Retour DAACRetour site académie

Le forum de la DAAC

La culture dans tous ses états.
 
Nous sommes le Sam 1 Oct 2022 14:48

Heures au format UTC




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [Arc 2012] Moscow Belgium
MessagePosté: Lun 7 Jan 2013 09:45 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 29 Déc 2009 11:31
Messages: 131
Localisation: Grenoble
Moscow Belgium

Tout commence par un banal accrochage en voiture sur le parking d’un supermarché. Matty, femme au foyer, rencontre Johnny, un chauffeur routier dragueur et maladroit. S’ensuit une histoire d’amour atypique entre ces deux personnages quelque peu amochés par la vie : Matty, 41 ans, femme de caractère, en pleine séparation, et Johnny, 29 ans, qui donne encore son linge à laver à sa mère. Matty se retrouvera rapidement à devoir choisir entre cet homme avec lequel elle ne semble rien partager et son mari, qui lui promet qu’il va revenir.

Christophe Van Rompaey nous plonge dès le début dans l’univers de son film. Matty, dépassée, erre dans un supermarché et pousse son caddie avec peu d’entrain. On pourrait croire à une comédie sociale ou au portrait d’une famille belge défavorisée. Cependant, ce début est filmé de manière très dynamique et fluide, ce qui augure d’une belle énergie.
Dès les cinq premières minutes du film nous sommes captivés. La scène de la rencontre de Matty et Johnny ne traîne pas et donne le ton : humour et légèreté. L’équilibre entre l’aspect comique et l’aspect sentimental est parfaitement maîtrisé. Le résultat séduit par sa modestie : efficace sans aucune prétention.
La trame sentimentale est soulignée par une image soignée. On peut remarquer un beau travail sur le sépia qui donne un effet vieilli à cette image. Ce choix de traitement de l’image renforce la poésie de ces personnages et de cette histoire d’amour. La musique composée d’accordéon et de piano est aussi utilisée pour renforcer la mélancolie et la poésie de cette histoire d’amour. Elle fait partie de la beauté du film et est utilisée à bon escient, de manière très juste sans effet larmoyant et pathétique.

La trame narrative reste néanmoins tout de même un peu classique, le déroulement de l’histoire est sans grande surprise. On s’attend à cette histoire d’amour, à ses hauts et ses bas et à ce happy end.
Les personnages sont en revanche très attachants. Werner est la figure de l’artiste torturé, professeur de dessin aux Beaux Arts qui tombe amoureux de sa jeune élève de 20 ans. Ce personnage est un peu caricatural mais reste drôle et utile dans le parcours initiatique de Matty qui doit faire un choix. Johnny, quant à lui, reste le personnage le plus abouti. Il est l’opposé parfait de Werner : pas réellement artiste, ni intellectuel mais travaillant dur sans être idiot pour autant. Poète maladroit, il reste absolument touchant et sincère. C’est pour cette raison qu’il gagne le cœur de Matty. En effet, Johnny n’est pas doté d’une beauté physique particulière comparé au personnage de Werner, l’artiste débraillé et charmeur au petit côté Tom Waits. C’est donc la beauté intérieure, la générosité et la spontanéité qui l’emportent sur la beauté physique.

L’aspect humain prédomine dans ce film. Et cette victoire de la sincérité, de l’amour honnête et spontané qui l’emporte sur le snobisme de l’artiste torturé et complètement perdu est une belle leçon de vie.
Des personnages simples mais attachants, une image soignée, une histoire d’amour loin d’être niaise ; le tout fonctionne parfaitement. Un film efficace auquel nous ne pouvons qu’adhérer. On sort de la salle souriant et heureux.

Léa Werwinsky
élève de Terminale L, spécialité cinéma, Lycée Louis Armand à Chambéry.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Arc 2012] Moscow Belgium
MessagePosté: Lun 7 Jan 2013 09:45 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 29 Déc 2009 11:31
Messages: 131
Localisation: Grenoble
Une femme au foyer délaissée + un camionneur au passé ravagé = une collision sur un parking. Mais si l'amour était en fait le résultat de cette addition ? Recette ravageuse !
Elle (Matty) devient sa Mona Lisa ; lui (Johnny), son De Vinci homo. Mais la réalité la rattrape très vite : dès que sa collègue lui reparle de son mari, elle doute à nouveau… Lequel choisir ?

Une scène du film est un clin d’œil appuyé à Cendrillon : Johnny arrive chez elle avec une paire d’escarpins ramenés d'Italie, qu’il lui fait essayer ; mais Johnny, quoique poète (« J'ai roulé mille kilomètres d''une traite aujourd'hui ! À chaque ligne blanche je me rapprochais un peu plus de toi, tu es mon horizon » !), n’a pas grand-chose du prince charmant…

Moscow Belgium est un film frais et humain. Des acteurs bien loin des stéréotypes de beauté, touchants, et totalement crédibles ; une image esthétiquement soignée ; et une histoire d'amour bien loin des films consensuels et longs à en mourir. Original, coloré, triste, joyeux, comment ne pas adorer cet excellent bouquet de sentiments, qui donne le sourire pour les heures qui suivent !

Cédric Ramoul
élève de Terminale L, spécialité cinéma, Lycée Louis Armand à Chambéry.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Template made by DEVPPL - Traduction par phpBB-fr.com