Régionale APHG
Quoi de Neuf ?

Fermer 50 ans après les accords d'Evian

Fermer Animations pédagogiques

Fermer Bon à savoir

Fermer IXe Agoras

Fermer Université de Savoie : colloques, journées d'études

Fermer dernière minute

Fermer dernières infos officielles

Fermer rencontre débats expos

Sorties / Culture
50 ans après les accords d'Evian - Bilan Eugène Blanc 2013
                                       Présentation des colloques de Chambéry ( 18 mars 2011) et Evian ( 19 mars 2012).

 

Eugène Blanc ( ancien professeur d’histoire et géographie de l’enseignement secondaire,

ancien principal de Collège)

Jean Derive ( professeur émérite de l’Université de Savoie).

 

-1- Nous avons souhaité garder une trace écrite des communications des intervenants des deux colloques pour remercier tous les universitaires spécialistes qui nous ont fait l’amitié de partager leur savoir , fruit de plusieurs décennies de travail au plus près des sources , à l’intention des membres des associations qui ont regroupé leurs énergies pour préparer les thèmes étudiés et continuer la réflexion tant il est vrai que les colloques n’ont du sens que si les auditeurs ont dépassé le stade de l’écoute attentive.

Ces associations se sont regroupées chaque mois pendant plus de deux années à l’Université Populaire situé au sein du Centre social de l’association de quartier du centre ville de Chambéry( (UP-AQCV) ;au sein du collectif , les amis de l’Algérie, se sont retrouvés les militants de la Ligue des Droits de l’Homme, de la Ligue de l’Enseignement,ceux de Coup de Soleil(*), du Mouvement de la Paix, d’Amnesty International, de l’Association des professeurs d’histoire et géographie ( APHG) . Les responsables de l’APHG sont venus de Grenoble , tant à Chambéry qu’à Evian , et nous ont aidé à trouver des intervenants de qualité, en particulier l’Inspecteur Pédagogique Régional –Inspecteur d’Académie ( IPR-IA) , auteur de manuels scolaires . En effet , le thème de la guerre d’Algérie , toujours difficile à enseigner dans les établissements scolaires, est un thème d’étude récurrent dans les réunions de cette association , dans les journées de formation élaborées en partenariat avec les IPR-IA, dans les colloques organisés dans les Centres de Documentation Pédagogiques ( CRDP) , à l’Institut du Monde Arabe ( IMA).

L’association littéraire, l’Observatoire de l’Ecriture et de l’Interprétation Littéraire ( OEIL) , a apporté sa contribution financière dans la mesure où le volet littéraire était le deuxième volet à côté du volet histoire. En effet, nous avons la certitude que la littérature est un moyen d’accès à la compréhension des problèmes historiques, que bon nombre de lecteurs liront plus facilement un livre de fiction qu’un livre d’histoire . Nous pensons à des livres comme ceux de Boualem Sansal “ le village de l’Allemand ” , les romans – récits d’Assia Djebar “  les alouettes naïves ”, “ le blanc de l’Algérie ”, “  Amour et fantasia ”, “ nulle part dans la maison de mon père ”, les livres de Maïssa Bey , “ nouvelles d’Algérie ”, “ puisque mon cœur est mort ” …

La publication des actes de ces deux colloques, augmentées de quelques conférences complémentaires, dans notre esprit doit servir, non seulement aux auditeurs de Chambéry et Evian, aux membres des associations citées plus haut, aux professeurs qui enseignent cette période , mais aussi à tous les citoyens soucieux de contruire des rapports de vérité, de justice , de réconciliation avec tous les Franco-Maghrébins qui vivent ici. La réconciliation franco-allemande n’a pas attendu cinquante ans pour se mettre en place et entrer dans les mœurs .

