Textes officiels

Fermer 1. Programmes

Fermer 2. Guide technique

Fermer 3. Guide du partenariat

Fermer 4.Pilotage

Fermer 5. Comment devenir enseignant en Cinéma-Audiovisuel?

Fermer 6. Fiche type cession de droit à l'image

Fermer 7. Textes législatifs sur la création, la diffusion et la publication des images

Fermer Sections cinéma Académie de Grenoble

Ressources didactiques

Fermer Actualités

Fermer Analyses filmiques

Fermer Articles

Fermer Bibliographie cinéma

Fermer Cinéma et international

Fermer Cinéma et technique

Fermer Concours et opérations en CInéma-audiovisuel

Fermer Contributions interdisciplinaires sur le cinéma

Fermer Dernières parutions

Fermer Education aux médias

Fermer La pratique cinématographique

Fermer Thématiques et problématiques cinématographiques

Pourquoi ne pas en profiter pour proposer :



Voir les propositions en attente

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Calendrier
2. Guide technique - Aménagement et équipement des locaux

                                            Enseignement du cinéma et de l’audiovisuel en lycée
                           Un guide pour l’aménagement des locaux et l’équipement des sections

Présentation

Ce guide est destiné aux chefs d’établissements, équipes enseignantes, partenaires artistiques
techniques et financiers des sections cinéma et audiovisuel.
Fruit d’un travail concerté entre de nombreux partenaires de l’éducation nationale, de la
culture, des collectivités, des associations et groupes d’experts, il a été validé par l’ADRC
(Agence pour le Développement Régional du Cinéma) la CST (commission Supérieure
Technique) et l’IGEN (Inspection Générale de l’Education Nationale)
Sans être ni exhaustif ni obligatoirement modélisant, il propose un ensemble cohérent et de
bon niveau auquel chacun peut se confronter et s’adosser afin d’optimiser son parc dans le
respect des objectifs pédagogiques des enseignements de cinéma et d’audiovisuel.
Il doit permettre la concertation et la collaboration entre les différents partenaires concernés
soit par l’équipement complet soit par le rééquipement de l’établissement.
Il sera réactualisé et complété régulièrement.

Rappels des programmes et des objectifs de l’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel

o Textes de référence :

Programmes des lycées : seconde, première, terminale des séries générales (L,
S, ES) et technologiques (STI, STT). Bulletin officiel de l’éducation nationale (numéros hors série) du 30 août 2001.
Définition des épreuves de baccalauréat toutes séries : BO N° 45 du 4
décembre 2003.
Programme des options artistiques des classes préparatoires littéraires aux
grandes écoles. Bulletin officiel de l’éducation nationale N° 26 du 26 juin 2003
o Principes pédagogiques et des grandes composantes des programmes
(Extraits des BO cités et de la circulaire d’orientation parue au BO N°40 du 30 octobre 2003.)
L’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel au lycée fait partie des enseignements
généraux. A ce titre il n’a pas vocation à professionnaliser les élèves mais à leur donner une
culture artistique, théorique et pratique intégrée à leur culture générale et susceptible de
faciliter leurs choix ultérieurs.

Les principes pédagogiques :

« L’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel au lycée (option facultative toutes séries,
enseignement de spécialité de série L, option de classes préparatoires) privilégie la dimension
artistique de ces domaines. Prenant en compte leurs composantes patrimoniale et
contemporaine, il est ouvert à l’ensemble des techniques de représentation animées et sonores
présentes dans l’espace culturel, social et esthétique du lycéen d’aujourd’hui et il accueille les
formes et genres cinématographiques et audiovisuels les plus variés, y compris les images et
sons numériques, l’art vidéo, le cinéma expérimental. Cet enseignement explore les aspects
artistiques, culturels et économiques des champs concernés, en mettant en évidence
l’importance et la diversité des modes de productions. »

Les trois composantes des programmes :

