Accueil | Cours | Programmes | Textes | Site académique |

 

Autres textes de Martinet

 

 

 

En savoir plus
sur l'auteur
 

André Martinet

Langage

 
  Aide      

Eléments de linguistique générale, A. Colin, 1960, pp. 14-18

 

 

Selon une conception fort naïve, mais assez répandue, une langue serait un répertoire de mots, c'est-à-dire de productions vocales (ou graphiques), chacun correspondant à une chose ; à un certain animal, le cheval, le répertoire connu sous le nom de la langue française ferait correspondre une production vocale déterminée que l'orthographe représente sous la forme cheval ; les différences entre les langues se ramèneraient à des différences de désignations : pour le cheval, l'anglais dirait Horse et l'allemand Pferd ; apprendre une seconde langue consisterait simplement à retenir une nouvelle nomenclature en tous points parallèle à l'ancienne. (…) Cette notion de langue-répertoire se fonde sur l'idée simpliste que le monde tout entier s'ordonne, antérieurement à la vision qu'en ont les hommes, en catégories d'objets parfaitement distinctes, chacun recevant nécessairement une désignation dans chaque langue.

 


LOG | Accueil | Programmes | Banque de textes

Maryvonne Longeart