Je ne suis pas un cogito léger et souverain dans le ciel des idées, mais cet être lourd dont une lourde expression seule donnera le poids ; je suis un moi-ici-maintenant.  Mounier
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 160

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonyme en ligne :  Anonyme en ligne : 1

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
Art et réalité

Mondrian, la série des arbres


L'arbre rouge, 1909.
L'arbre rouge, 1909.

L'arbre gris, 1912.
L'arbre gris, 1912.
Pommier en fleurs, 1912.
Pommier en fleurs, 1912.


L'abstraction en peinture n'est-elle qu'une démarche purement formelle ?
 
  1. Regardez attentivement ces trois oeuvres de Mondrian représentant un arbre. Que constatez-vous?
  2. Si la démarche semble de plus en plus abstraite, l'abstraction est ici un moyen d'approfondir les données naturelles. En quel sens selon vous?
  3. Pour finir, essayez de définir la fonction de l'art telle que Mondrian la conçoit.
  4. Appuyez aussi votre réflexion sur les remarques d'Yves Bonnefoy sur le dessin
 
Justesse de la présence

Pour Yves Bonnefoy, l'artiste est celui qui est capable de saisir la "présence" d'une chose: "Le médiocre dessinateur imite par petites touches craintives, discontinues, la masse de la montagne, qu'il a dûment regardée, analysée. Le grand dessinateur se tient, lui, en ce point au-delà de la perception - au centre de ce qui est ...
On me demande parfois ce que je nomme présence. Je répondrai: c'est comme si rien de ce que nous rencontrons, dans cet instant qui a profondeur, n'était laissé au dehors de l'attention de nos sens.
Cet arbre: j'en verrais non seulement ces aspects qui se portent au premier plan parce qu'ils me disent que c'est un chêne, non seulement cette forme de ses branches, de sa couronne qui en institue la beauté, non seulement le bouillonnement, à des noeuds dans le bois, des forces qui l'animent, qui le tourmentent; mais que ce rameau-ci a cette longueur, sur le ciel, auprès de cet autre qui est plus court; et que sur le tronc il y a ce déchirement ici, dans l'écorce, et là cet autre; et que là-haut ces oiseaux se posent, et qu'ici, près de moi, ces fourmis vont et viennent, dans leur silence. Je verrais, disons mieux: non une longueur dans la branche, mais que celle-ci se porte jusqu'en ce point et pas plus loin, dans l'espace. Un point qui vaut ainsi comme un absolu, dans l'abîme duquel le hasard se résorbe comme de l'eau dans le sable.
Je verrais, je ne saurais pas que je vois.
Je n'aurais en moi que le trait, parfois gros d'encre, parfois troué de lumière, de ces peintres, orientaux ou occidentaux, qui ont trempé leur pinceau, leur plume, dans la pluie qui ruisselle sur le rocher, dans le vent qui frappe le ciel
Yves Bonnefoy, Remarques sur le dessin, Mercure de France, 1995, pp. 98-99


Que ce monde demeure !

Je redresse une branche
Qui s'est rompue. Les feuilles
Sont lourdes d'eau et d'ombre
Comme ce ciel d'encore

Avant le jour. Ô terre,
Signes désacordés, chemins épars,
Mais beauté, absolue beauté,
Beauté de fleuve,

Que ce monde demeure,
Malgré la mort!
Serrée contre la branche
L'olive grise.

Que ce monde demeure,
Que la feuille parfaite
Ourle à jamais dans l'arbre
L'imminence du fruit!

Yves Bonnefoy, Les planches courbes, NRF Gallimard, 2001, pp.25-26

 
mondria1.jpg
Composition with Large Blue Plane, Red, Black, Yellow, and Gray, Mondrian, 1921.
  1. Dans le cas d'une oeuvre abstraite, peut-on encore parler d'une présence "comme si rien de ce que nous rencontrons, dans cet instant qui a profondeur, n'était laissé au dehors de l'attention de nos sens" ?
  2. Et si oui, présence de quoi?

Date de création : 06/11/2009 @ 19:35
Dernière modification : 03/02/2013 @ 23:45
Page lue 574 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^