La composante pratique : fondamentale et spécifique des domaines artistiques, elle donne
lieu à des pratiques individuelles ou collectives, d’apprentissage, d’expérimentation,
d’expression, de création. C’est la composante du « faire ».
La composante culturelle : elle est centrée sur l’histoire et l’analyse des arts, des théories et
des mouvements, la connaissance des auteurs et l’approche d’oeuvres relevant du patrimoine
comme du contemporain. C’est la composante des « savoirs ».
La composante technique et méthodologique : elle vise la maîtrise des gestes et des outils,
traditionnels et modernes, l’exploration des procédures et des démarches de questionnement,
d’expérimentation, de communication, de mise en oeuvre progressive de projets. C’est la
composante des « savoir-faire ».
En bref, il convient pour cet enseignement, qu’il soit de spécialité ou optionnel, de prévoir à la
fois des lieux et du matériel pédagogique pour les différentes étapes de la pratique (écriture,
réalisation, montage et mixage), pour les exercices de visionnement et d’analyse d’oeuvres,
pour les temps de recherche et de lecture sur tous supports.
Il est indispensable de penser l’ensemble de l’équipement à la fois pour le travail individuel,
en petits groupes, en classe entière.
Les propositions d’aménagement des locaux et les conseils d’équipement qui suivent
tiennent compte de ces priorités.

o Aménagement et équipement, rappel des étapes administratives:
L’aménagement et l’équipement de locaux pour l’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel
(qu’il s’agisse d’une nouveauté ou d’un renouvellement) doivent respecter une procédure
hiérarchique simple mais indispensable.

Pour une création :

Etape 1 : l’équipe partenariale (enseignants et partenaires) rédige son projet pédagogique en
s’appuyant sur les programmes nationaux. Ce projet est accompagné d’un schéma
d’aménagement et d’équipement précis et chiffré conçu à partir du référentiel national avec
les conseils éventuels de partenaires compétents. (Rectorat, Drac, Région).

Etape 2 : ce projet est soumis au chef d’établissement qui le présente en conseil
d’administration.

Etape 3 : si le CA l’accepte, le projet est ensuite soumis à l’IA-IPR et à la DAAC ainsi
qu’aux conseillers de la DRAC pour amendement et validation.

Etape 4 : lorsque l’ouverture est acceptée dans le cadre de la CASEAC, la partie
« aménagement et équipement » du projet est affinée et soumise par le chef d’établissement
avec les avis des IA-IPR, DAAC et DRAC, aux services compétents du Conseil régional avec
une demande de subvention.

Pour un renouvellement la procédure est moins lourde mais suppose un état des lieux
préalable.


Guide d’aménagement et d’équipement des locaux

o Conception et aménagement des locaux :

Un contexte réglementé :

Les établissements scolaires sont soumis à la législation spécifique régissant les
établissements recevant du public (ERP) (« Tous les bâtiments, locaux et enceintes dans
lesquels les personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution et une
participation quelconque ») définie par le Code de la construction et de l’habitation (CCH)
Les constructeurs, propriétaires et exploitants des établissements recevant du public sont
tenus, tant au moment de la construction qu’au cours de l’exploitation, de respecter les
mesures de prévention et de sauvegarde propres à assurer la sécurité des personnes ; ces
mesures sont déterminées en fonction de la nature de l’exploitation, des dimensions des
locaux, du mode de construction et du nombre de personnes pouvant être présentes au même
moment dans l’établissement, y compris les personnes à mobilité réduite.

Des normes à respecter :

Sécurité incendie
Textes de référence :
Code de l’urbanisme, Code de la construction et de l’habitation.
Arrêté modifié du 25 Juin 1980
Selon la législation, les ERP sont classés par type, qui concerne la nature de leur activité, et
par catégorie, qui se rapporte à l’effectif du public admis. Ainsi, un établissement scolaire
appartient aux établissements de type « R ». Le second classement se fait par catégorie (de 1 à
5) et correspond à l’effectif accueilli (public et personnel) y compris pour un évènement
ponctuel. Cette réglementation fixe des normes en terme de largeurs de dégagement,
d’espaces de circulation, de nombre de sorties suivant l’effectif de la salle ainsi que du
nombre de façades accessibles par les moyens de secours, son application est déterminée en
fonction d’une logique propre à l’ensemble de l’établissement (validée par la commission
départementale de sécurité).

