Régionale APHG
Quoi de Neuf ?

Fermer 50 ans après les accords d'Evian

Fermer Animations pédagogiques

Fermer Bon à savoir

Fermer IXe Agoras

Fermer Université de Savoie : colloques, journées d'études

Fermer dernière minute

Fermer dernières infos officielles

Fermer rencontre débats expos

Sorties / Culture
Compte rendu de sortie - 2006 - Albertville / Turin

« D’Albertville à Turin (Sestrières),
sur les chemins de l’olympisme »

 

 En quoi les Jeux modifient-ils durablement l’équilibre des territoires ?

Du 10 au 26 février 2006, Turin accueillait les XXèmes Jeux Olympiques d’hiver. Auparavant,le 6 février, la flamme olympique avait fait escale dans les 3 villes françaises précédemment organisatrices des Jeux : Chamonix en 1924, Grenoble en 1968, Albertville en 1992.

14 ansplus tard, comment apprécier l’héritage des JO en Savoie ? Le parti pris du COJO de privilégier des équipements durables, respectueux de l’environnement, et de développer le territoire a-t-il été suivi d’effets ? Comprendre les effets matériels et immatériels à long terme des Jeux fut l’objectif de notrepremière journée à Albertville. Les choix et stratégies de Turin étaient ils comparables ? Certes à 4 mois de la clôture des compétitions, il est trop tôt pour dresser un état des lieux complets. La seconde journée à Sestrières a été l’occasion d’apprécier les impacts paysagers grâce à une visite commentée des installations par un élu de la commune et d’enrichir nos réflexions des apports de professeurs de l’université de Turin.

Vendredi 9 juin : Albertville, maison des Jeux Olympiques.

Claire GRANGE, directrice de La Maison des Jeux nous accueille chaleureusement et nous propose une visite des lieux, à deux voix avec Pierre PREAU, professeur émérite de l’Université de Savoie.

Certains pouvaient craindre un musée consacré seulement aux événements sportifs, et aux athlètes. En réalité cette maison est celle de l’olympisme, des sports d’hiver, et de la montagne. Elle mérite plus qu’un détour .

 

La Maison des Jeux olympiques est un lieu unique en France consacré à l'olympisme, aux sports d'hiver et à la montagne. Il s'agit d'une maison thématique qui retrace l'histoire de l'olympisme, l'évolution des sports de glisse, l'aménagement de la montagne et qui vous fait revivre les Jeux olympiques d'Albertville (1992). La Maison des Jeux olympiques présente également une exposition temporaire : "Éclats olympiques" aux couleurs du drapeau olympique qui symbolisent l'éclat de lumière, l'éclat de voies, l'éclat de rêve, l'éclat de rire et l'éclat d'abus.

 

Centre d'interprétation, la Maison des Jeux olympiques abrite l'album des athlètes, des vidéos, les costumes des cérémonies, … Les groupes d'enfants partent à la découverte du musée à l'aide de jeux découverte sous forme de questions (niveau primaire et collège) après avoir assisté à la projection d'un film ("Zébulon" l'histoire d'un petit savoyard et la présentation des sites et épreuves olympiques pour les plus petits ou "Spectacle éphémère" : la préparation des cérémonies d'ouverture et de clôture des JO d'Albertville pour les plus grands). Il est également possible d'effectuer des visites thématiques avec remise de dossiers après discussion avec le professeur du sujet du thème étudié.


La durée de la visite est de 1h30 environ.

 Tarif groupe scolaire : 1,5 €/pers

                                    Gratuit pour les accompagnateurs et le chauffeur.

Ouvert de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h sauf dimanche et jours fériés

     dimanche et jours fériés de 14h à 19h.

 Maison des Jeux olympiques11, rue Pargoud 73200 Albertville

Tél : 04.79.37.75.71 Fax : 04.79.32.38.75     Mail : maisonjeuxolympiques@wanadoo.fr

 

Pierre PREAU

[Lire le contenu de la conférence de Pierre Préau]

 

 

Claude PONSON, directeur du développement, agence touristique départementale de Savoie, recentre ensuite la discussion sur la question : " En quoi les JO modifient-ils durablement l'équilibre des territoires ? 

