Ce que nous conte l'histoire n'est, en fait, que l'interminable rêve, le songe lourd et confus de l'humanité.  Schopenhauer
Philosophes à l'affiche
 
  bergson1.jpg   diderot1.jpg   platon1.jpg   wittgenstein1.jpg  

Ecrire au webmaster | Recommander | Version mobile


Recherche



Classes terminales
Ressources

Fermer Articles et mémoires

Fermer Coups de coeur

Fermer Docs audio et vidéo

Fermer Fiches de lecture

Fermer Présentation d'ouvrages

Divers

Fermer A propos du forum

Fermer Anciens éditoriaux

Fermer Formation continue

Fermer Humeurs

Fermer Informations officielles

Fermer Le coin des prépas

Fermer Manifestations diverses

Fermer Programmes

Fermer Tice

Fermer Tricentenaire naissance Rousseau

Ebooks de philo
Bases de données
Philo en vidéo
Connexion...
 Liste des membres Membres : 160

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 0  
Fils RSS
mounier.jpgMounier: La personne n'est pas un objet

Expliquer le texte suivant :

La personne n'est pas un objet. Elle est même ce qui dans chaque homme ne peut être traité comme un objet, Voici mon voisin. Il a de son corps un sentiment singulier que je ne puis éprouver ; mais je puis regarder ce corps de l'extérieur, en examiner les humeurs, les hérédités, la forme, les maladies, bref le traiter comme une matière de savoir physiologique, médical, etc. Il est fonctionnaire, et il y a un statut du fonctionnaire, une psychologie du fonctionnaire que je puis étudier sur son cas bien qu'ils ne soient pas lui tout entier et dans sa réalité compréhensive. Il est encore, de la même façon, un Français, un bourgeois, ou un maniaque, un socialiste, un catholique etc. Mais il n'est pas un Bernard Chartier : il est Bernard Chartier. Les mille manières dont je puis le déterminer comme un exemplaire d'une classe m'aident à le comprendre et surtout à l'utiliser, à savoir comment me comporter pratiquement avec lui. Mais ce ne sont que des coupes prises chaque fois sur un aspect de son existence.
Mille photographies échafaudées ne font pas un homme qui marche, qui pense et qui veut. (...) Le meilleur des mondes d'Huxley est un monde où des armées de médecins et de psychologues s'attachent à conditionner chaque individu selon des renseignements minutieux. En le faisant du dehors et par autorité, en les réduisant tous à n'être que des machines bien montées et bien entretenues, ce monde surindividualisé est cependant l'opposé d'un univers personnel, car tout s'y aménage, rien ne s'y crée, rien n'y joue l'aventure d'une liberté responsable. Il fait de l'humanité une immense et parfaite pouponnière.
Emmanuel Mounier, Le Personnalisme, Paris, P.U.F., 1949, pp. 7-8.

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

Lire le texte en repérant les concepts clés et les principales articulations
Répondez aux questions :


  • Quel est le thème du texte ?
  • Quelles sont les notions du programmes concernées par le texte et quel est le questionnement explicitement ou implicitement auquel le texte invite ?
  • Quelle est la thèse de l'auteur ? Quelle est la position de l'auteur face à ce questionnement ?
  • Quel est l'enjeu du texte ? En quoi une telle prise de position nous engage-t-elle ? Qu'est-ce que cela change pour nous ? Que risquons-nous dans cette discussion ?
  • Quelle est la structure du texte ? Comment s'organise la démarche de l'auteur ? (Progression, articulations logiques...)

Ces éléments vous serviront pour rédiger l'introduction et organiser votre explication.

Quelques pistes de réflexion

L'auteur fait la différence entre être un quelque chose et être quelqu'un, être un exemplaire d'une classe et être une personne individuelle, irréductible à des caractéristiques génériques. Pourquoi ces caractéristiques aident surtout à utiliser autrui?

Pourquoi un univers personnel est-il un univers créatif?
Pourquoi, dans un monde impersonnel l'humanité serait-elle réduite à une pouponnière?

Quelques lectures pour approfondir

Aldous Huxley, Le meilleur des mondes

Un autre passage dans la même oeuvre

La personne n'est pas le plus merveilleux objet du monde, un objet que nous connaîtrions du dehors, comme les autres. Elle est la seule réalité que nous connaissions et que nous fassions en même temps du dedans. Présente partout, elle n'est donnée nulle part. Nous ne la rejetons pas pour autant dans l'indicible. Une expérience riche plongeant dans le monde s'exprime par une création incessante de situations, de règles et d'institutions.
Mais cette ressource de la personne étant indéfinie, rien de ce qui l'exprime ne l'épuise, rien de ce qui la conditionne ne l'asservit. Pas plus qu'un objet visible, elle n'est un résidu interne, une substance tapie sous nos comportements, un principe abstrait de nos gestes concrets : ce serait encore une manière d'être un objet, ou un fantôme d'objet. Elle est une activité vécue d'auto-création, de communication et d'adhésion, qui se saisit et se connaît dans son acte, comme mouvement de personnalisation.
Emmanuel Mounier, Le Personnalisme, Paris, P.U.F., 1949, pp. 7-8.

 


Date de création : 15/02/2009 @ 15:08
Dernière modification : 05/12/2012 @ 16:00
Page lue 5097 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^