Exposition le Jardin de Pierre, au Couvent des Carmes

Moissac cloitre 45x45

Le Jardin de pierre

Exposition photo d’Hubert Gaillardot
Chapelle du Couvent des crames, Beauvoir-en-Royans
Exposition du 7 mai au 31 octobre 20152015

Condimentaires, vulnéraires, toxiques, tinctoriales, de fièvres, maléfiques ou panacées, le Jardin des Carmes illustre dans ses carrés la connaissance des gens du moyen-âge de la flore de leur époque et de son usage pour se nourrir, se soigner, se vêtir, envoûter, empoisonner ou simplement décorer l’autel.

Les moines sont les meilleurs connaisseurs des plantes. Ils suivent le capitulaire De Villis, qu’avait édicté Charlemagne au VIIIème siècle. Ils organisent le jardin clos (hortus conclusus) en espaces définis : le jardin des simples, ordonné en carrés avec les plantes médicinales (l’herbularius), le potager (l’hortus) et le verger (le viridarium).

Cette connaissance de la flore, ils vont la mettre au service de la décoration des églises, cloîtres, chapelles qui vont, à la fin du premier millénaire, couvrir les territoires de la chrétienté.

La variété des plantes sculptées est étonnante, de l’églantier au bouillon blanc, du géranium robert au noyer, du persil à l’armoise, de l’aubépine au chardon. On représente la plante en bouton, lorsque la vie jaillit, on replie les feuilles pour qu’elles accrochent la lumière, le chapiteau est une  dentelle, s’écarte du support, devient un exercice de virtuosité.

Les photos de l’exposition ont été prises quasi exclusivement dans des monuments religieux, car très peu de monuments civils du moyen-âge nous sont parvenus. À partir de la Renaissance jusqu’à l’époque moderne à la charnière des XIXème et XXème siècles, ce sont surtout les bâtiments civils qui vont concentrer ces décors dans les palais et châteaux des XVIème XVIIème XVIIIème siècle, les villas ou les immeubles du XIXème jusqu’à l’explosion florale de l’art nouveau, mais ceci est une autre histoire…
Liste des plantes et des lieux…