 

   Jean François LYON- CAEN architecte, maître assistant à l’Ecole d’Architecture de Grenoble :

Malgré quelques contrariétés d’ordre techniques qui le privent du support informatique, Jean François Lyon Caen nous fait part de l’approche architecturale dans la salle de l’aménagement de la montagne en utilisant la maquette et les photographies qui racontent l’évolution de l’architecture des stations de sport d’hiver. Il rappelle que les JO n’inventent pas. Il n’y a pas d’architecture à proprement parler "olympique". Mais les subventions dont bénéficient les stations permettent de faire les équipements attendus depuis longtemps. Les premiers JO d’hiver à Chamonix en 1924 n’ont pas entraîné de grandes transformations : les hôtels existaient déjà. Ce type de station peut être dit "spontané". La station s’est développée à partir d’un village de montagne à proximité d’un terrain propice à la pratique sportive, montagne et ski. Dix ans plus tard, à l’initiative de FIAT, Sestrières était le premier site ex nihilo choisi pour la pratique du ski. L’architecture fonctionnelle, et les tours feront sensation. En France, Courchevel, voulue après la guerre par le Conseil général de Savoie, répond aux mêmes exigences. C’est l’époque où la construction s’emballe, devient anarchique, soumise à la spéculation. Avec le plan neigedes années soixante, vient l’époque des stations intégrées telles que Flaine, La Plagne, les Ménuires avec une volonté de maîtrise globale (foncière, architecturale, financière, fonctionnement…) En sortant des 30 glorieuses, on revient à des constructions de dimensions plus modestes. Le mythe du village s’impose, on construit Valmorel, Montchavin.

Les Jeux de 1992 n’ouvriront pas de grands chantiers, le choix est fait d’optimiser et de réhabiliter des sites existants.

Val d’Isère en est l’illustration. Le vieux village situé à 1840 m est rapidement devenu une station de ski internationalement réputée. Les constructions s’y étaient multipliées de façon anarchique et la circulation était problématique, le centre étant engorgé en permanence. Les JO furent une opportunité pour changer l’image de la station. Le concours d’architecte organisé par la municipalité fut remporté par Jean Louis Chanéac qui entreprit une rénovation totale du centre de la station. Le centre devient piétonnier, la circulation automobile se fait en sous sol, le style qui reprend en les exagérant les caractéristiques de l’architecture régionale, est qualifié selon son auteur de « régionalisme synthétique ». 

 

Les JO ont été une opportunité, ils ont permis de justifier de grands travauxmais ils n’ont pas été à l’origine d ‘un événement architectural majeur, simplement ils amplifient les principes d’aménagement et les tendances architecturales du moment.

Halle d’Albertville

 

Samedi 10juin : Sestrières

A 92 km de Turin, Sestrières est située à 2035m sur le col éponyme qui relie les vallées de Chisone et de Suse. La route fut ouverte par Napoléon en 1814. Cent ans plus tard, le premier hôtel sortait de terre mais la première guerre mondiale stoppa les travaux. Inauguré en 1921, l’hôtel n’était ouvert qu’en été. En 1930, le sénateur Giovanni Agnelli décide d’implanter des équipements touristiques au col. La station voit le jour en moins de 3 ans et Sestrières devient commune indépendante en 1934.

Aujourd’hui la commune compte près de 1000 habitants répartis entre quatre bourgs : Sestriere Col, Sestriere Borgata, Champlas du Col et Champlas Janvier. Il est à noter qu’un nombre de plus en plus important de personnes vivent à Sestrières et vont travailler à Turin. Sestrières fait partie de « la Voie Lactée » ensemble de 5 stations interconnectées qui offrent plus de 400km de pistes jusqu’à Montgenèvre. En dehors des grandes manifestationscomme la Coupe du Monde ou les JO, la station accueille principalement une clientèle de fin de semaine. On compte plus de 4000 lits et avec les Jeux la capacité hôtelière s’est accrue de 20 %. Le système de l’étalement des vacances d’hiver et du découpage en 3 zones que nous connaissons en France n’a pas cours en Italie, et il est à déplorer que la haute saison se limite aux semaines de Noël et Nouvel An.