Accessibilité des personnes à mobilité réduite (PMR)
Textes de référence :
CCH – art R111-19-1,
décret n°94-86 du 26 janvier 1994 ;
arrêté du 31 mai 1994 ;
circulaire n°94-55 du 7 juillet 1994 ;
arrêté du 25 juin 1980, articles AS 4 et GN 8.
Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la citoyenneté
des personnes handicapées »
Les établissements scolaires sont soumis à la réglementation en faveur de l’accessibilité des
personnes à mobilité réduite : l’accessibilité au cadre bâti, à l’environnement, à la voirie et
aux transports doit permettre leur usage sans dépendance par une personne gênée par une
incapacité permanente ou temporaire.
La mise en oeuvre effective de l’accessibilité doit se traduire par la possibilité : d’accéder au
bâtiment, de circuler à l’intérieur de l’établissement sans se heurter à des obstacles
constructifs, d’utiliser l’ensemble des prestations et services mis à la disposition du public.
Cette réglementation fixe des normes en terme de dégagements, d’espaces de circulation,
d’emplacements, suivant l’effectif du public admis. Ces normes imposent des surfaces et des
dispositions spatiales particulières qui influent sur la conception architecturale d’ensemble.

Un programme minimal adapté
L’aménagement spatial du département cinéma et audiovisuel d’un établissement scolaire doit
donc viser la compatibilité des objectifs pédagogiques avec les normes obligatoires (incendie
PMR) auxquelles s’ajoutent la sécurisation et les dispositifs de protection contre le vol.
Il paraît important de rechercher un emplacement qui puisse être isolé du reste de
l’établissement dans son fonctionnement et son évacuation en cas d’incendie. De plus, pour le
meilleur fonctionnement pédagogique et l’enchaînement du processus de fabrication, une
circulation aisée entre les différents groupes d’élèves et locaux doit pouvoir être assurée.
Un tel département doit comprendre :
Une cellule principale composée au minimum de : salles de cours, plateau de tournage
(transformable en lieu de projection), espaces de montage, lieu de stockage et réserve
pour le matériel.
Des locaux additionnels à partager avec la collectivité scolaire : labo-photo, salle de
réunion, centre de ressources - bibliothèque, videothèque, etc.).
Pour des raisons évidentes de sécurité des matériels, la situation en rez-de-chaussée devrait
être évitée sous réserves d’autres contraintes (cf. infra). Cependant des dispositifs antieffraction
peuvent compenser une telle situation : barreaux et grilles, stores ou vitrages
sécurisés (film retardateurs, etc.).
Les salles de cours doivent être équipées de rideaux d’occultation pour permettre de bonnes
conditions de visibilité des images, de même les faux-plafonds acoustiques doivent
permettrent une bonne diffusion sonore. Les unités de visionnement (moniteur-lecteur)
pouvant être mobiles et l’accès devant être garant aux pmr, les différences de niveaux entre
les salles sont à proscrire (sauf plans inclinés).
L’espace de montage doit pouvoir être proche des salles de cours tout en étant séparé et
opaque. Il doit comprendre trois ou quatre unités de montage (une pour 4 ou 5 élèves) chaque
cellule devant être isolée pour éviter des nuisances sonores tout en permettant une circulation
(portes, vitrages isolants, etc.). Une attention particulière devra être apportée au traitement
absorbant des revêtements de ces locaux de façon à limiter les nuisances entre unités de
montage. Dans ces locaux, il paraît encore plus nécessaire de permettre de multiples
possibilités de liaisons en courant faible (alimentation électrique, son, réseau informatique)
par des goulottes modulables (cependant le nombre de liaisons et des locaux desservis est
limité par le dimensionnement des goulottes).
Le plateau de tournage-projection doit être occulté et disposer d’une hauteur suffisante pour
permettre les déplacements d’appareils et de dispositifs d’éclairage adaptés (grill, cyclorama,
etc.). Une régie de plateau doit permettre d’avoir une vue générale du plateau, des liaisons
son-image devront avoir été prévues entre ces deux espaces. Un soin particulier devra être
apporté à la cloison séparative ainsi que pour les passages de gaines et câbles afin d’assurer
une parfaite isolation acoustique entre les locaux. La situation en étage est à proscrire.
Il est essentiel d’assurer une bonne isolation acoustique du plateau vis-à-vis des locaux
contigus et de son environnement extérieur (niveau sonore des temps de récréation
notamment). Le principe de la « boîte dans la boîte » par la constitution d’une seconde
enveloppe isolée de la structure permet d’éviter les nuisances sonores qu’ils s’agisse de bruits
aériens ou de bruits solidiens (ou d’impact).
Tant que faire se peut, les ouvertures pouvant provoquer des ponts acoustiques doivent être
limitées et traitées (issues, désenfumage, grilles ou gaines de ventilation ou de chauffage,
etc.).
La transformation du plateau en salle de projection entraîne le maintien d’une paroi lisse et
blanche (ou l’existence d’un écran adéquat) donc réfléchissante (et de fait peu absorbante)
pouvant être compensée par un rideau acoustique. La géométrie du plateau doit éviter les
ressauts et les obstacles constructifs pouvant provoquer des modifications acoustiques et
permettre une grande souplesse dans les mouvements d’appareils et de personnes.
Les locaux de stockage doivent bénéficier de la meilleure sécurisation possible puisque
l’ensemble du matériel (micros, perches, câbles, mandarines, caméras, etc.) y est entreposé :
portes blindées, minimum d’ouvertures, armoires sécurisées, etc.
Surfaces minimales indicatives :
Ensemble des salles de cours : 100 m²
Ensemble de l’espace de montage : 50 m²
Plateau : 50 m²
Régie : 12 m²
Bureau-ressources : 15 m²
Réserves : 25 m²
***************************************************************************

