Que si le moi est haïssable, aimer son prochain comme soi même devient une atroce ironie.  Valéry
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 160

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
Le sujet : les problématiques classiques

Sylvain Auroux et Yvonne Weil
"Le sujet" in Dictionnaire des auteurs et des thèmes de la philosophie, Hachette, 197
 
La philosophie antique oppose le sujet au prédicat comme la substance à ses attributs; la philosophie de la connaissance classique, dont l'instauration coïncide avec l'invention cartésienne de la subjectivité, oppose le sujet à l'objet.

Voir le repère conceptuel: Objectif / Subjectif
 
Par là le sujet devient la pièce essentielle de la théorie de la connaissance. Ce rôle étant aujourd'hui contesté, il importe de voir les conditions de son établissement.
Construire une théorie de la connaissance à partir du sujet individuel implique:
  1. que la connaissance soit l'acte d'un sujet en contact avec le monde;
  2. que le sujet de la connaissance soit toujours un individu, c’est-à-dire. un homme en chair et en os ;
  3. que ce sujet individuel soit en fait un sujet universel.
Voir le repère conceptuel: Universel / Général /Particulier / Singulier
 
Il y a là un apparent paradoxe; la connaissance rationnelle est toujours posée comme universelle, ce qui signifie bien sûr qu’elle est connaissance non de tel x ou tel y, mais de tout ce qui est x ou y; mais cela veut dire aussi qu'elle est valable pour tous: l'universalité de la connaissance est en ce sens son identité en chacun. Dès lors, il faut que le sujet de !a connaissance, s'il est toujours un homme avec toutes ses propriétés, ne soit pas tel ou tel homme, mais ce qui dans l'homme est identique en chacun: la subjectivité est raison universelle. L'universalité du sujet individuel correspond parfaitement au dualisme esprit (âme)/corps: seul le spirituel est universel. L’homme est radicalement hétérogène dans son unité: le sujet comme sujet de la connaissance ou comme sujet de l'action, est toujours en retrait de son corps, ce qui dirige et meut ce corps, en ayant avant tout conscience de soi. Autrement dit, le sujet est absolument, parce qu’il demeure au-delà de ce qui se présente comme objet pour tout un chacun; c'est une intériorité, une position indépassable dans le monde.
Cette entité dont l'expression dernière se trouve chez Husserl et Sartre n'est pas née de rien: elle reflète le statut de l'homme tel que l'a façonné la société occidentale, c’est-à-dire un support autonome de déterminations contingentes définies par certaines facultés: volonté, entendement, raison. Remettre en question le concept de sujet, c'est non seulement refuser la place que la philosophie classique lui accorde dans la connaissance ou l'action, mais c’est aussi, en déconstruisant cette conception de l'homme, ouvrir une nouvelle problématique.
 

Date de création : 31/10/2009 @ 18:49
Dernière modification : 07/10/2012 @ 10:35
Page lue 3006 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^