 

En effet, nous avons mûrement réfléchis sur le titre et les sous-titres :

Cinquante ans après les accords d’Evian : c’est le temps d’une génération, celui du recueil des témoignages auprès des acteurs, de l’étude des archives militaires accessibles depuis 1992, selon la règle des trente ans. Archives du Service Historique de l’Armée de terre ( SHAT) . Il faut en effet savoir que lors de l’arrestation des maquisards algériens, on s’est aussi emparé de très nombreux documents et d’archives.

Regards croisés : ceux des historiens français, dont plusieurs ont d’ailleurs vécu en Algérie et au Maghreb comme coopérant, y ont appris l’arabe , ont noué des relations d’estime et d’amitié . Ceux bien évidemment des historiens algériens vivant en France , comme Dalila Aït El Djoudi, vivant en Algérie comme Amar Mohand-Amer , universitaire à Oran. . En outre, à côté des professeurs chevronnés, émérites et toujours actifs, nous avons voulu aussi entendre le point de vue des professeurs de la nouvelle génération, qui n’ont pas connu directement la période.

 

Regards croisés, ce sont aussi ceux de nos voisins helvétiques et allemands, dont le point de vue est original, car ces deux voisins , même s’ils ont connu certains aspects de la guerre sur leur sol, comme l’accueil de réfugiés algériens, n’ont pas été des acteurs directs. Par ailleurs, Raphaëlle Branche, l’une des grandes figures comme Sylvie Thénault de cette nouvelle génération , ont bien montré dans leurs livres récents , le rôle des historiens anglo-saxons ; comme Gilbert Meynier, dans le colloque de l’ENS avec son jeune collègue Frédéric Abecassis, l’avaient fait aussi pour les historiens allemands, italiens, hongrois et beaucoup d’autres (*).

 

Regards apaisés : c’est la reprise du titre du livre de Raphaëlle Branche ( “ la guerre d’Algérie, une histoire apaisée ? ”), en pensant aussi que cette paix, passe par la réconciliation, qu’elle se construit, qu’elle est le résultat de l’alliance des universitaires spécialistes et des militants d’associations citoyennes comme des enseignants. Parmi ces associations, citons l’Ecole de la Paix , sise à Grenoble , présente au colloque de Chambéry ; Coup de Soleil, qui regroupent des Algériens, des franco-algériens, de Pieds Noirs , des amis de l’Algérie. Une forte délégation était présente à Chambéry comme à Evian ; la régionale de Rhône-Alpes est l’une des plus actives de France. Elle organise des conférences et des colloques à Lyon , en partenariat avec France-Algérie, la CIMADE et d’autres associations ; des conférenciers rencontrés à Lyon ont accepté de répondre positivement à notre invitation. En outre, elle anime un Maghreb des films, à l’image du Maghreb des livres , rencontre nationale depuis plus de vingt ans , qui réunit dans l’hôtel de ville de Paris chaque années plus de deux cents auteurs . Par ailleurs, elle se fait l’intermédiaire entre établissements volontaires en France comme en Algérie pour des correspondances scolaires .

 

-2- Le colloque d’Evian a été original car il a regroupé les forces de deux colloques ; celui organisé par l’association “ les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et leurs compagnons ”(*), en partenariat avec l’ “ association pour la protection morale des victimes de l’OAS celui du collectif chambérien les amis de l’Algérie en partenariat avec la société d’histoire “  La Salévienne ”, située à Saint Julien en Genvois, près de la montagne éponyme., qui considère à juste titre qu’une société d’histoire s’intéresse non seulement à l’histoire du patrimoine local de la Savoie , mais aussi à l’histoire la plus contemporaine et actuelle en Savoie.



 


Date de création : 31.03.2012 @ 2:33 PM
Dernière modification : 07.02.2013 @ 4:14 PM
Catégorie : 50 ans après les accords d'Evian


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

 
Consulter l'agenda
Pour nous joindre
Fréquentation

   visiteurs

   visiteur en ligne

Webmaster + Infos
^ Haut ^