REFERENTIEL D’EQUIPEMENT A TITRE INDICATIF, OPTION « HAUTE »
Colonne A : 1eréquipement indispensable pour une section
Colonne B : montée en charge


TOURNAGE
1 Camescope DV mono CCD (ou tri CCD) de résolution mini 530
points/ligne, équipé de:
-Entrées microphone (XLR de préférence. Dans le cas d’une connectique mini-jack, prévoir un adaptateur>infra).
-Entrées et sorties Vidéo DV, S- Vidéo et composite sortie casque.
-Réglage manuel de la mise au point, de la balance des blancs, et du niveau son.
-Griffe porte accessoires.
-2 batteries. La recharge des batteries se faisant sur un chargeur/alimentation externe.



1 adaptateur 2 x XLR > mini-jack stéréo symétrique/asymétrique par transfo, ( type -BEACHTEK DXA-4 Camcorder adapter- ou équivalent) pour les camescopes muni d’une entrée microphone minijack
3 batteries supplémentaires.


1 pied vidéo équipé d'une tête fluide 3 mouvements, (hauteur mini
pied déployé : 1,5m) et sa sacoche

1 Petit moniteur de contrôle vidéo (ou TV) diagonale écran 0,24m
mini avec alimentation 220V et 12V

ECLAIRAGE
1 – Un ensemble "lourd" intérieur pour éclairer un plateau de
taille moyenne
(exemple : tournage dans une salle du Lycée )
1 portique démontable de 3m de long ( voir modèle Camif ou
équivalent)
3 projecteurs 650 W avec volets et porte filtres
3 fixations pour accrocher les projecteurs au portique
3 projecteurs Fresnel 300 W avec volets et porte-filtres
3 pieds stables 2,50m de haut pour ces projecteurs
6 Prolongateurs 220 V 2P+T longueur 10 m
Tableau de dérivation 5 prises 220 V 2P+T avec fusibles

3 ampoules de rechange pour projecteur Fresnel
1 malle de rangement pour ces projecteurs et leurs accessoires
3 réflecteurs circulaires pliables diamètre 1m
( type LiteDisc Photoflex ou Lastolite ou équivalent)

Lot de gélatines (bleu/jaune/rouge )
Rouleau de Spun (tissu diffuseur ininflammable )


