Empreintes

 

L’entrée peut se faire:

1-  Par la découverte de productions d’art d’autres cultures (arts premiers mettant en jeu des techniques artisanales : pochoirs, empreintes, marquages divers....)

2-  Par la découverte d'œuvres contemporaines.

L'observation des productions permettra de mettre en évidence les notions de formes (signes, pictogrammes, motifs simples), couleurs, outils, matières, structures, supports, ...)

 

 

 

PROPOSITION 1 : empreintes par frottages

Les repères de sens: "les frottages"  "les frottages de Michaux"

 

"Le frottage permet de détourner le matériau perceptible en relief, placé sous le support qui est gratté ou frotté. Ce dispositif est choisi pour ce qu'il a de modeste, de banal et d'arbitraire. Il se lie à une thématique nouvelle : le sujet du tableau n'a rien à voir avec la structure qui lui sert de fondement. Les contours des dessous non identifiés, substituts du coup de pinceau ou du trait de plume, glissent sur le papier de manière à démultiplier les rythmes et à développer des lignes parfois inconséquentes au point de produire un étrange état de flottement dans la page même du dessin. Comme des figures fugitives, ces formes dont l'existence n'est aucunement menaçante parce qu'improbable, en perpétuel mouvement, participent de l'ouvert, du non-accompli, de l'inachevé. Au contraire, leur beauté évanescente dépend des altérations étranges de la nature de leur corps sous l'influence d'une technique automatique qui fait que la copie du relief n'a que très modestement une lointaine ressemblance..."

 

 

 

Etape 1 : Chaque élève réalise un dossier : collection, répertoire d'empreintes différentes obtenues par la technique du frottage.

Le travail permettra d'aborder les notions de ligne, couleurs,  structure, espace, geste. Le principe est simple: poser un feuille de papier sur le support (plan de préférence) dont on veut garder une trace de sa texture, structure, la plus précise possible, et passer un instrument graphique (: crayon à papier et de couleurs, mines de plomb, craies à la cire, pastels gras....à expérimenter.) à plat sur la feuille.

Moyens matériels en jeu: outils, supports.

 

Temps 1: expérimentation de la technique; collectage d'empreintes simples :  1 support, 3 outils différents, et mise en commun.

 

Temps 2: expérimentation avec supports papiers différents et superpositions de différentes empreintes (par translation, rotation...)

 

 

Temps 3: Observation de la collecte, tri et sélection. Présentation, annotation  des différents essais, et construction du dossier (cahier mémoire de cette étape expérimentale.

 

 

 

Etape 2 : réinvestissement 1

 

Tirer parti des expériences précédentes pour développer un projet personnel : repérer certains éléments du répertoire précédent en les associant, les combinant pour construire un "espace" paysage de fiction mettant en jeu les notions de plans, lignes, valeurs, permettant de donner l'illusion de la profondeur.

Lien transdisciplinaire avec le français : production d'écrit (phrase courte élaborée autour de l'évocation du paysage à partir d'un champ lexical mettant en jeu les notions de lieu, temps, action: ou? quand? quoi? comment?...)

 

 

Temps 4: Présentation des repères culturels

 

Max Ernst

  Michaux

 

 

 

PROPOSITION 2 : empreintes par impressions

Elle peut-être un réinvestissement le l'étape 2 précédente, après avoir mis en évidence les notions de structure, répétition de motifs et structuration de l'espace.

Repères de sens: "marquages et répétitions"

"Copies, séries, simulacres

Dans la société tribale, la tradition prévaut et tout changement constitue un danger. Il faut donc recopier à l’infini les modèles légués par les anciens, réincarner leurs codes. On reconnaît un masque dogon au premier coup d’œil. L’objet rituel n’a droit, en principe, à aucune éternité et seuls les offrandes et les rites lui assurent une existence, parfois longue, parfois précaire.

Cela produit un art de la copie et de la répétition que guette le stéréotype, mais constamment, et pendant des siècles (des millénaires) le modèle archaïque a fait naître des variantes, des trouvailles et innovations qui ont permis la déclinaison d’innombrables renaissances. C’est la différence qui fait l’art, et non la duplication. Le problème se pose différemment dans notre société de la production sérielle industrielle et de la reproductibilité médiatique introduite par la photographie, la cinématographie et le phonographe. Tout se reproduit à l’identique, et sans que l’on doive consulter et connaître (mimer) un quelconque modèle. C’est dans cet esprit qu’Allan Mc Collum multiplie des sortes de simulacres de tableaux, à l’infini d’une différence fonctionnant à vide, mais produisant une nouvelle et fragile perception de l’identité." Pierre Sterckx - "les derniers-les premiers"

 

Situation 1:

-  Récupération d'éléments de rebut, susceptibles de servir d'outils - pour le cycle 1

-  Fabrication d’outils tampons (objets singuliers, construits à partir d’éléments de récupération combinés; idée de préhension et d’objet efficace, solide, riche plastiquement.) - fin de cycle 2, cycle 3

 

 

Tester les outils sur différents supports; papiers différents, tissus etc. 1 empreinte par support, avec différents médiums, puis combinaison de 2 empreintes

 

                      papier journal huilé

Situation 2 :

Répéter le même motif sur  un support construit ou préparé et l'associer à d'autres pour structurer un espace donné: répéter, alterner, combiner, superposer,  prendre en compte l'impression précédente pour intervenir.

  recto/verso     répétition alternance, prise en compte de la forme du support

Situation 3 :

Préparation des supports de récupération (supports identiques, éventuellement de même format pour une installation finale collective)

Intervention sur les supports (structuration de l’espace par répétition d’un même motif, puis intervention avec un 2em motif, puis un 3em et un 4 em; jeu de combinaisons par juxtapositions, superpositions, inversions..) confusion entre forme/fond, pleins/vides.

 

 

classe de 6em - Collège

 

Situation 4:

Recherche de mise en scène des différentes productions individuelles en vue d’une présentation collective

PE2 IUFM

Situation 5:

Mise en relation avec les productions d'autres cultures, avec les démarches d’artistes : la présentation d’œuvres de référence peut se faire selon une chronologie précise (observation, description détaillée et organisée des éléments iconographiques et plastiques composant l’image, interprétations, évocations, hypothèses sur les moyens matériels utilisés, sur la démarche de l’artiste, comparaisons avec les productions des élèves : ressemblances - dissemblances)

 

Cueva de las Manos, Grotte des mains, Santa Cruz, Patagonie argentine, 7300 av jc

Art et cultures traditionnelles: Mali, Mauritanie, Ghana

 

Yves Klein, anthropométries VIALLAT ST; 1978 Taud de marché 380 x 295 cm Christian Jaccard, couple outils-empreintes 1974-75 Dokoupil Jiri Georg, 44 pommes, 1990 Giuseppe Penone, empreintes d'ongles encre de chine sur papier, 1988

 

Bernard Fournier - formateur arts visuels - IUFM de Grenoble, Site de Valence - expérimentations Formation initiale 1er degré et classes de 6em (collège)