La pensée ne se délègue point.  Alain
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
rousseau.jpgExplications de texte - Rousseau - Amour et instinct

Expliquer le texte suivant :

Le penchant de l'instinct est indéterminé. Un sexe est attiré vers l'autre, voilà le mouvement de la nature. Le choix, les préférences, l'attachement personnel sont l'ouvrage des lumières (1), des préjugés, de l'habitude : il faut du temps et des connaissances pour nous rendre capables d'amour, on n'aime qu'après avoir jugé, on ne préfère qu'après avoir comparé. Ces jugements se font sans qu'on s'en aperçoive, mais ils n'en sont pas moins réels. Le véritable amour, quoi qu'on en dise, sera toujours honoré des hommes ; car, bien que ses emportements nous égarent, bien qu'il n'exclue pas du cœur qui le sent des qualités odieuses et même qu'il en produise, il en suppose pourtant toujours d'estimables sans les­quelles on serait hors d'état de le sentir. Ce choix qu'on met en opposition avec la raison nous vient d'elle ; on a fait l'amour aveugle parce qu'il a de meilleurs yeux que nous, et qu'il voit des rapports que nous ne pouvons apercevoir. Pour qui n'aurait nulle idée de mérite ni de beauté, toute femme serait également bonne, et la première venue serait toujours la plus aimable. Loin que l'amour vienne de la nature, il est la règle et le frein de ses penchants. »

Jean-Jacques ROUSSEAUEmile, livre IV, in Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, pp. 493-494.

1. L'ouvrage des lumières : l'ouvrage de la raison.

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

 

Lire le texte en repérant les concepts clés et les principales articulations

Répondez aux questions :

  • Quel est le thème du texte? 
    Quelles sont les notions du programmes concernées par le texte et quel est le questionnement explicitement ou implicitement auquel le texte invite?
  • Quelle est la thèse de l'auteur ? 
    Quelle est la position de l'auteur face à ce questionnement?
  • Quel est l'enjeu du texte ? 
    En quoi une telle prise de position nous engage-t-elle ? 
    Qu'est-ce que cela change pour nous ? 
    Que risquons-nous dans cette discussion ?
  • Quelle est la structure du texte ? Comment s'organise la démarche de l'auteur ? (Progression, articulations logiques...)

Ces éléments vous serviront pour rédiger l'introduction et organiser votre explication.

Quelques pistes de réflexion

Quelles différences y a-t-il pour Rousseau entre l'instinct sexuel et l'amour? Vous pouvez faire un tableau comparatif.

Pour Rousseau, raison et passion s'opposent-elles?

 

Pistes d'analyse

Eléments pour une introduction

Thème : L’amour. Plus précisément, une comparaison entre la sexualité et l’amour véritable.

Thèse : Contrairement à l’instinct sexuel qui est naturel, l’amour véritable est raisonnable.

Structure : Le texte n’a pas une structure linéaire. Les deux thèses sur l’instinct et sur l’amour s’entrecroisent tout au long du texte pour aboutir à l’affirmation de la thèse de Rousseau : l’amour ne vient pas de la nature, mais de la raison.

Éléments pour une étude détaillée

Plan de l'explication

La structure du texte n'étant pas linéaire, il vaut mieux donc adopter un plan thématique pour l’explication, par exemple  :

  1. Examen de la première thèse de Rousseau : l’instinct sexuel est naturel (première phrase du texte et avant dernière phrase). La sexualité est innée, non contrôlée, non sélective.
  2. Examen de la deuxième thèse de Rousseau : l’amour est raisonnable (corps du texte de « Le choix, les préférences … » à « …que nous ne pouvons apercevoir. ».) L’amour est acquis, contrôlé, sélectif.
  3. Première étape : l’amour suppose un choix rationnel. (Raison théorique).
  4. Deuxième étape : l’amour est un sentiment moral. Il est donc raisonnable. (Raison pratique)
  5. Troisième étape : l’amour n’est donc ni fou ni aveugle.

Problématique: Au-delà de la comparaison entre l’instinct sexuel et l’amour, ce qui est en jeu est la relation entre nature et culture d'une part et passion et raison d'autre part.

Contrairement à l’opposition classique entre passion et raison, Rousseau les associe. La passion, pour lui, est fondée sur la raison. Nous ne sommes capables de passion que parce que nous sommes des êtres raisonnables. La passion ne s’oppose pas à la raison mais à l’instinct. L’attirance sexuelle est naturelle, mais ce n’est pas de l’amour. Si la nature est à l’origine de l’attirance sexuelle, la raison est à l’origine de la préférence amoureuse.

Eléments pour une discussion


Date de création : 12/10/2012 @ 19:18
Dernière modification : 12/10/2012 @ 20:18
Catégorie : Explications de texte
Page lue 861 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^