2 - Un ensemble "léger" intérieur pour éclairer un plateau de
petite taille
( exemple : tournage dans une autre salle ou dans un appartement
… )
1 valise de trois mandarines 800 W /220Vcomplète avec accessoires
3 ampoules de rechange 800 W

3 réflecteurs circulaires pliables diamètre 1m
( type LiteDisc Photoflex ou Lastolite ou équivalent )

3 Prolongateurs 220 V 2P+T longueur 10 m
Lot de gélatines ( bleu/jaune/rouge )
Rouleau de Spun ( tissu diffuseur ininflammable )



3- Un ensemble d'éclairage extérieur (2 fois 50W) alimenté en basse
tension (12 ou 24 volts)

1 valise de rangement

PRISE DE SON

1 micro dynamique directionnel avec 1 bonnette anti-vent et 1
câble micro de 10 mètres. Cet équipement sera de préférence en
connectique XLR
1 perche en alliage métal 2 ou 3 segments 2,75 m
1 suspension élastique pour micro
1 casque fermé isolant ( type Senheiser HD 25 ou équivalent)
1 rallonge de casque mini-jack 5 m
1 mixette autonome XLR ou jack/xlr(batterie ou pile et secteur),
1 mallette rigide (dimensions en mm 460/335/150) pour le matériel
son


LE MONTAGE

I : version MACINTOSH
(système d'exploitation Mac OS X )
Un ordinateur Mac: unité centrale + écran + haut-parleurs
Ecran LCD panoramique 17 ou 20 pouces
Processeur PowerPC G5 à 1,8 GHz
Mémoire vive étendue à 2 Go: ( 2 barrettes 1024 Mo SDRAM
DDR400 )
64 Mo de mémoire vidéo DDR
Bus frontal à 600 MHz
Disque dur interne Serial ATA de 160 Go
Lecteur graveur de CD et DVD à chargement frontal
Ethernet 10/100 BASE-T Intégré
Haut-parleurs
Système d'exploitation Mac OS X fourni sur DVD avec l’ordinateur
Connectique intégrée :
2 prises FireWire ( IIEE 1394 )
3 prises USB 2
2 prises USB 1 ( sur clavier )
Ethernet RJ 45

Sortie vidéo VGA, S-Vidéo et composite
Sorties audio HP et casque
Entrée audio ligne
II : version PC
(système d'exploitation windows XP pro )
Un ordinateur PC: unité centrale + écran + haut-parleurs
Ecran LCD 17 ou 20 pouces
Processeur Pentium 4/4530 à 3 GHz
Mémoire vive étendue à 1 Go
128 Mo de mémoire vidéo DDR
Bus 600 MHz
Disque dur interne Serial ATA de 160 Go
Lecteur /graveur combo CD et DVD RW (DVD16X)
Carte reseau10/100 Mb
Connectique intégrée :
2 prises FireWire ( IIEE 1394 )
4 prises USB 2
Ethernet RJ 45
2 connecteurs PCI libres
Sortie vidéo VGA, S-Vidéo et composite
Sorties audio HP et casque
Entrée audio ligne
Ou
Boitier exterieur de capture USB2 type moviebox ou équivalent
Lecteur de carte compatible avec l'appareil photo numérique
Haut-parleurs

Câblage pour connexions externes
Câble FireWire-DV 3m pour capture depuis camescope
Câble FireWire-FireWire 1,8 m pour connexion disque dur externe
Câble FireWire-FireWire 3 m pour échange direct de données
entre deux ordinateurs (mode "target' )
Câble Ethernet croisé 5 m pour échange direct de données
entre deux ordinateurs (mode "réseau local")

Logiciels de montage Mac ou PC
Mac : Livrés avec le système d'exploitation Mac OS X et adaptés à
un usage pédagogique :
Logiciel de montage : iMovie
Logiciel de traitement de texte, de dessin et de mise en page :
AppleWorks
Logiciel de traitement et de classement de photos : iPhoto
Logiciel d'authoring de DVD : iDVD
Logiciel de gravure de CD et de DVD (intégré au système
d'exploitation)
PC : Livrés avec le système windows XP pro et adaptés à un usage
pédagogique :
Logiciel de montage : Studio 9 pro ou équivalent
Logiciel d'authoring de DVD
Logiciel de gravure de CD et de DVD
On peut évidemment pousser jusqu’à des logiciels plus évolués
comme Adobe premières et Final Cut.


