Il y a longtemps que le rôle de sage est dangereux parmi les fous.  Diderot
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 158

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
Dissertations - Ne désirons-nous que les choses que nous estimons bonnes ?

Analyse des termes du sujet

sujetdesir2.png

 

Eléments pour le développement

Présupposé du sujet : Nous désirons les choses que nous estimons bonnes

  • Première partie : examiner le présupposé : Pourquoi désirons-nous les choses que nous estimons bonnes ?
  • S’appuyer sur une analyse de ce que désirer veut dire et entendre « bon » au sens de « nécessaire au bonheur » ou « nécessaire à notre survie ».
  • Donner des exemples
  • Trouver des références (AristoteEpicure)

Problème : est-ce que nous ne désirons que cela ?

Nous désirons parfois des choses que nous estimons bonnes mais qui ne le sont pas.

  • Deuxième partie : examiner la possibilité de se tromper sur ce qui est bon ou pas. Nous désirerions ce que nous estimons bon, mais nous nous tromperions.
  • Appuyer l’analyse sur l'un des sens possibles de « estimer » : avoir une opinion. Il y a une opposition conceptuelle entre croire (opinion) et savoir (connaissance). L’estimation peut être erronée.
  • Donner des exemples

Nous désirons parfois des choses que nous n’estimons pas bonnes parce que nous ne procédons à aucune estimation.

  • Deuxième partie : examiner la possibilité qu'aucune évaluation n’intervienne.
  • Nous pouvons désirer des choses que nous n’estimons ni bonnes, ni mauvaises. en effet, certains désirs sont inconscients, donc il n’y a pas d’estimation de leur objet. Appuyer l’analyse sur la distinction entre conscience et inconscient.
  • Donner des exemples
  • Trouver des références (Freud)

Enfin, du fait qu'on ne choisit pas ses désirs, il est même possible de désirer ce que l’on estime mauvais.

  • Troisième partie : examiner la possibilité de désirer non seulement indépendamment de toute estimation (ce qui a été vu précédemment), mais aussi en dépit du fait que l’objet est estimé mauvais.
  • S’appuyer sur l’analyse du désir opposé à la volonté et sur les différents sens de « bon » et « mauvais ». Ici, « bon » et « mauvais » doivent être compris comme ce qui est moralement bon ou mauvais. Certains désirs sont considérés comme moralement mauvais. On peut vouloir les écarter, mais cela n’empêche pas le désir d’exister. Il est seulement refoulé.
  • Donner des exemples
  • Trouver des références (KantFreud)

Article rédigé par Maryvonne Longeart, professeur de philosophie


Date de création : 12/10/2012 @ 18:10
Dernière modification : 12/10/2012 @ 18:18
Catégorie : Dissertations
Page lue 6778 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^