Spinoza: vérité et récit

La vérité est-elle une propriété des choses ou de ce que l’on dit des choses ?

La première signification de vrai et de faux semble avoir son origine dans les récits; et l’on a dit vrai un récit quand le fait raconté était réellement arrivé; faux, quand le fait raconté n’était arrivé nulle part. Plus tard, les philosophes ont employé le mot pour désigner l’accord d’une idée avec son objet; ainsi, on appelle idée vraie celle qui montre une chose comme elle est en elle-même; fausse, celle qui montre une chose autrement qu’elle n’est en réalité. Les idées ne sont pas autre chose en effet que des récits ou des histoires de la nature dans l’esprit. Et de là on en est venu à désigner de la même façon, par métaphore, des choses inertes; ainsi, quand nous disons de l’or vrai ou de l’or faux, comme si l’or qui nous est présenté racontait quelque chose sur lui-même, ce qui est ou n’est pas en lui.

Spinoza, Pensées métaphysiques, trad. R. Caillois, Gallimard, La Pléiade, pp. 316-317.