Logiciel de composition musicale par boucles

VISIONNEMENT EN VIDEOPROJECTION
1 vidéoprojecteur : portable, 2000 lumens, XGA, avec entrées Svidéo
et composite.
1 lecteur/enregistreur de DVD de salon
1 Paire d'enceintes acoustiques amplifiées pour l’écoute et le
contrôle (2 fois 20 W RMS et de bonne qualité acoustique) avec si
possible la possibilité de monitoring (deux entrées lignes séparées
pour comparer le son avant et après traitement).
1 écran portable (1,20m / 1,20m)

VISIONNEMENT SUR TELEVISEURS
téléviseurs écran de 70 cm de diagonale. (1 ou 2)
lecteurs/enregistreurs de DVD de salon (1 ou 2)


MATERIELS DIVERS
1 magnétoscope DV,
1 moniteur 21 pouces
1 armoire de rangement blindée.
2 unités de stockage extérieures (disques durs 80 à120 G, avec liaison
IEEE, rapide 7200t/mn temps d'accès inf 10ms),
(Le magnétoscope VHS ne paraît plus indispensable dans une
nouvelle dotation).



1 camescope de dépannage identique à la gamme tournage

1 Appareil photo numérique (4Mp mini) avec cartes mémoires de
format Smart média ou Compact flash de préférence, de capacité
de128Mo au minimum, câble de liaison USB ou DV.

MAINTENANCE

Le problème de la maintenance doit être abordé en séparant le matériel informatique du
matériel audiovisuel.
Le matériel informatique est plus simple à entretenir, de plus les machines se déqualifient
rapidement par rapport au marché. Les Régions proposent régulièrement des machines en
renouvellement.
Le matériel audiovisuel dure plus longtemps, mais demande une maintenance très
spécifique, coûteuse et qui immobilise le produit plusieurs mois. Il semble que la meilleure
solution consiste à prévoir un matériel de dépannage.
En général, les fournisseurs proposent des contrats de maintenance qu’il est sage de prendre.
Bien sûr, rien ne vaut un chargé de maintenance intégré au personnel permanent du lycée.
Un exemple d’équipement initial « moyen » : la mesure de rentrée.
Dans le cas d’une mesure de rentrée on sera par exemple amené à fournir pour un groupe
d’une quinzaine d’élèves :
3 unités de tournage video
3 unités de prise de son
3 unités de montage I ou II
1 unité de visionnement en vidéoprojection
2 unités de visionnement sur téléviseurs
1 unité d’éclairage fixe
1 unité d’éclairage mobile
1 unité d’éclairage basse tension.

CONCLUSION

Ce guide est indicatif, il ne doit effrayer personne.
Il n’inclut pas pour l’instant l’aménagement et l’équipement d’un labo photo (à venir)
Il devrait permettre aux équipes de mieux se repérer dans le dédale des propositions
commerciales.
Nous restons à votre disposition pour toute information.
Inspection Générale de l’Education Nationale :
christine.juppe-leblond@education.gouv.fr
Avril 2005

Date de création : 23/10/2008 @ 10:53
Dernière modification : 06/01/2009 @ 23:51
Catégorie : 2. Guide technique
Page lue 2015 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Rubriques académiques

PetiteFabrique-small.gif

bandeau2_violet_rayures-300x41.png

Daaf-small.gif

DAREIC-small.gif

logo-guppy-lettres-mini.gif

Contacts

Responsable de publication :
Alexandre Winkler, IA-IPR
06 78 60 96 25
alexandre.winkler@ac-grenoble.fr

Webmestre du site :
Guillaume Deheuvels, professeur en spécialité cinéma
06 83 37 81 06
guillaume.deheuvels@ac-grenoble.fr

Recherche



Rédacteur


Nombre de membres2 rédacteurs
Rédacteur en ligne : 0
Spécial !
Flux RSS
RSS
^ Haut ^