La plus utile règle de toute l'éducation ? Ce n'est pas de gagner du temps, c'est d'en perdre.  Rousseau
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 161

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonyme en ligne :  Anonyme en ligne : 1

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
hegel.jpgHegel - Conscience (1)

§ 2



La conscience, absolument parlant, est la relation du Je à un objet, soit intérieur, soit extérieur. Notre savoir contient, d'une part, des objets que nous connaissons par des perceptions sensibles, mais, d'autre part, des objets qui ont leur fondement dans l'esprit même. Les premiers constituent le monde sensible, les autres le monde intelligible. C'est à ce dernier que ressortissent les concepts juridiques, moraux et religieux.



§ 4



La conscience théorique considère ce qui est et le laisse tel qu'il est. La conscience pratique est, au contraire, la conscience active qui ne laisse pas ce qui est tel qu'il est, mais y introduit des modifications et engendre d'elle-même des déterminations et des objets. - Ainsi, dans la conscience, se trouvent données deux sortes de réalités : le Je et l'objet, le Je déterminé par l'objet ou l'objet déterminé par moi. - Dans le premier cas, mon comportement est théorique. J'assume en moi les déterminations de l'objet telles qu'elles sont. Je laisse l'objet tel qu'il est, et je tâche de mettre mes représentations en accord avec lui. J'ai en moi des déterminations et l'objet, lui aussi, a en lui des déterminations. Le contenu de mon acte de représentation doit être fait de la même façon que l'objet. La vérité de mes représentations de l'objet doit être en accord avec la façon d'être et les déterminations de l'objet lui-même. La loi prescrite à notre conscience, dans la mesure où cette dernière est théorique, n'est pas entièrement passive, mais il faut que la conscience oriente son activité de façon à capter l'objectal. Quelque chose peut être objet pour notre perception sans que nous en ayons, pour autant, conscience, si notre activité ne s'oriente pas dans cette direction. Cette activité dans la réception est l'attention.



§ 10



Absolument parlant, la conscience se situe au niveau de la sensibilité, - 2° de la perception, - 3° de l'entendement.


Propédeutique Philosophique, Ed. de Minuit, Paris, 1963, Premier cours : Introduction, page 15. Deuxième cours : Science de la conscience, page 89 sq.





Date de création : 01/01/2005 @ 17:34
Dernière modification : 02/01/2005 @ 19:56
Page lue 5038 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^