Retour DAACRetour site académie

Le forum de la DAAC

La culture dans tous ses états.
 
Nous sommes le Sam 1 Oct 2022 14:12

Heures au format UTC




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [Arcs 2012] Tu honoreras ta mère et ta mère
MessagePosté: Mer 19 Déc 2012 11:01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 29 Déc 2009 11:31
Messages: 131
Localisation: Grenoble
Tu honoreras ta mère et ta mère, de Brigitte Rouän.
Avec Eric Caravaca, Patrick Mille, Mickaël Abitboul.

Une famille compliquée, une belle maison en Grèce, l'ambition de monter une pièce de théâtre à la fin des vacances... jusqu'ici rien n'annonce la médiocrité de Tu honoreras ta mère et ta mère.

Malgré une première impression agréable, ce film de Brigitte Roüan se révèle plus que lourd et mal fait. Des événements inexpliqués, peu réalistes et une atmosphère excessivement bobo finit par avoir raison de notre bonne volonté.

Toute la famille et le film tournent autour du personnage de la mère, ce qui semble justifier ce titre à rallonge et peu significatif. Le but de la réalisatrice était en effet de montrer avec humour une mère oppressive et excessive avec ses enfants. On peut sentir une atmosphère sympathique qui cherche à reconstituer l'ambiance des familles nombreuses : relations, humour, embrouilles, convivialité... Mais avec des ados stéréotypés et des adultes encore moins réalistes, tout cela sonne faux et inintéressant. Toute cette ambiance de vacances familiales sombre dans le 'too much', le cliché et le peu crédible.

Brigitte Roüan profite du cadre magnifique de l’île Grecque de Minos : eau turquoise, maisons blanches, roches magnifiques... Le tournage a du être un véritable paradis pour l'équipe mais cette vision de la Grèce est une fois de plus représentative de clichés qui omettent de préciser le coût d'un voyage pareil habituellement envahi par les touristes et semble se moquer de la réelle situation de la Grèce actuelle, tout en prétendant la défendre contre la politique d'austérité qui lui est imposée.

Un aspect intéressant essaye de se dégager de cette banalité familiale : Brigitte Roüan cherche à établir un rapport avec la tragédie grecque et en particulier le mythe oedipéen. Dans cette famille aux rapports mères/fils très proches et avec une grand mère-pythie, on pourrait presque voir ici un angle d'analyse intéressant. Mais cette idée se révèle mal exploitée et presque ridicule.

Tu honoreras ta mère et ta mère a tout d'une comédie française ratée : malgré la beauté des paysages grecs et quelques passages sympathiques, on ne peut rattraper un mauvais scénario et aussi un mauvais film.


Aurélia Thouret
élève de Terminale spécialité cinéma (Lycée Louis Armand Chambéry)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: [Arc 2012]Tu honoreras ta mère et ta mère
MessagePosté: Lun 7 Jan 2013 09:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 29 Déc 2009 11:31
Messages: 131
Localisation: Grenoble
Les bronzés font de la tragédie

C'est dans le cadre idyllique de l'île de Milos que Jo (Nicole Garcia) passe chaque année ses vacances avec ses quatre garçons qu'elle ne voit qu'à cette occasion. Elle organise habituellement un festival de théâtre qui - crise oblige - ne pourra pas avoir lieu cette année. Comme dans les tragédies grecques qu'elle affectionne tant, Jo est prête à tout pour réunir les siens malgré tout.

Les premières scènes du film annoncent la couleur : Pierre, le fils aîné de Jo, arborant de splendides cornes de cerf, débarque d'un pas allègre sur le sol grec. Le ciel est bleu, les oiseaux chantent – et les Anglaises aussi. Après maintes et maintes péripéties, la famille, enfin au grand complet – comprenez fils, femmes et ex-femmes, enfants et mère-grand – s'installe enfin dans une maison qui n'est pas la leur. Mais Jo fait des cauchemars. Son fils, le benjamin, n'est pas là. Et lorsque Balthazar, joué par Gaspard Ulliel, arrive enfin à bord de sa monture, (un hélicoptère doré, brillant sous le soleil grec) sa beauté éclate aux yeux de tous : c’est un véritable Apollon dans son char ; il est bronzé, musclé et d'une beauté insolente. Bien sûr, il y a des conflits comme dans toute famille qui se respecte. Mais heureusement Balthazar réunit toutes les générations – il ne faudrait pas qu'il soit beau et méchant, ça pourrait le rendre intéressant - et propose aux ados très «frais» d'aller en boîte.

blagues, puisque c'est une comédie, les phallus géants, la référence à Prison Break, ou encore les chutes à répétition d'un des fils sont d'une subtilité sans égale. C'est donc dans cette ambiance franchouillarde que les personnages se déchirent et s'admirent le temps d'un été.