Le matin, Alfredo MELA, professeur de sociologie urbaine à la Faculté d’Architecture 2 du Politecnico de Turin, fait une intervention brillante et documentée sur la valorisation future de l’héritage olympique, reprenant les thèmes qu’il avait développé lors du colloque « Traces olympiques » de Chambéry le 26 janvier 2006. Giuseppe DEMATTEIS, professeur de géographie à l’université de Turin complète et enrichit cet exposé. Nos deux intervenants s’expriment dans un français remarquable et ont invité deux de leurs étudiants à cette matinée studieuse.

En 2006, le territoireolympique s’insère dans un triangle délimité par Bardonnèche, Turin, TorrePellice. Il s’articule autour de deux pôles : l’aire métropolitaine de Turin(1 700 00 habitants) et les vallées alpines de Susa et Chisone. Entre les deux, les « terres du milieu »  sont des lieux traversés mais non impliqués directement par la distribution des fonctions olympiques. Il s’agit du débouché des vallées des affluents du Pô,Sangone,Doria RipariaetStura di Lanzosur la plaine, quiest déjà dans l’aire péri urbaine de Turin et des banlieues Sud Ouest de Turin.

Ce territoire s’étire sur presque 100km ce qui est le maximum pour un territoire olympique, il couvre 278 000ha soit le 1/3 de la province de Turin et concerne 98 municipalités.

Qu’il s’agisse d’héritage matériel ou immatériel, le défi est maintenant de transformer l’héritage en patrimoine.

Alfredo MELA envisage trois scénarii pour l’héritage olympique :

- un scénario « inertiel » : Il n’y a pas d’évolution socio-économique et spatiale du territoire. Les Jeux sont un moment intermédiaire, il n’en découle aucune synergie. Chaque commune essaie de saisir des opportunités. Les relations ville montagne restent liées au tourisme traditionnel de week-ends et à l’investissement de l’épargne turinoise dans les résidences secondaires.

- le scénario de « la compétitivité internationale » : en valorisant le patrimoine des JO , Turin et ses vallées deviennent des localités d’excellence pour le tourisme et pour organiser d’autres grands événements et activités qui s’adressent à un public international. Un nouveau rapport ville montagne s’instaure, mais ce sont les quartiers les plus qualifiés de Turin et les localités de montagne les mieux équipées comme Sestrières qui sont favorisés.

- le 3ème scénario est celui de « la maturité créative » : la priorité n’est plus de mettre en adéquation l’offre avec la demande internationale, mais avec une demande intérieure élargie au nord ouest italien et aux régions proches de France et de Suisse. La stratégie générale est celle du développement durable à l’échelle d’une macro région qui s’appuie sur la spécialisation des localités et une gouvernance intégrée des territoires. La valorisation de l’héritage olympique n’est pas seulement lié aux structures matérielles maisessaie de mettre en valeur l’expérience et les compétences acquises.

Quel est le scénario le plus probable ? Pour A. MELA,le scénario 1 s’éloigne, le 3 est improbable, le second est désormais rendu probable par la conscience générale de réaliser des synergies et la création de la « Fondation 20 mars 2006 » pour la gestion intégrée des structures.

 

 

 

 

 Alfredo MELA. Dipartimento Interateneo Territorio, Politecnico e. Università di Torino ... Turin. Utilisation des. structures existantes. après les Jeux; ...

 L’après midi, Pier luigi LANTELME, adjoint chargé de l’urbanisme nous fait visiter les installations olympiques de Sestrières et Pragelato. 

 

Sestrieres : panorama, les tours,

Pragelato tremplins 

Piste de descente hommes   

La cicatrice de la piste de bob


Ces journées furent passionnantes et très riches. Pour la première fois, nous avions osé une sortie au delà de nos frontières. C’était l’occasion d’élargir nos horizons, de comparer les pratiques territoriales de part et d’autre des Alpes. Tous les intervenants ont su nous faire partager leur passion et leur attachement à « leur pays ». Que tous soient ici chaleureusement remerciés !

 

Michèle PONCELET


Date de création : 05.12.2006 @ 5:41 PM
Dernière modification : 09.02.2010 @ 10:11 PM
Catégorie :


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
Consulter l'agenda
Pour nous joindre
Fréquentation

   visiteurs

   visiteur en ligne

Webmaster + Infos
^ Haut ^