Je m'avance masqué.  Descartes
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
epicure.jpgAntiquité et moyen-âge - Épicure (-341 -270)

Éléments de biographie
Épicure est né en -341 dans l'île de Samos, une colonie grecque au large de la côte d’Asie mineure. Le père d’Épicure, athénien d’origine, était cultivateur et maître d'école. De santé fragile, Épicure a dû toute sa vie affronter la douleur et la maladie. Vers l’âge de 14 ans, il suit les cours de Pamphile, un philosophe platonicien.

En -321, les colons grecs sont chassés de Samos à la suite d’un soulèvement des samiens provoqué par l’annonce de la mort d’Alexandre le Grand. Épicure doit alors s'exiler avec sa famille à Colophon, sur la côte d'Asie mineure. Là, il fait l'apprentissage de la pauvreté et médite sur l'intolérance politique.

En -310, il fonde une école à Lampsaque (sur l’Hellespont, ancien nom du détroit des Dardanelles) où il se fera des amis fidèles qui l’accompagneront jusqu’à la fin de sa vie.
Il s’installe à Athènes, en -306, et y fonde son école, Le Jardin, où, jusqu'à sa mort, il vivra entouré d'amis. Épicure était un maître d’un charisme extraordinaire. Aucun autre philosophe n’a eu autant d’ascendant que lui sur ses disciples.

Athènes accéda au sommet de sa prospérité sous le règne de Périclès. Mais après sa mort en -429, les Cités grecques s’affrontèrent (en particulier Athènes et Sparte) et s'enlisèrent dans des crises politiques opposant partisans de l'oligarchie (pouvoir exercé par un petit nombre de privilégiés) et partisans de la démocratie.

Profitant de ces rivalités, la Macédoine, sous le règne de Philippe, affaiblira la puissance grecque et l’anéantira définitivement lors de la défaite de Chéronée en -338.
Alexandre le Grand, qui succède à Philippe, étend son empire. Il écrase l’armée perse et atteint l’Indus en -325. À sa mort prématurée (il a 33 ans) ses généraux se disputent âprement son empire.

Épicure emprunte à Démocrite sa physique atomiste (l'univers est composé d'atomes en mouvement dans le vide) et à Socrate (par l’intermédiaire du platonisme) ses préoccupations morales (recherche du souverain bien et du bonheur).

Quand Épicure fonde son école à Athènes en -306, la pensée philosophique est encore dominée par les deux grandes doctrines issues de l’enseignement de Socrate : le platonisme et l'aristotélisme.

Parallèlement, une autre tradition, également issue de Socrate, va se développer avec moins de prestige. Ce sont les petites Écoles socratiques. Elles retiennent principalement de Socrate l'ironie de celui « qui sait qu'il ne sait rien » et les préoccupations morales. Ce sont ces écoles (en particulier les sceptiques et les cyniques) qui vont permettre de dépasser le dogmatisme dans lequel vont se figer les doctrines de Platon et d’Aristote après leur mort. Les « petits » socratiques vont ainsi aider les grandes écoles du IIIe siècle av. J.-C., en particulier l’épicurisme et le stoïcisme, à s’étendre et s’imposer.

Le projet épicurien est simple : développer, à partir d'une physique atomiste, une morale du bonheur permettant de nous délivrer des maux qui nous accablent. Le seul guide dans cette recherche du bonheur est la sensation et les plaisirs (ou les peines) qui l’accompagnent.

L'amitié est présentée par Épicure comme un bien précieux, indispensable au bonheur. En cette époque de décadence de la cité grecque, l'amitié remplace l'ancien esprit civique. Le bonheur a pour condition de fuir le trouble des affaires publiques : pour vivre heureux, « vis caché », à l’écart de la vie politique, enseigne Épicure, qui, jusqu'à sa mort, mettra en pratique ce précepte.

La modernité de la philosophie épicurienne réside dans son respect de l’individu, la valeur qu’elle accorde à l’existence heureuse et l'extrême simplicité de ses buts : non pas savoir pour savoir, mais savoir pour obtenir dès maintenant la paix de l'âme, l'ataraxie (absence de trouble), qui définit le bonheur du sage et lui permet de vivre « tel un dieu parmi les hommes ».


Thèmes majeurs

Il n'y a pas d'âge pour faire de la philosophie, car la philosophie est un art d'être heureux.

Philosophe matérialiste inspiré de l'atomisme de Démocrite, Épicure s'oppose à l'idéalisme de Platon. Pour Épicure, tout est matériel, y compris l'âme, et la sensation est seul guide de la connaissance et de la morale.

La sensation de plaisir est signe du bien, la sensation de douleur, signe du mal. Pour atteindre le bonheur, il faut maximiser le plaisir. Mais satisfaire tous ses désirs n'est pas la bonne façon d'atteindre cet objectif, car certains désirs non naturels comportent à long terme, dans leur satisfaction, plus de douleur que de plaisir.

Ainsi, la morale d'Épicure est eudémoniste (morale du bonheur) et hédoniste (morale du plaisir), mais l'épicurisme n'est pas la débauche.

Il ne faut pas craindre la mort. La mort nous est indifférente, puisqu'elle est la fin de toute sensation : " le mal qui effraie le plus, la mort, n'est rien pour nous, puisque lorsque nous existons la mort n'est pas là et lorsque la mort est là nous n'existons pas." Lettre à Ménécée.


Principales oeuvres

  • Lettre à Hérodote (sur la nature)
  • Lettre à Pythoclès (sur les corps célestes)
  • Lettre à Ménécée (sur la philosophie et la conduite de la vie)
  • Maximes et sentences


Pour en savoir plus

Encyclopédie Wikipédia


Date de création : 16/01/2005 @ 13:57
Dernière modification : 30/10/2009 @ 23:21
Catégorie : Antiquité et moyen-âge
Page lue 1903 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^