travail mené interroge cette fonction, notamment du point de vue des relations qu’y entretiennent les musiques d’hier et celles d’aujourd’hui, la diversité des styles et des genres musicaux. Il permet la construction progressive d’un concert associant lycée et conservatoire et dont le contenu réunit plusieurs esthétiques.


 

Exemple 4

Le lieu observé est un festival documenté par l’Internet, certains de ses organisateurs étant disponibles pour des échanges électroniques tout au long de la réalisation du projet. Le travail mené interroge l’identité artistique de l’événement et la façon dont les artistes programmés en sont le reflet. La réalisation (dossier, papier, site, etc.) définit l’ambition artistique d’un projet de festival. Elle identifie les responsabilités qui doivent être exercées par son équipe de direction et documente chacune d’entre elles.


 

Exemple 5

Le lieu observé est une entreprise (industrielle ou de service) dont la production intègre des préoccupations sur l’acoustique, l’environnement sonore, la diffusion ou encore la santé auditive. Le travail mené interroge les relations de l’individu à son environnement sonore, qu’elles soient choisies ou contraintes, et met en évidence comment, en miroir, cette relation influence la création musicale aujourd’hui. Sous forme de dossier (papier ou numérique et multimédia), la réalisation présente les enjeux et formes des préoccupations portant sur le sonore et la musique d’une entreprise donnée ; elle identifie les compétences professionnelles spécifiques qui y sont mobilisées.


 

Exemple 6

Le sonore et la musique accompagnent de nombreuses manières des rituels de tous ordres liés ou non à la pratique collective d’une religion. Dans le lieu observé, le questionnement porte sur la fonction du sonore et de la musique dans le déroulement du rituel (lien à la parole, marquage de moments importants, vecteur d’émotion et plus généralement rapport au sensible). Il porte aussi sur les liens entre la source du musical et son rapport au collectif, son niveau d’exigence qualitatif et le lien avec la musique écoutée en dehors de ce lieu. La réalisation peut prendre la forme d’un dossier (interviews croisées, étude historique comparative, fonctions plurielles du lieu, etc.).


 

Exemple 7

Le lieu observé est une radio locale (ou une antenne locale de Radio France). Le travail mené interroge les fonctions de ce média, ses objectifs (publics, nature de l’information, etc.) et ses contraintes (finances, organisations, droit, rayonnement), la place et le rôle qu’y occupe la musique (finalité ou moyen), son design sonore (jingle) et les choix techniques qui assurent son identité acoustique (compression, dynamique, etc.). Le projet vise la réalisation d’une émission en regard d’une station identifiée et s’attache aussi bien à son contenu qu’aux caractéristiques de sa mise en ondes.


 

Exemple 8

En résidence pour plusieurs mois au sein d’une structure de diffusion, un ensemble musical (orchestre symphonique, groupe de musique actuelle, auteur/compositeur/interprète, etc.) devient la référence du projet. Le travail mené interroge le fonctionnement de l’ensemble en résidence, sa structure, son organisation, son identité artistique, son équilibre économique comme la logique de sa résidence au sein de la structure d’accueil. La réalisation, sous la forme d’un dossier papier ou numérique, documente l’ensemble étudié et l’enrichit de la réalisation d’une interprétation – ou d’un arrangement – d’une référence de son répertoire.


 

Exemple 9

Le lieu observé repose sur le service communication d’une entreprise qui utilise le son et la musique pour valoriser ses produits, les faire connaître et les diffuser. Il s’agit alors d’interroger le pouvoir et les effets de la dimension sonore et musicale d’une politique marketing, de réfléchir aux façons dont l’acoustique, le sonore et la musique influent sur les comportements des individus dans une société de consommation, et de se demander comment, en miroir, cette même dimension sonore et musicale d’une politique marketing influence la création musicale aujourd’hui. La réalisation est nécessairement multimédia, associe images, sons et musiques, et témoigne de la capacité de l’écriture sonore à orienter la perception d’un message, notamment publicitaire.


 

Exemple 10

Le lieu observé présente des créations relevant des arts plastiques aujourd’hui (musée, lieu d’exposition, fond régional d’art contemporain [FRAC]). Le projet interroge la place et le rôle du son et de la musique, d’une part dans la création exposée (installations, événements, performance, happening), d’autre part au sein de la scénographie de l’exposition ou du musée. La réalisation vise la constitution d’un dossier (papier ou numérique et multimédia) présentant un projet de même nature, notamment au départ de la création des élèves du lycée en arts plastiques.


 


 


Date de création : 14/10/2010 @ 12:05
Dernière modification : 02/12/2012 @ 18:59
Catégorie : 1. Programmes
Page lue 2931 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Rubriques académiques

PetiteFabrique-small.gif

bandeau2_violet_rayures-300x41.png

Daaf-small.gif

DAREIC-small.gif

logo-guppy-lettres-mini.gif

Contacts

Responsable de publication :
Alexandre Winkler, IA-IPR
06 78 60 96 25
alexandre.winkler@ac-grenoble.fr

Webmestre du site :
Guillaume Deheuvels, professeur en spécialité cinéma
06 83 37 81 06
guillaume.deheuvels@ac-grenoble.fr

Recherche



Rédacteur


Nombre de membres2 rédacteurs
Rédacteur en ligne : 0
Spécial !
Flux RSS
RSS
^ Haut ^