Mais ce film ne se contente pas d'être drôle ; il est aussi truffé de références aux tragédies grecques. De Balthazar le dieu grec, en passant par Œdipe et les phallus en carton qui défilent – mais si, Dionysos, ça ne vous dit rien ? - ainsi que Granny et ses prophéties dévastatrices (« il y aura de la casse avant la fin du séjour ») qui annoncent un rythme de film endiablé sur fond de musique folklorique, nous en ressortons enrichis. Les rêves récurrents de Jo s'imaginant chef de galère ou conductrice de char ajoutent encore à la crédibilité de film. Plus subtilement, la relation de la mère avec ses enfants nous rappelle le complexe d’Œdipe : Jo(caste) voue un amour passionné à son Œdipe de fils, le beau Balthazar.

Et lorsque les ados, très bien interprétés, font leur entrée dans le film, on s'y retrouve sans peine. La crise existentielle du jeune blond en mal de sexe et complexé face à son cousin qui « s'y connaît, lui en filles » nous touche au plus profond de nous-mêmes, ainsi que les caprices à répétition du cousin qui voudrait bien « habiter en coloc' ». La chanson du spectacle, cerise sur le gâteau, réinvente le mythe d’Œdipe avec des paroles engagées comme les adolescents savent bien le faire : «Œdipe, nique ta mère ».

La réalisatrice aurait peut-être pu se passer d'évoquer, même très rapidement, la crise économique, surtout de la part de personnages qui ne semblent concernés par rien d'autre que leurs conflits familiaux.

conseil : ne vous donnez pas la peine d'aller voir ce film au cinéma, de toute façon, il passera un jour sur TF1.

Lison Paitreaud, Dorine Balluais et Rosa Reinhardt
élèves de Première L, spécialité Histoire des arts, Lycée Jean Moulin à Albertville.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Arc 2012]Tu honoreras ta mère et ta mère
MessagePosté: Lun 7 Jan 2013 09:35 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 29 Déc 2009 11:31
Messages: 131
Localisation: Grenoble
Film grand public au comique efficace : nous sommes sans cesse en train de rire.

Amélie Metge et Maëly Chevrot
élèves de Première L, spécialité Histoire des arts, Lycée Jean Moulin à Albertville.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Arc 2012]Tu honoreras ta mère et ta mère
MessagePosté: Lun 7 Jan 2013 09:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 29 Déc 2009 11:31
Messages: 131
Localisation: Grenoble
Un film mettant en scène des adultes immatures et des adolescents clichés, ingrats, également travaillés par leur sexualité naissante. Une grand-mère énigmatique et prophétique, rappelant le chœur Grec, dont on a du mal à croire qu’elle puisse faire partie de cette famille : on a l’impression qu'elle est la seule à se servir de sa tête. Enfin une mère possessive et étouffante, seule, une nymphomane frustrée. Un père absent, voire plusieurs pères étant donné les différences physiques des quatre fils. Manger, boire, manger, fumer, boire, et encore manger, faire les courses, et manger, voilà l'essentiel de leurs activités, même le bébé ne fait que téter sa mère. Et le festival de théâtre n'est qu'une toile de fond, un prétexte pour réunir la famille.

On peut regretter que les habitants de cette île magnifique qu’est Milos soient si peu présents et à mauvais escient. Ils sont bien trop caricaturés et passent pour des idiots incultes que l’on peut acheter (500 euros pour le jardinier, 1000 euros pour la police...). En somme, les Grecs sont soit corrompus, soit des religieux puritains.

Les quelques scènes de rêves qui rappellent des scènes mythologiques sont bien trop lourdes et mal amenées. Elles font décrocher le spectateur et n'apportent rien à l'humour, voire le trahissent.

Un « téléfilm » dans la lignée des comédies françaises sans grand intérêt, un moment agréable malgré tout, à voir en famille. Mais qui trouve difficilement sa place au sein du festival.

Léa Werwinski et Cédric Ramoul
élèves de Terminale L, spécialité cinéma, Lycée Louis Armand à Chambéry.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Arc 2012]Tu honoreras ta mère et ta mère
MessagePosté: Lun 7 Jan 2013 09:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 29 Déc 2009 11:31
Messages: 131
Localisation: Grenoble
On suit avec plaisir ce petit groupe dans ses moments de joie ou d’humeur. L’idée de mélanger la culture grecque antique avec les thèmes de la jeunesse est une réussite ; la pièce de théâtre finale mettant en scène le mythe d’Œdipe, bien respecté, s’achève par un rap. En bref, si vous voulez passer une soirée en famille et un bon moment, ce film est fait pour vous.

Pierre Luminet
élève de Première L, spécialité Histoire des arts, Lycée Jean Moulin à Albertville.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Template made by DEVPPL - Traduction par phpBB-fr.com