Ce que nous conte l'histoire n'est, en fait, que l'interminable rêve, le songe lourd et confus de l'humanité.  Schopenhauer
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
main_plume.gifArticles et mémoires - Mémoires

Pierre Rostaing, professeur de philosophie

Mémoire de maîtrise: La théorie des relations dans la logique et la métaphysique de Leibniz

Présentation:
Pour Leibniz l'origine des relations est essentiellement objective, et non psychologique comme pourrait le laisser supposer l'assertion récurrente chez lui selon laquelle elles sont «purement mentales». En effet, en tant qu'entia rationnis les relations désignent la véritable antériorité selon la nature, tandis que les substances simples désignent une simple antériorité par rapport à la perception ; Leibniz désigne ainsi les lois de connexion qui président [dans l'entendement divin] à la mathématisation du monde (cf. le système de la Monadologie, et la question de l'Incompossibilité). Quant à la question de savoir si elles peuvent être également des «affections des êtres» ou des «substances simples» qu'elles mettent en présence et non point des affections des sujets qui pensent celles-ci, c'est à sa théorie de la perception d'y répondre. Parce qu'il fait d'une harmonie préétablie la réponse aux problèmes de la convenance de l'âme et du corps, Leibniz se départit de toute théorie causale de la perception : ainsi les rapports entre états correspondants de l'âme et du corps sont-ils non de cause à effet (au sens empirique) mais d'expression ou de représentation. Or la forme la plus haute de représentation, juste avant celle, supérieure, de la raison (capacité de saisir l'universalité des vérités), c'est la perception.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Valéry Pratt, professeur de philosophie

Mémoire de maîtrise: La dialectique individu communauté chez Kant

Présentation:
«Deux choses remplissent le cœur d’une admiration et d’une vénération toujours nouvelles et toujours croissantes, à mesure que la réflexion s’y attache et s’y applique : le ciel étoilé au-dessus de moi et la loi morale en moi.»
Kant, Critique de la raison pratique, conclusion.

C’est à partir de cette conclusion de Kant que nous voudrions pouvoir penser ce que nous appellerons la dialectique individu-communauté. Il s’agira de penser à la fois l’individu et son autonomie comme fondement de la communauté et la communauté comme destination de l’individu, c’est à dire penser les relations humaines en tant qu’elles se constituent autour de l’individu, à partir de lui, dans la communauté, vers elle et pour elle. La conclusion de la Critique de la raison pratique donne à penser la richesse du rapport entre l’individu et la communauté car on peut y lire leur présence. La loi morale en moi fait référence à l’individu responsable d’une moralité qu’il doit assumer pour la communauté. Le ciel étoilé symbolise la multitude des individus à respecter en tant que personnes, il est la figuration de la communauté à laquelle tout individu est destiné par sa raison pure pratique. La loi morale et le ciel étoilé suscitent tout deux une admiration qui se perpétue, qui invite toujours la pensée à les contempler, qui appelle sans cesse la pensée à chercher à expliciter leur rapport.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Bernard Duburque

Mémoire de maîtrise: L'effort

Présentation:

La philosophie de Maine de Biran se construit en direction d'un but : atteindre à une certaine quiétude, échapper à cette permanente fluence, à cette incessante variabilité de son humeur, à cette dépendance des événements qui le font tant souffrir ; bref ne plus être passif. Or, en opposition à ce malaise qu'entraîne la soumission du soi au flux des émotions, des sensations, Maine de Biran découvre dans son expérience intérieure le bien-être qui résulte d'une volonté forte, d'une domination de soi.
Ainsi l'œuvre de Maine de Biran a-t-elle un point de départ avant tout pratique : que faire pour bien vivre ? C'est à dire, le concernant plus particulièrement, que faire pour n'être plus le sujet d'états d'âme aussi changeants, contradictoires ? [...]
Aussi, comprendra-t-on que, tout au long de ce mémoire, nous fassions souvent référence à la pensée de Maine de Biran. Mais il ne s'agit pas d'un mémoire sur Maine de Biran. Nous n'avons pas cette prétention.
Nous nous contenterons de le prendre pour guide, nous amarrant à deux idées maîtresses de la pensée de Maine de Biran sur l'effort, à savoir, d'une part, l'indéfectible enracinement de l'effort dans le corps, d'autre part la différence fondamentale qui sépare l'effort du désir.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Hélène Fache

Mémoire de Master Recherche Deuxième année: Etude anthropologique de l’'expérience corporelle d’'un volleyeur : la disponibilité défensive comme expression d’'une intentionnalité normative

Présentation:

Mémoire de Master Recherche Deuxième année, soutenu en septembre 2005, à l'Unité de Formation et de Recherche en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives. Cette étude envisage la compréhension d'une expérience corporelle dans un domaine d'activité particulier, l'activité sportive volley-ball. Les philosophes qui placent le vivant au centre de leurs préoccupations et qui le considèrent comme premier sont rendus nécessaires dans notre analyse de la pratique d'un volleyeur caractérisé comme fortement impliqué en défense au cours de matchs.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Clément Bertot, professeur de philosophie

Mémoire de maîtrise: La question de la vérité chez Hegel



Présentation:

« Le vrai est le vertige bachique, dans lequel il n’est pas un seul membre qui ne soit ivre, et parce que chaque membre, en se détachant, se dissout aussi immédiatement ― ce vertige est tout aussi bien le repos transparent et simple. » (W. 3, 46)

il s’agit de montrer que la conception hégélienne de la vérité est faite de tensions, et que la vérité énoncée au sein de la différence du savoir et de l’objet n’est pas refusée de façon unilatérale. Ses apories sont pensées, dépassées, conceptualisées, et au besoin cette conception défectueuse peut être utilisée pour un besoin strictement conceptuel. Ainsi, notre investigation peut s’énoncer de la sorte : Pourquoi l’énonciation de la vérité au sein de la différence du savoir et de l’objet conduit-elle à son propre dépassement, et quelle est la nature et le sens de ce dépassement ?

Date de création : 17/01/2006 @ 21:44
Dernière modification : 08/11/2007 @ 19:06
Catégorie : Articles et mémoires
Page lue 600 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^